Acte XI des Gilets jaunes à Grenoble : repas solidaire… et face-à-face avec la police

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Les gilets jaunes de Grenoble se retrouvaient ce samedi 26 janvier pour l’acte XI du mouvement national, entamé le 17 novembre dernier. Moins forte que la semaine passée, la mobilisation grenobloise a cette fois pris des allures inédites, avec l’organisation d’un « repas solidaire » à midi… Et une fin de manifestation particulièrement violente entre gilets jaunes et forces de l’ordre.

 

 

Depuis quelques semaines, les gilets jaunes isé­rois ont pris l’ha­bi­tude de se don­ner ren­dez-vous au parc Paul-Mistral chaque samedi à 13 heures. Pour cer­tains d’entre eux, la jour­née de mobi­li­sa­tion a, cette fois-ci, com­mencé beau­coup plus tôt.

 

L'acte XI des gilets jaunes a rassemblé environ 800 participants. Un chiffre qui semblait mettre d'accord policiers et manifestants. © Place Gre'net - Jules Peyron

L’acte XI des gilets jaunes a ras­sem­blé envi­ron 800 par­ti­ci­pants. Un chiffre qui sem­blait mettre d’ac­cord poli­ciers et mani­fes­tants. © Jules Peyron – Placegrenet.fr

 

Aurélie, Jef, Manu, Justine, Vincent, Titou et Michelle, orga­ni­sa­teurs du « repas soli­daire », se sont ainsi retrou­vés dès le matin. Quelques dizaines de béné­voles ont pré­paré le repas pour les plus dému­nis, qui s’est tenu dans la salle La Chaufferie à midi.

 

 

« Le cœur des jaunes », l’association des gilets grenoblois

 

C’est la pre­mière action concrète de la future asso­cia­tion des por­teurs de gilets gre­no­blois, Le cœur des jaunes. « On ne veut pas faire de l’ombre aux autres asso­cia­tions, mais orga­ni­ser au moins un repas comme celui-ci par mois et pro­po­ser des sor­ties que cer­tains ne peuvent pas s’of­frir habi­tuel­le­ment », explique Amélie.

 

Pour l'acte XI du mouvement, six gilets jaunes ont participé à l'organisation d'un premier "repas solidaire", soutenus par de nombreux bénévoles. © Place Gre'net - Jules Peyron

Six gilets jaunes, sou­te­nus par de nom­breux béné­voles, ont par­ti­cipé à l’or­ga­ni­sa­tion d’un pre­mier « repas soli­daire ». © Place Gre’net – Jules Peyron

Tous les papiers sont prêts et l’as­so­cia­tion devrait offi­ciel­le­ment voir le jour « dans moins d’un mois », assure la béné­vole.

 

Le cœur des jaunes peut a priori comp­ter sur le sou­tien incon­di­tion­nel de la mai­rie de Grenoble. « Au moins un quart des élus sont pas­sés dire bon­jour depuis ce matin », assure Jérôme Soldeville, conseiller muni­ci­pal, lui même venu par­ta­ger l’a­pé­ri­tif.

 

C’est d’ailleurs la Ville qui a mis la salle à dis­po­si­tion des gilets jaunes. On y aper­çoit Alain Denoyelle et Kheira Capdepon. L’adjointe aux per­sonnes âgées et à la poli­tique inter­gé­né­ra­tion­nelle ne cache pas sa joie et se dit « très contente de l’exis­tence de ce mou­ve­ment citoyen ».

 

Dans la salle tout de jaune vêtue, près de 150 cou­verts sont dres­sés. Des cœurs faits de bal­lons jaunes décorent les murs, des petits ronds-points ornent les tables… Une déco­ra­tion qui aura demandé quelques heures de tra­vail acharné aux béné­voles. En cui­sine, on s’ac­tive. Au menu : œufs mimo­sas, pou­let, pommes duchesses et tarte tatin. Une cin­quan­taine de per­sonnes ont pro­fité de ce repas gra­tuit, qui devrait donc deve­nir un rituel men­suel.

 

 

Le Carrefour de Meylan dans le viseur des manifestants

 

Malgré l’or­ga­ni­sa­tion du « repas soli­daire », pas ques­tion de lais­ser tom­ber la mani­fes­ta­tion. Comme pré­vue, les gilets jaunes se sont retrou­vés au pied de la Tour Perret dès 13 heures.

 

L'une des figures des gilets jaunes grenoblois, Julien Terrier, était absent pour l'acte XI ce samedi. C'est son acolyte Damien Duffour qui s'est chargé des discours au mégaphone. © Place Gre'net - Jules Peyron

L’une des figures des gilets jaunes gre­no­blois, Julien Terrier, était absent pour l’acte XI ce samedi. C’est son aco­lyte Damien Duffour qui s’est chargé des dis­cours au méga­phone. © Place Gre’net – Jules Peyron

Très peu nom­breux à l’heure de ren­dez-vous, les mani­fes­tants sont arri­vés au compte goutte. Ils étaient fina­le­ment plu­sieurs cen­taines à quit­ter le parc Paul-Mistral, quelques ins­tants plus tard, pour se rendre en direc­tion d’un lieu gardé secret. 800 selon la police et au moins 1 000 au plus fort de la mobi­li­sa­tion, de l’a­vis de cer­tains mani­fes­tants.

 

Retour en vidéo sur cet après-midi de mobi­li­sa­tion, au cours de laquelle les mani­fes­tants se sont ren­dus au Carrefour de Meylan, puis sont pas­sés par l’hô­pi­tal Nord, avant de retour­ner en ville où des échauf­fou­rées avec la police ont éclaté.

 

 

Une fois de retour en centre-ville, les gilets jaunes ont connu une suite de mani­fes­ta­tion très mou­ve­men­tée. Arrivés dans la rue Félix-Poulat, une quin­zaine d’entre eux ont foncé vers les Galeries Lafayette pour ten­ter d’y péné­trer. Au final, ils n’ont réussi qu’à y jeter un fumi­gène après avoir blo­qué ses grilles métal­liques et brisé une vitre. Les forces de l’ordre ne se sont pas fait attendre et ont consti­tué des cor­dons devant les Galeries ainsi que McDonald’s.

 

Au programme de l'acte XI des gilets jaunes grenoblois : "repas solidaire" à midi et fin de manifestation particulièrement violente à la tombée de la nuit.Face-à-face tendu mais sans affrontements devant le McDonald's rue Félix Poulat, durant l'acte XI des gilets jaunes. © Place Gre'net - Jules Peyron

Face-à-face tendu mais sans affron­te­ments devant le McDonald’s rue Félix-Poulat. © Place Gre’net – Jules Peyron

 

Le face-à-face entre mani­fes­tants et poli­ciers s’est ter­miné avec le départ du cor­tège vers la per­ma­nence par­le­men­taire de la dépu­tée LREM Émilie Chalas. Où un cor­don de CRS leur a de nou­veau barré la route.

 

 

Montée de la violence à la tombée de la nuit

 

Un cor­tège réduit, après le départ de nom­breux gilets jaunes, a fina­le­ment décidé d’emprunter une nou­velle direc­tion aux alen­tours de 18 heures. S’engageant dans l’a­ve­nue Félix-Viallet, la cen­taine de mani­fes­tants encore pré­sents a connu un regain de moti­va­tion sans que rien ne semble l’ex­pli­quer.

 

Acte XI des gilets jaunes grenoblois : "repas solidaire" à midi et fin de manifestation particulièrement violente à la tombée de la nuit. L'avenue Félix Viallet, rendue impraticable par des manifestants durant l'acte XI des gilets jaunes. © Place Gre'net - Jules Peyron

L’avenue Félix-Viallet, ren­due impra­ti­cable par des mani­fes­tants. © Place Gre’net – Jules Peyron

 

La rue étant en tra­vaux, les bar­rières, plots et tuyaux entre­po­sés le long des trot­toirs se sont vite retrou­vés sur la chaus­sée. Quelques tags et feux de pou­belles sont venus accom­pa­gner ces petites bar­ri­cades impro­vi­sées, ren­dant l’a­ve­nue Félix-Viallet tota­le­ment impra­ti­cable.

 

Une agence bancaire, avenue Alsace-Lorraine, fait les frais de la colère de certains manifestants durant l'acte XI des gilets jaunes. © Place Gre'net - Jules Peyron

Une agence du Crédit agri­cole, ave­nue Alsace-Lorraine, a fait les frais de la colère de cer­tains mani­fes­tants. © Place Gre’net – Jules Peyron

Une fois arri­vée à la gare, le cor­tège n’a pas tardé à faire demi-tour face à l’im­por­tant dis­po­si­tif poli­cier, s’en­gouf­frant ave­nue Alsace-Lorraine. Quelques mani­fes­tants s’en sont alors pris à une agence ban­caire avant que la police n’ar­rive dans la rue. Les forces de l’ordre ont chargé l’ar­rière du cor­tège et usé de plu­sieurs gre­nade lacry­mo­gènes, repous­sant les gilets jaunes jus­qu’à la place Victor-Hugo.

 

Après une inter­pel­la­tion mus­clée, quelques lacry­mo­gènes ont fini de dis­per­ser les quelques dizaines de par­ti­ci­pants res­tants. Qui devraient se retrou­ver la semaine pro­chaine, même jour, même heure.

 

Jules Peyron avec Joël Kermabon

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
3828 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.