Le Département de l’Isère veut diminuer de 4 % ses émissions de gaz polluants d’ici 2020

sep article

FOCUS – Les élus de la majorité du Conseil départemental de l’Isère se présente en ordre de bataille pour la transition énergétique, tout en déplorant une politique environnementale mal perçue, voire mal comprise. Objectif : arriver à réduire d’au moins 4 % les émissions de gaz polluants du Département d’ici 2020. En jouant, insiste l’équipe départementale, sur « tous les leviers possibles ».

 

 

La majorité du Conseil départemental de l’Isère a-t-elle été piquée au vif par les critiques successives du groupe d’opposition RCSE (Rassemblement citoyen, solidarité et écologie) puis du groupe d’opposition socialiste sur sa politique environnementale ? À la veille de la séance publique du vendredi 16 novembre, le président du Département et ses vice-présidents ont tenu une conférence pour présenter leurs objectifs en matière d’environnement.

 

Les élus du Département en ordre de bataille pour les objectifs environnementaux © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les élus du Département en ordre de bataille pour relever leurs objectifs environnementaux. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Jean-Pierre Barbier l’affirme en préambule : « Tout le monde conçoit la priorité environnementale ». Avant de déplorer que l’action du Département en la matière ne soit pas « forcément bien perçue et bien comprise ». Et de citer la reprise en main de la gestion des espaces naturels sensibles (ENS) par la collectivité, qui serait passée inaperçue. Pas aux yeux de tout le monde : les socialistes n’ont pas manqué d’étriller cette mesure, en jugeant qu’elle coupe le Département de l’expertise des associations, souvent militantes, qui géraient ces espaces auparavant.

 

 

Une approche « pragmatique, équilibrée et non punitive »

 

La vision du Département des enjeux environnementaux n’est certainement, à bien des égards, pas la même que celle de l’opposition. « Nous voulons avoir une approche pragmatique, équilibrée et non punitive », explique Jean-Pierre Barbier. Qui entend se donner les moyens de réduire les émissions de gaz polluants sans toucher à la fiscalité. Et tout en identifiant avec précision les points de progression.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
959 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Et pourquoi Barbier est pour la bulle de Pierre et Vacances à Roybon ? ce soutien contredit totalement tout ce qu’il peut dire sur la protection de l’environnement et illustre « la reprise en main de la gestion des espaces naturels sensibles (ENS) par la collectivité, »

    sep article
    • Il ne faut pas oublier que Barbier est aussi pour l’élargissement de l’A480 sur laquelle ne circule que des véhicules propres et qui ne va attirer que des véhicules encore plus propres.

      Face à la situation critique dans laquelle on est au niveau du climat et de l’environnement, a-t-on le droit d’imaginer que les pots-de-vin existent toujours quelque part d’une façon ou d’une autre pour prendre des actions aussi aberrantes et court-termistes ? Ou alors est-ce la réflexion que l’Isère n’est rien comparée à la Terre et donc que ça ne sert à rien d’agir ou si peu ?

      sep article