Pour la première fois en France, le Grenoble Tennis organise simultanément deux tournois internationaux

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

EN BREF – Avec l’intégration, cette année, du Trophée de la Ville de Grenoble au circuit international et le 9e Engie Open de l’Isère, le Grenoble Tennis propose du 4 au 10 février deux épreuves, masculine et féminine, de niveau mondial. L’organisation conjointe de deux tournois professionnels est une première dans l’Hexagone.

 

 

« En 2019, nous innovons puisque nous allons avoir deux tournois, messieurs et dames, en même temps. C’est une première en France, explique Jacques Fayard du Grenoble Tennis (GT). Nous avons les installations qui le permettent, avec des courts pour la compétition et pour l’entraînement. »

 

 

L’évolution du Trophée de la Ville de Grenoble va aussi bénéficier aux féminines

 

Cette année, le Trophée de la Ville de Grenoble, épreuve masculine qui faisait partie jusqu’en 2018 du circuit national des grands tournois (CNGT) français, intègre le niveau international avec une dotation de 15 000 dollars. Il rejoint ainsi dans le concert mondial (ITF) l’Engie Open de l’Isère, tournoi féminin doté, lui, de 25 000 dollars.

 

Le Grenoble Tennis organisera ainsi ces deux épreuves, conjointement du lundi 4, jour des qualifications, au dimanche 10 février, jour des finales, dans sa halle de tennis, avenue de la Mogne, à Grenoble.

 

Présentation du 9e Engie Open de l'Isère au conseil départemental de l'Isère, un des soutiens du tournoi, lundi 28 janvier. © Laurent Genin

Présentation du 9e Engie Open de l’Isère au conseil départemental de l’Isère, un des soutiens du tournoi, lundi 28 janvier. © Laurent Genin

 

« La transformation du tournoi CNGT en tournoi international est quelque chose de très bien parce que cela permettra de valoriser les hommes mais aussi les filles », affirme Christian Gaudin, le président du club grenoblois.

 

« Il n’y aura plus les temps morts qu’il y avait auparavant, où les gens ne venaient pas voir jouer les filles parce qu’il n’y avait pas de matchs avant ou après. Nous allons attirer un nombre de spectateurs plus important. » Au total, en comptant le tableau de pré-qualification du Trophée de la Ville de Grenoble, 600 joueurs et joueuses sont engagés cette année.

 

 

Plusieurs championnes ont brillé par le passé dans le tournoi grenoblois

 

L’Engie Open permet de découvrir de futures championnes. À son palmarès figurent notamment l’ancienne numéro une mondiale Karolina Pliskova, la Polonaise Marta Domachowska, la Française Pauline Parmentier ou la Tchèque Marketa Vondrousova. Amélie Mauresmo s’était, elle aussi, imposée à Grenoble en 1995.

 

En 2018, Fiona Ferro, à droite, s'était imposée en finale face à la Luxembourgeoise Eléonora Molinaro. © Grenoble Tennis

En 2018, Fiona Ferro, à droite, s’était imposée en finale face à la Luxembourgeoise Eléonora Molinaro. © Grenoble Tennis

En 2018, la Française Fiona Ferro l’avait emporté. Cette année, elle ne sera pas présente pour défendre son titre mais plusieurs de ses compatriotes peuvent espérer lui succéder au palmarès.

 

Les chances tricolores reposeront notamment sur Chloé Paquet, Myrtille Georges, lauréate en 2016, Amandine Hesse ou encore Océane Dodin. Mais cette dernière, au jeu spectaculaire tout en prises de risques, devra déjà s’extraire des deux tours de qualification lundi 4 février.

 

Le Grenoble Tennis sera pour sa part représenté par Gaëlle Desperrier, qui bénéficie d’une invitation.

 

 

Une bon positionnement dans le calendrier et de « magnifiques » infrastructures

 

« C’est le deuxième plus gros tournoi de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes (Aura) après Andrézieux-Bouthéon [dans la Loire, ndlr], un 60 000 dollars, souligne Gilles Moretton, son président. Le plateau est de grande qualité et quasiment de même niveau », poursuit-il.

 

Gilles Moretton, président de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de tennis. © Laurent Genin

Gilles Moretton, président de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de tennis. © Laurent Genin

« La meilleure joueuse engagée à Andrézieux était 100e. À Grenoble, elle est 130e [la Russe Vitalia Diatchenko]. […] Nous avons un événement remarquable et une vitrine pour le tennis en Ligue Auvergne-Rhône-Alpes. » D’où vient l’attrait des joueuses pour ce tournoi ? « De deux choses, répond le président de la Ligue Aura de tennis. D’abord, il est bien placé dans le calendrier. Beaucoup de joueuses en devenir étaient en Australie et reviennent maintenant en Europe. Il y a aussi l’accueil, les infrastructures qui comptent. » Grenoble Tennis dispose du top en la matière. Tout semble donc réuni pour assister à de beaux matchs.

 

Laurent Genin

 

UN JEUNE DU GRENOBLE TENNIS EN ÉQUIPE DE FRANCE !

 

Gabriel Debru, né en décembre 2005 et licencié au Grenoble Tennis, a été sélectionné en équipe de France moins de 14 ans pour disputer la Winter Cup, championnat d’Europe par équipes, en février. Sur les dix-huit garçons et filles de moins de 12 à moins de 16 ans retenus pour cette compétition, huit sont issus de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de tennis.

LG

 

commentez lire les commentaires
716 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.