Sept députés LREM de l’Isère montent au front pour soutenir le Center parcs de Roybon

sep article



FIL INFO – Sept députés LREM de l’Isère montent au front pour soutenir le projet de Center parcs de Roybon. Remis sur les rails par le Conseil d’État, le projet porté par Pierre & Vacances fait face à la fronde des élus écologistes à la Région, qui n’ont cessé d’interpeller les ministres successifs délégués au développement durable. Sans réponses jusque-là.

 

 

En Isère, sept dépu­tés de la majo­rité pré­si­den­tielle montent au cré­neau pour défendre le pro­jet de Center parcs sur la com­mune de Roybon. Alors que le Conseil d’État a remis le pro­jet sur les rails – après son annu­la­tion par la cour admi­nis­tra­tive d’ap­pel de Lyon – et que les élus éco­lo­gistes de la Région ont inter­pellé le ministre François de Rugy, les dépu­tés LREM font à pré­sent entendre leur voix.

 

Monique Limon, candidate LREM

Monique Limon, can­di­date LREM © Patricia Cerinsek

 

Emmenés par Monique Limon, Olivier Véran, Jean-Charles Colas-Roy, Catherine Kamowski, Marjolaine Meynier-Millefert, Caroline Abadie et Didier Rambaud réaf­firment ainsi dans un com­mu­ni­qué leur sou­tien au pro­jet porté par le groupe Pierre & Vacances de construire dans la forêt des Chambarans un centre de vacances autour d’une bulle aqua­tique.

 

Les dépu­tés y voient une « oppor­tu­nité de déve­lop­pe­ment du ter­ri­toire des Chambarans ». Un pro­jet « por­teur d’emplois » et un « impor­tant vivier d’ac­ti­vi­tés qu’il ne faut pas sous-esti­mer, notam­ment eu égard à la situa­tion de l’emploi dans ce bas­sin ».

 

 

Un projet pour booster l’activité de l’aéroport de Grenoble

 

Un pro­jet « por­teur d’emplois » ? Le Center parcs, s’il était construit, génè­re­rait 697 créa­tions d’emplois. Précisément 468 équi­va­lents temps plein, alors que le pro­jet devrait béné­fi­cier de plus de 100 mil­lions d’eu­ros d’argent public. Une aubaine pour le ter­ri­toire ?

 

Manifestation des partisans du Center Parcs de Roybon devant le tribunal administratif de Grenoble le 18 décembre 2014 © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Manifestation des pro-Center Parcs de Roybon devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble le 18 décembre 2014. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

 

Mais sur­tout, le Center parcs pour­rait être, selon les par­le­men­taires, l’oc­ca­sion de conso­li­der l’ac­ti­vité de l’aé­ro­port de Grenoble. Aéroport dans le col­li­ma­teur des élus d’op­po­si­tion éco­lo­gistes… au Département de l’Isère. Ces der­niers estiment en effet que la col­lec­ti­vité n’a pas à finan­cer un équi­pe­ment qui relève, selon eux, de la Région.

 

PC

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
6839 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. Je m’é­tonne que des élus puissent encore défendre le pro­jet de Pierre et vacances à Roybon ! n’ont-ils fait aucune étude des condi­tions finan­cières ? com­ment les pou­voirs publics vont-ils pou­voir payer ? car le mon­tage finan­cier va mettre à mal notre bon argent à nous, pas seule­ment dans l’Isère, d’ailleurs, car la Drôme sera aussi tou­chée
    http://www.alterdrome.fr/article/voir/laffaire-du-center-parc-de-roybon/1
    Comme le dit Didier Arino, direc­teur de Protourisme :
    « … en réa­lité, les marges de l’o­pé­ra­teur ne se fondent pas sur la fré­quen­ta­tion tou­ris­tique, mais sur les tran­sac­tions immo­bi­lières, lorsque les cot­tages sont ven­dus à des par­ti­cu­liers ou des inves­tis­seurs immo­bi­liers.  »
    Et si les cot­tages ne se ven­daient pas dans le marasme éco­no­mique actuel ? et si les tou­ristes n’é­taient pas au ren­dez-vous ? Déjà que ceux qui vien­draient trou­ve­raient tout sur place et ne sor­ti­raient pas de la bulle pour faire mar­cher le tou­risme local…
    Ca fait bien­tôt 12 ans qu’on parle de ce pro­jet. Au point de vue éco­lo­gique rien n’a changé, au point de vue éco­no­mique, si, la donne n’est pas la même.
    Que ce pro­jet soit aban­donné comme l’a été le pro­jet de Notre Dame des Landes. Merci

    sep article