Éric Piolle s’élève contre la hausse des frais d’inscription des étrangers à l’université

sep article



FIL INFO – Le maire de Grenoble, Éric Piolle, rejoint le mouvement de contestation contre la hausse des frais d’inscription des étudiants extra-européens pour la rentrée 2019. Annoncée en novembre par le gouvernement, cette augmentation multiplie environ par dix les frais actuels.

 

 

Eric Piolle, le maire de Grenoble, exprime son opposition à la hausse des frais d’inscription des étudiants étrangers extra-européens pour la rentrée 2019. Grenoble est l'un des plus importants pôles universitaire de France et compte 67 000 étudiants. Près de 10 % d'entre eux seront concerné par la hausse des frais d'inscription. Photo Université Grenoble Alpes DR

Grenoble est l’un des plus impor­tants pôles uni­ver­si­taire de France du haut de ses 67 000 étu­diants. Photo Université Grenoble Alpes DR

« Plus de 67 000 étu­diants pour­suivent leurs études à Grenoble, métro­pole ouverte sur le monde. 77 % des étu­diants étran­gers sont extra-euro­péens (Chine, Maroc, Brésil, États-Unis, etc.) », com­mence par rap­pe­ler Éric Piolle dans un com­mu­ni­qué publié ce lundi 10 décembre. Avant de voir dans la hausse de leurs frais d’ins­crip­tion « la glo­ba­li­sa­tion du culte des pre­miers de cor­dée » d’Emmanuel Macron. Une réfé­rence à la for­mule contro­ver­sée du pré­sident de la République.

 

Il n’est pas le pre­mier à réagir. Les contes­ta­tions enflent dans de nom­breuses uni­ver­si­tés fran­çaises contre cette aug­men­ta­tion des frais d’inscription, annon­cée par le gou­ver­ne­ment en novembre. Quelques éta­blis­se­ments (Tolbiac, Nantes, Rennes 2, Nanterre…), ayant pro­fité du mou­ve­ment de contes­ta­tion des gilets jaunes, sont d’ores et déjà blo­qués.

 

À Grenoble, une soixan­taine de per­sonnes se sont éga­le­ment réunies sur le cam­pus de Saint-Martin‑d’Hères, jeudi 6 décembre, pour cla­mer leur mécon­ten­te­ment. Enfin, ce lundi, la confé­rence des pré­si­dents d’u­ni­ver­sité (CPU) a demandé au gou­ver­ne­ment de sus­pendre la mesure.

 

 

« Un affront à la tradition d’accueil et d’hospitalité de notre territoire »

 

Les frais d’inscriptions sont actuel­le­ment de 170 euros en licence, 243 euros en mas­ter et 380 euros en doc­to­rat. À par­tir de sep­tembre 2019, ils pas­se­ront à 2 770 euros en licence et 3 770 euros en mas­ter et doc­to­rat. Une aug­men­ta­tion des­ti­née à favo­ri­ser l’at­trac­ti­vité des uni­ver­si­tés fran­çaises selon le gou­ver­ne­ment.

 

De son côté, Éric Piolle dénonce un « affront à la tra­di­tion d’ac­cueil et d’hospitalité de notre ter­ri­toire ! » et affirme que « la Ville de Grenoble conti­nuera à sou­te­nir et accueillir les étu­diants étran­gers ».

 

JP

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
3055 visites | 10 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 10
  1. Ce serait bien qu’il s’é­lève éga­le­ment contre la baisse des dota­tions pour les écoles pri­maire que la ville de Grenoble sou­haite pas­ser de 680 € à 600 €. On en parle ?

    sep article
  2. sep article
  3. Bravo Mr Éric Piolle. Il ne faut pas être très futé pour com­prendre la poli­tique des néo libé­raux capi­ta­listes cherche la petite porte pour faire payer tous les Français par­ti­cu­liè­re­ment les plus dému­nis après le fiasco chez les « gilets jaunes ». Objectif : flir­ter avec l’élec­tro­rat d’ex­trême gauche en pla­çant les étran­gers comme bouc émis­saire et pré­pa­rer le ter­rain à plus de mesures anti sociales géné­ra­li­sées. Il va de soi que cette mesure n’aura pas un impact notable pour ren­flouer les caisses de Mr Macron.

    sep article
  4. Ya qua faire pater les retrai­tés !

    sep article
  5. #Piolle l’in­com­pé­tent tou­jours prêt à faire le buzz au lieu de s’oc­cu­per de notre ville de #Grenoble qu’il détruit à petit feu avec ses amis élus de la muni­ci­pa­lité et de la #Métropole de Grenoble.

    sep article
  6. GS

    12/12/2018
    9:56

    La pré­si­dence de l’UGA a aussi com­mu­ni­qué sur le sujet.

    sep article
  7. sep article
  8. Que Eric Piolle s’oc­cupe de bais­ser la taxe fon­cière et d’ha­bi­ta­tion de ses admi­nis­trés, Grenoble est hors de prix.

    La hausse des couts est un mau­vais signe a priori. A voir sur quoi se base le choix, si c’est finan­cier (dimi­nuer le nbr d« étu­diants car les facs n’en peuvent plus/ont pas de moyens) ou si cela n’as plus d’intérêt (ratio béné­fice / cout néga­tif)

    sep article
  9. Ce n’est pas aux impots du peuple Français de finan­cer les études des étran­gers… C’est du bon sens !

    sep article
    • Alors, il ne faut pas que l’Etat fran­çais et son peuple béné­fi­cient des retom­bées éco­no­miques que les ex-étu­diants étran­gers génèrent quand ils rentrent dans leur pays et y éta­blissent des liens avec la France, pays où ils ont vécu et étu­dié.

      sep article