Augmentation des frais de scolarité pour les étudiants étrangers : « C’est nous dire de rentrer chez nous »

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGE – Une soixantaine de personnes se sont réunies sur le campus de Saint-Martin-d’Hères, le 6 décembre. Le motif de leur colère ? L’augmentation des frais de scolarité pour les étudiants extra-européens. En effet, ceux-ci devront payer 2 770 euros en licence et 3 770 euros en master et doctorat dès la rentrée 2019. À cette occasion, des étudiants sénégalais de Grenoble ont partagé leurs craintes et leurs revendications.

 

 

« Nous vou­lons seule­ment avoir l’opportunité d’étudier et de réus­sir notre vie », témoigne Ngagne Fall, doc­to­rant en com­mu­ni­ca­tion à l’uni­ver­sité Grenoble-Alpes. Arrivé en France en 2015, ce jeune Sénégalais s’inquiète désor­mais pour la pour­suite de ses études. En effet, les frais de sco­la­rité vont beau­coup aug­men­ter pour les étu­diants extracom­mu­nau­taires, suite à une réforme annon­cée par le gou­ver­ne­ment le 19 novembre der­nier. Mesure qui vise notam­ment à finan­cer davan­tage de bourses et à amé­lio­rer l’accueil des étu­diants étran­gers, a indi­qué le Premier ministre. Des aides pour un quart des étu­diants

 

« Nous vou­lons seule­ment avoir l’op­por­tu­nité d’é­tu­dier et de réus­sir notre vie », cla­mait Ngagne, lors de la mani­fes­ta­tion contre l’aug­men­ta­tion des frais de sco­la­rité pour les étu­diants extracom­mu­nau­taires, le 6 décembre à Grenoble. © Anaïs Mariotti – placegrenet.fr

 

Actuellement, les non-res­sor­tis­sants de l’Union euro­péenne paient les mêmes droits que les étu­diants fran­çais, soit 170 euros en licence, 243 euros en mas­ter et 380 euros en doc­to­rat. À par­tir de sep­tembre 2019, ils devront payer 2 770 euros en licence et 3 770 euros en mas­ter et doc­to­rat. Soit « un tiers du coût réel » d’un étu­diant étran­ger pour les finances publiques, selon le gou­ver­ne­ment.

 

 

Une manifestation contre une réforme « discriminatoire et inégalitaire »

 

« Abrogation de toutes les lois racistes ! Frais d’ins­crip­tion c’est l’ex­clu­sion ! », scan­daient les mani­fes­tants, le 6 décembre sur le cam­pus de Grenoble. Une soixan­taine de per­sonnes se sont ainsi réunies pour expri­mer leur oppo­si­tion à cette mesure. Parmi eux, de nom­breux étu­diants, quelques gilets jaunes, mais aussi des membres d’as­so­cia­tions et des lycéens pré­oc­cu­pés par les réformes en cours.

 

« Cette réforme est injuste !, juge Marjorie, élève en seconde. Si le gou­ver­ne­ment veut aug­men­ter les frais de sco­la­rité, qu’il le fasse pour tout le monde, pas seule­ment pour les mino­ri­tés », estime-t-elle.

 

Une soixan­taine de per­sonnes se sont réunies sur le cam­pus de Saint-Martin d’Hères pour s’op­po­ser à la hausse des frais de sco­la­rité pour les étu­diants étran­gers, le 6 décembre 2018. © Anaïs Mariotti – placegrenet.fr

 

Cette mesure serait donc « dis­cri­mi­na­toire », selon les mani­fes­tants, voire « xéno­phobe » pour cer­tains. « On voit bien que l’ob­jec­tif du gou­ver­ne­ment Macron est de créer une uni­ver­sité éli­tiste, dans la conti­nuité de la poli­tique menée », regrette Antonin, membre du syn­di­cat étu­diant Unef Grenoble et mili­tant pour le Nouveau Parti anti­ca­pi­ta­liste (NPA 38). « Elle aug­mente les pro­blé­ma­tiques de classe et ren­force l’ex­clu­sion », pour­suit-il.

 

 

« Augmenter les inscriptions, c’est nous dire de plier bagages »

 

« Augmenter les ins­crip­tions, c’est nous deman­der de plier bagages et de ren­trer chez nous », s’in­digne Ngagne dans le méga­phone. Les mani­fes­tants s’é­tonnent sur­tout de cette hausse « expo­nen­tielle » et « sou­daine » des frais de sco­la­rité. « Ils sont mul­ti­pliés par dix ou quinze ! », s’offusquent-ils.

 

 

Des membres de l’asso­cia­tion des étu­diants et sta­giaires séné­ga­lais de Grenoble (AESSG) pré­sents sur place témoignent aussi des dif­fi­cul­tés finan­cières des étu­diants étran­gers. « Le coût de la vie est très cher en France. Avec le loyer, la nour­ri­ture et les autres frais, c’est déjà très com­pli­qué », explique Khalifa Ababacar Ndiaye, pré­sident de l’AESSG.

 

« Si le gou­ver­ne­ment aug­mente le prix de nos études à mi-par­cours, il va tuer tous nos espoirs », pour­suit-il. « Aucune famille afri­caine ne peut payer une telle somme, même si les parents tra­vaillent dur », ajoute Ngagne. Qui signale que la durée légale du tra­vail est limi­tée pour les étu­diants étran­gers. « Je ne pour­rai sûre­ment pas payer ces frais en 2019. Nous vou­lons seule­ment finir nos études », confie-t-il.

 

 

France – Sénégal : « une histoire commune »

 

Ngagne, Khalifa Ababacar et leurs com­pa­triotes sou­lignent le fait qu’une grande par­tie de l’Afrique par­tage la fran­co­pho­nie et une his­toire com­mune avec la France.

 

« Tou-te‑s ensemble fai­sons chan­ger la peur de camp », pou­vait-on lire sur la ban­de­role des mani­fes­tants, le 6 décembre. © Anaïs Mariotti – placegrenet.fr

Le Sénégal, colo­nie fran­çaise jus­qu’en 1946, entre­tient donc selon eux une rela­tion par­ti­cu­lière avec l’Hexagone. « Nous avons choisi la France pour les liens étroits qui nous unissent », témoigne Ngagne.

 

À l’é­cole au Sénégal, « on parle et on apprend le fran­çais. Nous connais­sons les grands écri­vains et l’his­toire de France. Nous avons une culture et une édu­ca­tion fran­çaise. Les plus grands noms afri­cains sont pas­sés par la France », explique Khalifa Ababacar. « Quand tu gran­dis dans cet envi­ron­ne­ment, c’est nor­mal de vou­loir venir en France car c’est ici qu’on nous a tou­jours orien­tés », ajoute-t-il.

 

 

Étudier en France et développer l’Afrique

 

Khalifa Ababacar est arrivé en France il y a trois ans pour suivre une licence en mathé­ma­tiques à l’u­ni­ver­sité de Grenoble. Il ambi­tionne de deve­nir déve­lop­peur infor­ma­tique. « La France m’a donné cette chance », com­mente-t-il. À la fin de ses études, il espère pou­voir créer sa propre entre­prise au Sénégal.

 

Khalifa Ababacar Ndiaye, étu­diant en licence de mathé­ma­tiques et infor­ma­tique, s’in­quiète pour l’a­ve­nir de ses études © Anaïs Mariotti – placegrenet.fr

Ngagne sou­haite, lui aussi, béné­fi­cier de « l’ex­per­tise » et des « connais­sances fran­çaises » pour les trans­mettre ensuite à la « jeu­nesse afri­caine et séné­ga­laise ».

 

Pour ces étu­diants de Grenoble, cette réforme serait donc para­doxale. « Nous vou­lons faire des études pour déve­lop­per notre pays. Et pour que le Sénégal prenne son indé­pen­dance éco­no­mique vis-à-vis de la France », explique Khalifa Ababacar. Les échanges de savoirs per­met­traient ainsi, selon eux, de limi­ter les flux migra­toires, à long terme : « Si on aide l’Afrique, on aide aussi la France ! », estiment-ils.

 

 

« Si nous ne faisons rien, il n’y aura plus d’étudiants africains »

 

Pour ces étu­diants, la décep­tion est immense : « Je suis arrivé en France en 2017 et je dois déjà ren­trer chez moi en 2018 à cause de cette réforme ? », affirme un mani­fes­tant, visi­ble­ment ému. « Où sont pas­sées les grandes valeurs huma­nistes de la France ? », inter­roge-t-il. Ces jeunes appellent donc à la mobi­li­sa­tion géné­rale : « C’est notre com­bat mais c’est aussi votre com­bat. »

 

« Je suis arrivé en France en 2017 et je dois déjà par­tir en 2018 à cause de cette réforme ? […] Je suis ter­ri­ble­ment déçu », affirme ce mani­fes­tant séné­ga­lais dans le méga­phone, le 6 décembre. © Anaïs Mariotti – placegrenet.fr

Ils sou­lignent éga­le­ment l’im­por­tance de la mixité et du bras­sage cultu­rel au sein des uni­ver­si­tés. « Nous par­ta­geons les amphi­théâtres, nous fai­sons tout ensemble. Vous appre­nez de nous, tout comme nous appre­nons de vous […] Si nous ne fai­sons rien, il n’y aura plus d’é­tu­diants afri­cains sur le cam­pus ! », clame Ngagne, affecté par cette situa­tion.

 

Une pers­pec­tive tou­te­fois peu pro­bable, dans la mesure où 14 000 bourses d’exemp­tion de frais vont voir le jour, prin­ci­pa­le­ment des­ti­nées aux étu­diants de pays en déve­lop­pe­ment. Celles-ci seront en outre accom­pa­gnées d’autres accords d’exemp­tions. « Un étu­diant inter­na­tio­nal sur quatre pourra béné­fi­cier d’une exo­né­ra­tion ou d’une bourse », assure ainsi le gou­ver­ne­ment.

 

Anaïs Mariotti

 

commentez lire les commentaires
3770 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Ping : Augmentation des frais de scolarité pour les étudiants étrangers : « C’est nous dire de rentrer chez nous » - Africa Top Media

  2. Faire payer aux étu­diants étran­gers 15 fois plus que les étu­diants fran­çais cela veut dire qu il faut enle­ver « éga­lité » de votre devise. D autre part les étu­diants étran­gers font tour­ner l éco­no­mie fran­çaise et la France tire un grand pro­fit mate­riel sans par­ler des talents qi elle retient.
    Le magh­reb et l afrique est une vache lai­tiere pour la france. Elle pile l afrique et essaye d avoir les plus gros mar­chés pour les entre­prises fran­çaises car l éco­no­mie stagne. En contre par­tie elle fait payer aux etu­diants afri­cains et magh­re­ben 15 fois plus que les fran­çais. He ben heu­reu­se­ment qu il y a d autres pays comme l ale­magne où les études sont meilleurs. La france masacre les fran­cais . La honte des gilets jaunes!!!!! Ce n est pas eton­nant qu elle masacre les etran­gers. Merci la france !!!! France ingrate !!!!!!!

    sep article
  3. Non, c’est juste dire à vos pays d’o­ri­gine qu’il est impor­tant d’in­ves­tir dans l’é­du­ca­tion ce qu’ils ne font pas mal­grè une aide non négli­geable en matière. Et oui, une fois vos études en France ache­vées, il faut ren­trer chez vous car c’est là qu’on a besoin de diplô­més com­pé­tents.
    Aussi bête que ça.

    sep article
  4. Ping : Augmentation des frais de scolarité pour les étudiants étrangers : « C'est nous dire de rentrer chez … | France Politique