Gestion de l’aéroport Grenoble-Alpes-Isère : “de l’argent jeté par les fenêtres” selon les élus écologistes

sep article

FOCUS – Le groupe d’opposition du Département RCSE n’apprécie pas la manière dont la majorité gère l’aéroport Grenoble-Alpes-Isère… Et le fait savoir. Recours devant le tribunal administratif, politique jugée « climaticide », révélation d’un sondage selon lequel seuls 30 % des passagers font du tourisme en Isère… Les élus sortent l’artillerie lourde contre le Département. De quoi faire bondir le vice-président délégué aux Transports Jean-Claude Peyrin, qui dénonce une attaque politicienne menée par des « décroissants ».

 

 

Le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère accusé de « jeter l’argent par les fenêtres » ? De quoi aga­cer une majo­rité qui ne cesse de van­ter la qua­lité de sa ges­tion. C’est pour­tant ce qu’af­firme le groupe d’op­po­si­tion RCSE (Rassemblement des citoyens, soli­da­rité et éco­lo­gie) après avoir consulté le rap­port d’ac­ti­vité de l’aé­ro­port Grenoble-Alpes-Isère. Ou plus pré­ci­sé­ment celui de la Société d’ex­ploi­ta­tion de l’aé­ro­port Grenoble-Alpes-Isère (Seagi), filiale du groupe Vinci.

 

De gauche à droite, Benjamin Trocmé et Olivier Bertrand, élus d'opposition du groupe RCSE © Florent Mathieu - Place Gre'net

Benjamin Trocmé et Olivier Bertrand, élus d’op­po­si­tion du groupe RCSE. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Un rap­port dont la consul­ta­tion n’a pas été aisée, narrent les élus d’op­po­si­tion. Mais le pro­blème n’est pas nou­veau. Déjà sous la majo­rité du Département pré­cé­dente, les don­nées de la société étaient inac­ces­sibles au motif du secret com­mer­cial. Étonnant, juge le conseiller dépar­te­men­tal Olivier Bertrand : « Nous sommes dans le cadre d’une délé­ga­tion de ser­vice public. Et cela fait dix ans que le rap­port est pro­duit, mais jamais fourni ou débattu en ses­sion, comme le veut la loi ! »

 

 

Un rapport d’activité longtemps gardé secret

 

Au final, le Conseil dépar­te­men­tal a per­mis aux élus, en l’oc­cur­rence à Benjamin Trocmé, de com­pul­ser le fameux docu­ment. Mais ce dans des condi­tions bien pré­cises : en ver­sion papier, dans une pièce réser­vée à cet effet, avec inter­dic­tion de prendre des pho­to­gra­phies et, a for­tiori, de pho­to­co­pier des extraits du rap­port. De quoi ravir les ama­teurs de romans d’es­pion­nage… Mais beau­coup moins l’op­po­si­tion.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
5897 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. 46 mil­lions le nou­veau siège de la Métropole de Grenoble que le RCSE a voté avec la muni­ci­pa­lité Piolle, il en pense quoi ?
    Et les cam­pagnes de com inces­santes de la muni­ci­pa­lité Piolle, ses pro­jets anti-voi­tures CVCM et Chronovelo qui coutent un bras, la fête des tuiles, etc, ce n’est pas du gas­pillage ?

    sep article
  2. L’écrasante majo­rité des gre­no­blois n’ap­pré­cient pas du tout la manière dont les éco­lo­gistes gèrent l’argent public. Rappelons que M. Bertrand est impli­qué dans l’af­faire de la fête des tuiles…

    sep article
    • C’est vrai que ques­tion argent public, le mon­tant consa­cré à l’aé­ro­port de St-Etienne-de-St-Geoirs est ridi­cu­le­ment faible par rap­port à celui de la fête des tuiles (sans vou­loir dis­cul­per O. Bertrand de ce qu’il aurait pu faire).
      J’imagine que vous êtes du genre à poin­ter du doigt le gars qui tra­vaille au noir alors que l’é­va­sion fis­cale du voi­sin vous laisse de marbre. Vous deviez vous sen­tir à l’aise à l’é­poque de Carignon 😀

      sep article