Florian Philippot, président des Patriotes, en dédicace à Grenoble samedi 1er décembre au matin

sep article



FIL INFO – Le président des Patriotes Florian Philippot se rend à Grenoble samedi 1er décembre pour dédicacer son dernier ouvrage intitulé Frexit. Le mouvement a préféré garder secrète la venue de l’ancien bras droit de Marine Le Pen jusqu’à la veille, « pour des raisons de sécurité ».

 

 

Les Patriotes de l’Isère ont choisi de n’an­non­cer sa venue qu’au der­nier moment pour évi­ter tout risque : le pré­sident de leur mou­ve­ment, Florian Philippot, se rend à Grenoble ce samedi 1er décembre au matin. L’ancien bras droit de Marine Le Pen dédi­ca­cera son ouvrage Frexit – UE : en sor­tir pour s’en sor­tir (L’Artilleur) au bar Le Verseau, bou­le­vard des Diables Bleues, de 11 heures à 12 h 30.

 

Mireille d'Ornano et Florian Philippot lors de la venue du président des Patriotes à Voreppe. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Mireille d’Ornano et Florian Philippot lors de la venue du pré­sident des Patriotes à Voreppe. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Dans son ouvrage, Florian Philippot « raconte […] les rai­sons de son départ du FN et pour­quoi ces mêmes rai­sons de fond le poussent aujourd’hui à se battre pour que la France retrouve sa sou­ve­rai­neté », écrit l’é­di­teur. Farouchement euro­phobe, le fon­da­teur du mou­ve­ment des Patriotes décrit ainsi une France sous la coupe de « per­sonnes non élues, qui décident à Bruxelles en toute étan­chéité avec le peuple […], qui plus est sous l’in­fluence de lob­bies ultra actifs ».

 

 

Un mouvement rejoint par des anciens FN et DLF

 

Actuellement conseiller régio­nal du Grand-Est et député euro­péen, Florian Philippot a été vice-pré­sident du Front National jus­qu’en sep­tembre 2017. Après le score déce­vant de Marine Le Pen au second tour de la Présidentielle (33,9 %) et du parti aux légis­la­tives (deux dépu­tés), la ligne de l’an­cien che­vè­ne­men­tiste a été par­ti­cu­liè­re­ment contes­tée au sein du Front National. Jusqu’au départ de celui-ci, pour fon­der son propre parti.

 

Les Patriotes du Sud-Isère. De gauche à droite, Pascal Vital, Mireille d'Ornano, Alain Bonnet, Mickaël Julian et Michèle Flament © Florent Mathieu - Pace Gre'net

Les Patriotes du Sud-Isère. De gauche à droite, Pascal Vital, Mireille d’Ornano, Alain Bonnet, Mickaël Julian et Michèle Flament © Florent Mathieu – Pace Gre’net

 

Les Patriotes de l’Isère regroupent aujourd’­hui des anciens du Front National comme de Debout la France. La conseillère muni­ci­pale de Grenoble et dépu­tée euro­péenne Mireille d’Ornano, figure his­to­rique du FN gre­no­blois, a ainsi rejoint le mou­ve­ment. Tout comme l’an­cien secré­taire dépar­te­men­tal adjoint DLF Alain Bonnet. Le parti est aujourd’­hui en ordre de bataille pour les élec­tions euro­péennes de mai 2019.

 

FM

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
2566 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Vous avez fait une erreur déli­cieuse, je ne pense pas que M. Philippot ait dit exac­te­ment cela…

    « Farouchement euro­phobe, le fon­da­teur du mou­ve­ment des Patriotes décrit ainsi une France sous la coupe de « per­sonnes non élues, qui décident à Grenoble en toute étan­chéité avec le peuple […], qui plus est sous l’influence de lob­bies ultra actifs ».

    Ah, le pou­voir de Grenoble sur toute l’Union Européenne !

    sep article
    • FM

      08/12/2018
      0:34

      Après véri­fi­ca­tion, nous avons en effet constaté que le siège de l’Union euro­péenne se situait à Bruxelles, et non à Grenoble ! 🙂 Merci de nous avoir signalé la coquille.

      sep article
  2. Ping : Florian Philippot, président des Patriotes, en dédicace à Grenoble samedi 1er décembre au matin | France Politique