Sept députés LREM de l’Isère montent au front pour soutenir le Center parcs de Roybon

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

FIL INFO – Sept députés LREM de l’Isère montent au front pour soutenir le projet de Center parcs de Roybon. Remis sur les rails par le Conseil d’État, le projet porté par Pierre & Vacances fait face à la fronde des élus écologistes à la Région, qui n’ont cessé d’interpeller les ministres successifs délégués au développement durable. Sans réponses jusque-là.

 

 

En Isère, sept députés de la majorité présidentielle montent au créneau pour défendre le projet de Center parcs sur la commune de Roybon. Alors que le Conseil d’État a remis le projet sur les rails – après son annulation par la cour administrative d’appel de Lyon – et que les élus écologistes de la Région ont interpellé le ministre François de Rugy, les députés LREM font à présent entendre leur voix.

 

Monique Limon, candidate LREM

Monique Limon, candidate LREM © Patricia Cerinsek

 

Emmenés par Monique Limon, Olivier Véran, Jean-Charles Colas-Roy, Catherine Kamowski, Marjolaine Meynier-Millefert, Caroline Abadie et Didier Rambaud réaffirment ainsi dans un communiqué leur soutien au projet porté par le groupe Pierre & Vacances de construire dans la forêt des Chambarans un centre de vacances autour d’une bulle aquatique.

 

Les députés y voient une « opportunité de développement du territoire des Chambarans ». Un projet « porteur d’emplois » et un « important vivier d’activités qu’il ne faut pas sous-estimer, notamment eu égard à la situation de l’emploi dans ce bassin ».

 

 

Un projet pour booster l’activité de l’aéroport de Grenoble

 

Un projet « porteur d’emplois » ? Le Center parcs, s’il était construit, génèrerait 697 créations d’emplois. Précisément 468 équivalents temps plein, alors que le projet devrait bénéficier de plus de 100 millions d’euros d’argent public. Une aubaine pour le territoire ?

 

Manifestation des partisans du Center Parcs de Roybon devant le tribunal administratif de Grenoble le 18 décembre 2014 © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Manifestation des pro-Center Parcs de Roybon devant le tribunal administratif de Grenoble le 18 décembre 2014. © Joël Kermabon – placegrenet.fr

 

Mais surtout, le Center parcs pourrait être, selon les parlementaires, l’occasion de consolider l’activité de l’aéroport de Grenoble. Aéroport dans le collimateur des élus d’opposition écologistes… au Département de l’Isère. Ces derniers estiment en effet que la collectivité n’a pas à financer un équipement qui relève, selon eux, de la Région.

 

PC

 

commentez lire les commentaires
6079 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. sep article
  2. Je m’étonne que des élus puissent encore défendre le projet de Pierre et vacances à Roybon ! n’ont-ils fait aucune étude des conditions financières ? comment les pouvoirs publics vont-ils pouvoir payer ? car le montage financier va mettre à mal notre bon argent à nous, pas seulement dans l’Isère, d’ailleurs, car la Drôme sera aussi touchée
    http://www.alterdrome.fr/article/voir/laffaire-du-center-parc-de-roybon/1
    Comme le dit Didier Arino, directeur de Protourisme :
    « … en réalité, les marges de l’opérateur ne se fondent pas sur la fréquentation touristique, mais sur les transactions immobilières, lorsque les cottages sont vendus à des particuliers ou des investisseurs immobiliers.  »
    Et si les cottages ne se vendaient pas dans le marasme économique actuel ? et si les touristes n’étaient pas au rendez-vous ? Déjà que ceux qui viendraient trouveraient tout sur place et ne sortiraient pas de la bulle pour faire marcher le tourisme local…
    Ca fait bientôt 12 ans qu’on parle de ce projet. Au point de vue écologique rien n’a changé, au point de vue économique, si, la donne n’est pas la même.
    Que ce projet soit abandonné comme l’a été le projet de Notre Dame des Landes. Merci

    sep article