Plusieurs centaines de personnes rassemblées dès 9 h du matin parc Paul Mistral © Joël Kermabon - Place Gre'net

Malgré l’interpellation de leur porte-parole, les « gilets jaunes » se sont mobilisés dans le calme à Grenoble

Malgré l’interpellation de leur porte-parole, les « gilets jaunes » se sont mobilisés dans le calme à Grenoble

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE VIDÉO – Les “gilets jaunes” de l’agglomération grenobloise se sont une nouvelle fois rassemblés ce samedi 8 décembre, parc Paul Mistral, à l’occasion de leur quatrième journée de mobilisation. Malgré l’interpellation dès le matin de Julien Terrier, l’un de leurs porte-parole, ils étaient près de 1 500 au plus fort de la journée à déambuler dans Grenoble avant de rallier la préfecture de l’Isère. En début d’après-midi, après négociations, une délégation a finalement été reçue par le préfet de l’Isère.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce samedi 8 décembre aux alen­tours de 9 heures du matin, le parc Paul-Mistral com­mence à s’a­ni­mer avec l’ar­ri­vée de petits groupes de “gilets jaunes” de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Tous convergent vers la tour Perret, le point de ren­dez-vous de cette qua­trième jour­née de mobi­li­sa­tion du mou­ve­ment citoyen .

 

L’objectif de ce ras­sem­ble­ment de plu­sieurs cen­taines de per­sonnes à ses débuts ? Marcher vers la pré­fec­ture de l’Isère pour ten­ter de faire entendre leur reven­di­ca­tions au pré­fet, repré­sen­tant de l’État, et que celui-ci puisse les relayer.

 

Aux abords du parc, de nom­breuses forces de police fouillent les par­ti­ci­pants arri­vant au compte-goutte. Le but de ces contrôles ? Vérifier qu’ils ne détiennent pas des objets démon­trant une inten­tion d’en découdre avec les repré­sen­tants de l’ordre.

 

"<yoastmark

 

Masques pour se pro­té­ger des lacry­mo­gènes, lunettes de plon­gée et même des ampoules de sérum phy­sio­lo­gique seront ainsi confis­qués séance tenante par des poli­ciers plus que zélés. Précautions com­plé­tées par d’im­por­tants déploie­ments d’u­ni­tés de la gen­dar­me­rie mobile qui illus­traient bien les consignes gou­ver­ne­men­tales de ne pas se lais­ser débor­der de quelque façon que ce soit.

 

 

Julien Terrier, l’un de porte-parole des gilets jaunes placé en garde à vue

 

Pour autant, tous l’af­firment, pas ques­tion de débor­de­ments ou de dégra­da­tions, le mou­ve­ment se veut paci­fique et les “gilets jaunes” comptent bien le démon­trer au cours de cette nou­velle jour­née d’ac­tion. Le hic c’est que, comme à l’ac­cou­tumé, ce nou­veau ras­sem­ble­ment n’a fait l’ob­jet d’au­cune décla­ra­tion en pré­fec­ture et qu’il est, dès lors, illicite.

 

Juste après l'interpellation de Julien Terrier, le courroux des gilets jaunes face aux forces de police. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Juste après l’in­ter­pel­la­tion de Julien Terrier, le cour­roux des gilets jaunes face aux forces de police. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Un argu­ment qui ser­vira de pré­texte à la mise en garde à vue de Julien Terrier, l’un des porte-parole du mou­ve­ment en Isère. Ce der­nier sera inter­pellé sans ména­ge­ment dès le matin et ce avant même que le cor­tège ne s’é­branle vers la pré­fec­ture. Le motif invo­qué ? « Manifestation illi­cite et par­ti­ci­pa­tion délic­tueuse à une mani­fes­ta­tion », ont indi­qué les ser­vices de police.

 

Au plus fort de la jour­née, les rangs ayant grossi au fil des déam­bu­la­tions, près de 1 500 per­sonnes ont par­ti­cipé à cette mobi­li­sa­tion  Retour en images sur cette jour­née qui, si l’on excepte l’ar­res­ta­tion de Julien Terrier et une échauf­fou­rée aux abords de l’Hôtel de police de Grenoble, s’est dérou­lée paci­fi­que­ment sans que l’on ait à déplo­rer de graves incidents.

 

 

 

Une délégation de gilets jaunes reçue par le préfet de l’Isère

 

En fin d’a­près-midi, on appren­dra que Julien Terrier était sorti de sa garde à vue. Le porte-parole en explique d’ailleurs le dérou­le­ment dans une vidéo publiée sur la page Facebook du mou­ve­ment des “gilets jaunes” de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise. Une sor­tie sans doute faci­li­tée, estime le parte-parole, par la délé­ga­tion consti­tuée de quatre per­sonnes fina­le­ment reçue par le pré­fet. Une délé­ga­tion qui comp­tait bien deman­der sa libé­ra­tion ainsi que la tenue d’un « réfé­ren­dum d’i­ni­tia­tive popu­laire » récla­mée à cor et à cri depuis ses débuts par le mou­ve­ment citoyen.

 

Julien Terrier, l'un des porte-parole des gilets jaunes en Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Julien Terrier, l’un des porte-parole des gilets jaunes en Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

En tout cas de quoi se réjouir, se féli­cite Julien Terrier, « la jour­née a par­fai­te­ment fonc­tionné », puisque son objec­tif ini­tial d’ob­te­nir une audience du pré­fet a été atteint. « Après deux refus, le pré­fet a enfin accepté de nous rece­voir, nous allons pou­voir désor­mais lui sou­mettre nos doléances », explique-t-il dans sa vidéo.

 

Concernant d’é­ven­tuelles pour­suites, le lea­der se veut ras­su­rant. « Je ne pense pas qu’il y aura beau­coup de suites », augure-t-il, confiant. Et de don­ner ren­dez-vous, pour orga­ni­ser un éven­tuel cin­quième acte d’une mobi­li­sa­tion qui n’en finit pas, lors d’une assem­blée géné­rale qui se tient ce dimanche 9 décembre à Grenoble.

 

Les objec­tifs de cette réunion ? Une ana­lyse de la jour­née d’ac­tion pas­sée et un tra­vail sur les reven­di­ca­tions, tout autant que sur la struc­tu­ra­tion du mou­ve­ment. Et ce alors même qu’Emmanuel Macron, le pré­sident de la République, s’ap­prête à reprendre l’i­ni­tia­tive ce mardi 11 décembre avec des annonces cen­sées répondre aux inquié­tudes des “gilets jaunes”.

 

 

Des incidents en marge de la mobilisation et un journaliste hué

 

Concernant les évé­ne­ments de la jour­née en Isère où l’on pou­vait recen­ser 28 points de ras­sem­ble­ment, le pré­fet déplo­rait à 16 h 30 des inci­dents qui ont donné lieu à 32 inter­pel­la­tions. Notamment cinq à Saint-Quentin-Fallavier, trois à Rives, cinq à Voreppe, une à Saint-Jean-De-Soudain, une à Crolles et dix-sept à Grenoble, « en rai­son de com­por­te­ments dan­ge­reux ou d’incivilités graves », indiquent les ser­vices préfectoraux.

 

D'importantes forces de l'ordre positionnées aux abords de l'Hôtel de police. © Joël Kermabon - Place Gre'net

D’importantes forces de l’ordre posi­tion­nées aux abords de l’Hôtel de police. © Joël Kermabon – Place Gre’net

À noter aussi, des affron­te­ments en fin d’a­près-midi au car­re­four Alsace-Lorraine – Jean-Jaurès qui n’é­taient pas du fait des gilets jaunes mais de délin­quants. La conjonc­tion des deux mani­fes­ta­tions des gilets jaunes et de la Marche pour le cli­mat a par ailleurs occa­sionné de grosses per­tur­ba­tions sur le réseau Tag.

 

En ville, beau­coup d’en­seignes avaient pré­féré bais­ser leurs rideaux. Le résul­tat ? Une jour­née jaune et verte mais noire pour les com­mer­çants et les cha­lands en cette période de fêtes.

 

Vers 14 h 30, les rangs se sont peu à peu éclair­cis place de Verdun, beau­coup de gilets jaunes fai­sant le choix de rejoindre la marche pour le cli­mat. Nombre d’entre eux esti­maient, en effet, que leur lutte res­pec­tive conver­geant sur nombre de points, « l’u­nion ferait la force ».

 

Au plus fort du rassemblement près de 1 500 personnes déambulent dans Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Au plus fort du ras­sem­ble­ment près de 1 500 per­sonnes déam­bulent dans Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Enfin, signa­lons éga­le­ment qu’a­près le départ de la délé­ga­tion qui devait être reçue par le pré­fet, un jour­na­liste d’Europe 1 a dû quit­ter le ras­sem­ble­ment pré­ci­pi­tam­ment sous les huées de quelques par­ti­ci­pants. Ce jour­na­liste pour­tant connu favo­ra­ble­ment des gilets jaunes les a lon­gue­ment sui­vis au cours de leurs dif­fé­rentes actions sur l’ag­glo­mé­ra­tion. Et ce sans qu’ils trouvent à y redire. Beaucoup d’entre eux n’ont d’ailleurs pas com­pris les rai­sons de cette bronca ini­tiée par un citoyen ne por­tant pas la fameuse cha­suble jaune emblé­ma­tique du mouvement.

 

Joël Kermabon

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Une cérémonie aux Morts pour la prise de fonctions du nouveau préfet de l'Isère Laurent Prévost
Une cérémonie aux Morts pour la prise de fonctions du nouveau préfet de l’Isère Laurent Prévost

  FOCUS - Prise de fonctions pour le nouveau préfet de l'Isère Laurent Prévost, à l'occasion d'une cérémonie aux Morts organisée à Grenoble, place Paul-Mistral, Lire plus

Un collectif dénonce des conditions d’hébergement « indignes » auprès du tribunal administratif de Grenoble

  FOCUS - Un collectif d'associations attaque la préfecture de l'Isère au tribunal administratif. En cause? Les conditions d'hébergement des personnes prises en charge par Lire plus

Premières signatures d'adhésion pour les communes lauréates du programme Petites villes de demain
Premières signatures d’adhésion pour les communes lauréates du programme Petites villes de demain

  FOCUS - Le Bourg-d'Oisans, Mens, La Mure, Pontcharra, Saint-Marcellin, Tullins et Villard-de-Lans : sept communes de l'arrondissement de Grenoble lauréates du programme Petites villes Lire plus

Préfecture et Département de l'Isère signent un accord départemental de relance
La préfecture et le Département de l’Isère signent un accord de relance

  EN BREF - Nouvel épisode dans le déploiement du plan France relance sur le département de l'Isère. Vendredi 16 avril 2021, le président du Lire plus

Flash Info

|

17/06

17h13

|

|

17/06

15h50

|

|

16/06

15h50

|

|

16/06

15h20

|

|

16/06

11h47

|

|

15/06

22h48

|

|

15/06

17h34

|

|

15/06

16h20

|

|

15/06

15h00

|

|

15/06

12h15

|

Les plus lus

Économie| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

marche des libertés à Grenoble contre les idées d'extrême droite

A écouter| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée Dauphinois à l'occasion de sa réouverture

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin