Montagne et pay­sage : toute la splen­deur de l’es­tampe japo­naise au Musée de l’Ancien Évêché

Montagne et pay­sage : toute la splen­deur de l’es­tampe japo­naise au Musée de l’Ancien Évêché

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Le dépar­te­ment de l’Isère conti­nue de s’ins­crire dans la pro­gram­ma­tion cultu­relle natio­nale « Japonisme 2018 ». Le musée dépar­te­men­tal de l’Ancien Évêché accueille ainsi l’ex­po­si­tion « Montagne et pay­sage dans l’es­tampe japo­naise » jus­qu’au 31 mars 2019. Une jolie manière de redé­cou­vrir cet art qui nous est devenu si fami­lier mais qui sus­cite tou­jours autant de fas­ci­na­tion pour l’archipel.

Une très jolie exposition sur les paysages dans l'estampe japonaise est à découvrir jusqu'au 31 mars 2019 au Musée de l'Ancien Évêché, à Grenoble.Sous la vague au large de Kanagawa, de Hokusai (Vers 1829-1833) © École française d'Extrême-Orient, Paris

Sous la vague au large de Kanagawa, de Hokusai (Vers 1829 – 1833) © École fran­çaise d’Extrême-Orient, Paris

La nou­velle expo­si­tion du Musée de l’Ancien Évêché impres­sionne d’emblée.

La pre­mière des œuvres expo­sées à la vue du spec­ta­teur est la plus fameuse : « Sous la vague au large de Kanagawa » (Vers 1829 – 1833), du maître de l’es­tampe Hokusai.

L’œuvre s’in­sère dans un ensemble dédié à la thé­ma­tique « Montagne et pay­sage dans l’es­tampe japo­naise », que l’on pourra appré­cier jus­qu’au 31 mars 2019 au musée départemental.

À l’i­mage de l’art de l’es­tampe en géné­ral, ce qui émeut d’a­bord, c’est que cette grande vague deve­nue si fami­lière n’en demeure pas moins pro­fon­dé­ment atta­chée à la culture nip­pone. Au loin, le mont Fuji, point culmi­nant du Japon consi­déré comme sacré, paraît aussi inébran­lable que la mer semble démontée.

Les frêles embar­ca­tions lovées aux creux des vagues tra­duisent à mer­veille l’un des prin­cipes issus de la spi­ri­tua­lité boud­dhique : la vie ter­restre s’in­cline face à la force de la nature.

La mode de l’es­tampe paysagère

Estampe japonaise - Dangereuse vague dans la passe de Satta, de Hiroshige, 1855 © Musée-muséum départemental des Hautes-Alpes, Gap

Dangereuse vague dans la passe de Satta, de Hiroshige, 1855. © Musée-muséum dépar­te­men­tal des Hautes-Alpes, Gap

L’exposition « Montagne et pay­sage dans l’es­tampe japo­naise » s’or­ga­nise essen­tiel­le­ment autour du tra­vail de deux maîtres de l’es­tampe : Hokusai et Hiroshige.

Le pre­mier a donné ses lettres de noblesse à l’art de l’es­tampe pay­sa­gère. Le second lui a fait suite et a conti­nué de subli­mer ce genre déjà en vogue. En trai­tant pour eux-mêmes les sites natu­rels, les deux artistes sont en accord avec les centres d’in­té­rêt de leurs contemporains.

Les Japonais découvrent leurs pay­sages entre le début du XVIIe siècle et la fin du XVIIIe siècle, grâce à l’é­ta­blis­se­ment de routes qui rendent la cir­cu­la­tion plus aisée.

Une forme de tou­risme se déve­loppe dont Hokusai rend compte dans sa série Cinquante-trois étapes du Tôkaidô. L’artiste y relate les scènes de vie qui agitent les relais ponc­tuant la route qui relie Edo (l’ac­tuelle Tokyo) à Kyôto. Ces estampes pos­sèdent un carac­tère quasi-docu­men­taire qui ajoute à leur inté­rêt pure­ment esthé­tique. Ce sujet très à la mode chez les édi­teurs sera repris par Hiroshige dans ses Cinquante-trois relais de la route du Tôkaidô.

L’art de la série

Le Fuji rouge dans une embellie, Hokusai (Vers 1829-1833) © École française d'Extrême-Orient, Paris

Le Fuji rouge dans une embel­lie, Hokusai (Vers 1829 – 1833). © École fran­çaise d’Extrême-Orient, Paris

Outre le grand raf­fi­ne­ment de ces xylo­gra­vures – gra­vures sur bois –, on découvre leur mode de pro­duc­tion, très lié aux fac­teurs éco­no­miques inhé­rents à l’é­di­tion. De fait, les artistes pro­duisent leurs gra­vures en série. Une façon de main­te­nir l’in­té­rêt com­pa­rable à la stra­té­gie du feuille­ton dans la lit­té­ra­ture populaire.

Au sujet des Trente-six vues du mont Fuji (vers 1831), réa­li­sées par Hokusai, une publi­cité défen­dait ainsi l’in­té­rêt de cet art sériel, non sans per­ti­nence : « Ces images dévoilent que le mont Fuji pré­sente un aspect dif­fé­rent selon les lieux. Elles montrent qu’il n’est pas sem­blable vu depuis la plage de Shirahama ou contem­plé depuis l’î­lot de Tsukudajima, et cela sera utile à ceux qui étu­dient la pein­ture de pay­sage. »

Ce der­nier argu­ment témoigne de la grande popu­la­ri­sa­tion du pay­sage en tant qu’ob­jet de gra­vure à part entière. Hokusai, en outre, fai­sant figure de modèle en la matière, il n’est pas éton­nant que son style, qui mêle l’é­pure au raf­fi­ne­ment des cou­leurs, se soit répandu de la sorte.

Adèle Duminy

Infos pra­tiques

Exposition du 8 décembre 2018 au 31 mars 2019

Musée de l’Ancien Évêché

2 rue Très Cloîtres, à Grenoble

Entrée libre

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

AD

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Musées en fête – La nuit des Musées se déroule en vir­tuel tout le week-end du 14 et 15 novembre

  EN BREF - Malgré le confinement, les onze musées départementaux de l'Isère ouvrent leurs portes virtuellement, ce samedi 14 et dimanche 15 novembre 2020, Lire plus

Exposition Eric Alibert Calligraphie alpinesEric Alibert
« Calligraphies alpines » : les forces de la nature prennent vie au musée de l’Ancien Évêché

  FOCUS – Dans le cadre de l’événement isérois Paysage>Paysages, le musée de l’Ancien Évêché expose les « Calligraphies alpines » de l’artiste naturaliste Éric Lire plus

Les dix musées dépar­te­men­taux isé­rois rouvrent leurs portes

  EN BREF - Le gouvernement a autorisé la réouverture des “petits” musées durant la phase de déconfinement. À partir de ce lundi 18 mai, Lire plus

Vivian Maier a beaucoup photographié la vie quotidienne de New-York et Chicago dans la seconde moitié du XXe siècle. © Augustin Bordet - placegrenet.fr
Exposition Vivian Maier, Street pho­to­gra­pher : “l’ex­tra­or­di­naire dans l’or­di­naire” au Musée de l’Ancien Évêché

  FOCUS - Vivian Maier (1926-2009) est une photographe de rue américaine. Son talent n’a jamais été révélé de son vivant. Pourtant, elle laisse derrière Lire plus

Jean-Marc Rochette, artiste au som­met : l’œuvre alpine du des­si­na­teur fait halte au Musée de l’Ancien-Évêché

FOCUS - Après avoir déjà exposé l'artiste en 2017 avec Pic & Bulle, le Musée de l'Ancien-Évêché consacre une exposition complète à la dimension alpine Lire plus

The Big Ukulele Syndicate. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Musée de l’Ancien évê­ché : un lieu chargé d’his­toire tourné vers l’a­ve­nir après le suc­cès de ses 20 ans

REPORTAGE VIDÉO - Le musée de l'Ancien évêché fête cette année ses vingt ans d'existence. Offert aux Grenoblois par le Département de l'Isère en 1998 Lire plus

Flash Info

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Abonnement| Burkini à Grenoble : les oppo­sants à la déli­bé­ra­tion mul­ti­plient tri­bunes et péti­tions, à l’ap­proche du conseil muni­ci­pal du 16 mai 2022

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin