Gestion de l’aéroport Grenoble-Alpes-Isère : “de l’argent jeté par les fenêtres” selon les élus écologistes

sep article
Vercors Music Festival du 4 au 7 juillet 2019 à Autrans

FOCUS – Le groupe d’opposition du Département RCSE n’apprécie pas la manière dont la majorité gère l’aéroport Grenoble-Alpes-Isère… Et le fait savoir. Recours devant le tribunal administratif, politique jugée « climaticide », révélation d’un sondage selon lequel seuls 30 % des passagers font du tourisme en Isère… Les élus sortent l’artillerie lourde contre le Département. De quoi faire bondir le vice-président délégué aux Transports Jean-Claude Peyrin, qui dénonce une attaque politicienne menée par des « décroissants ».

 

 

Le Conseil départemental de l’Isère accusé de « jeter l’argent par les fenêtres » ? De quoi agacer une majorité qui ne cesse de vanter la qualité de sa gestion. C’est pourtant ce qu’affirme le groupe d’opposition RCSE (Rassemblement des citoyens, solidarité et écologie) après avoir consulté le rapport d’activité de l’aéroport Grenoble-Alpes-Isère. Ou plus précisément celui de la Société d’exploitation de l’aéroport Grenoble-Alpes-Isère (Seagi), filiale du groupe Vinci.

 

De gauche à droite, Benjamin Trocmé et Olivier Bertrand, élus d'opposition du groupe RCSE © Florent Mathieu - Place Gre'net

Benjamin Trocmé et Olivier Bertrand, élus d’opposition du groupe RCSE. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Un rapport dont la consultation n’a pas été aisée, narrent les élus d’opposition. Mais le problème n’est pas nouveau. Déjà sous la majorité du Département précédente, les données de la société étaient inaccessibles au motif du secret commercial. Étonnant, juge le conseiller départemental Olivier Bertrand : « Nous sommes dans le cadre d’une délégation de service public. Et cela fait dix ans que le rapport est produit, mais jamais fourni ou débattu en session, comme le veut la loi ! »

 

 

Un rapport d’activité longtemps gardé secret

 

Au final, le Conseil départemental a permis aux élus, en l’occurrence à Benjamin Trocmé, de compulser le fameux document. Mais ce dans des conditions bien précises : en version papier, dans une pièce réservée à cet effet, avec interdiction de prendre des photographies et, a fortiori, de photocopier des extraits du rapport. De quoi ravir les amateurs de romans d’espionnage… Mais beaucoup moins l’opposition.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
5220 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. 46 millions le nouveau siège de la Métropole de Grenoble que le RCSE a voté avec la municipalité Piolle, il en pense quoi?
    Et les campagnes de com incessantes de la municipalité Piolle, ses projets anti-voitures CVCM et Chronovelo qui coutent un bras, la fête des tuiles, etc, ce n’est pas du gaspillage?

    sep article
  2. L’écrasante majorité des grenoblois n’apprécient pas du tout la manière dont les écologistes gèrent l’argent public. Rappelons que M. Bertrand est impliqué dans l’affaire de la fête des tuiles…

    sep article
    • C’est vrai que question argent public, le montant consacré à l’aéroport de St-Etienne-de-St-Geoirs est ridiculement faible par rapport à celui de la fête des tuiles (sans vouloir disculper O. Bertrand de ce qu’il aurait pu faire).
      J’imagine que vous êtes du genre à pointer du doigt le gars qui travaille au noir alors que l’évasion fiscale du voisin vous laisse de marbre. Vous deviez vous sentir à l’aise à l’époque de Carignon 😀

      sep article