Présidence en binôme, nouvelles propositions… Le groupe PS du Département avance ses pions à mi-mandat

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO — Nouvelle présidence en binôme et premières propositions du groupe d’opposition socialiste du Conseil départemental de l’Isère. À mi-mandat, les membres de l’ancienne majorité fustigent une équipe dénuée de regard vers l’avenir, en particulier sur les enjeux sociaux et environnementaux.

 

 

En pleine période de mi-man­dat pour l’ac­tuelle majo­rité du Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère, le groupe d’op­po­si­tion socia­liste com­mence à four­bir les armes pour les pro­chaines élec­tions, pré­vues pour 2021. Et change pour l’oc­ca­sion de pré­si­dence, Bernard Michon pas­sant la main à un binôme com­posé d’Amandine Germain, élue du can­ton Grenoble 4, et Erwann Binet, du can­ton de Vienne 1.

 

Le groupe socialiste du Département de l'isère se dote d'une nouvelle présidence et avance des premières propositions, en attendant un contre-projet.Amandine Germain, Erwann Binet et Bernard Michon © Florent Mathieu - Place Gre'net

Amandine Germain, Erwann Binet et Bernard Michon. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« J’ai besoin de retrou­ver du temps pour me consa­crer davan­tage à l’Espace Belledonne, à ma com­mu­nauté de com­munes, à ma com­mune, et j’ai donc sou­haité pas­ser la main », explique Bernard Michon. Qui confirme que cette pas­sa­tion à deux per­sonnes plus jeunes, regrou­pant Nord-Isère et Sud-Isère tout en consti­tuant une parité de genre, s’ins­crit dans une volonté de recon­quête poli­tique. « C’est aussi dans ma tête ! », confie-t-il volon­tiers.

 

 

« Un manque d’ambition et de vision d’avenir »

 

Pas ques­tion tou­te­fois pour Amandine Germain de par­ler d’un déclen­che­ment des hos­ti­li­tés. « On com­mence à avan­cer des pro­po­si­tions », tem­père-t-elle. Ainsi qu’à cri­ti­quer les orien­ta­tions du Département, alors que le pro­chain débat bud­gé­taire doit se tenir le ven­dredi 16 novembre. « L’Isère est gérée, comme dit le pré­sident du Département [Jean-Pierre Barbier, ndlr], mais elle manque gran­de­ment d’am­bi­tion et de vision d’a­ve­nir », fus­tige-t-elle.

 

Entrée de l'Hôtel du Département de l'Isère © Florent Mathieu - Place Gre'net

Entrée de l’Hôtel du Département de l’Isère. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Nous sommes face à de nou­veaux besoins sociaux, face à une urgence cli­ma­tique. Le Département se doit de trou­ver des solu­tions inno­vantes. Au lieu de cela, on conti­nue avec les trois piliers de la poli­tique dépar­te­men­tale que sont la famille, le cadre de vie et l’at­trac­ti­vité du ter­ri­toire, comme si la société n’é­tait pas en mou­ve­ment et que de nou­veaux enjeux n’ap­pa­rais­saient pas », ajoute la conseillère dépar­te­men­tale gre­no­bloise.

 

Et Erwan Binet d’en­ché­rir : « Le rôle du poli­tique, c’est de por­ter un regard sur les enjeux. Si on fait de la poli­tique, ce n’est pas pour gérer les col­lec­ti­vi­tés : il y a des fonc­tion­naires qui le font très bien, on peut comp­ter sur eux ! », pro­fesse l’élu vien­nois. Le souci ? « En consi­dé­rant que tous les par­te­naires qui tra­vaillent avec le Département sont des pres­ta­taires, le Département n’est pas au ren­dez-vous des inno­va­tions qu’ils pour­raient por­ter », juge-t-il.

 

 

Trois propositions du groupe socialiste

 

En atten­dant de pré­sen­ter un contre-pro­jet, qui « vien­dra en temps et en heure », Amandine Germain expose trois pro­po­si­tions que le groupe socia­liste entend por­ter dès à pré­sent. Elle vou­drait tout d’a­bord voir le Département de l’Isère s’ins­crire dans l’ex­pé­ri­men­ta­tion du revenu de base, « outil de lutte contre la pau­vreté ». Une idée por­tée par plu­sieurs conseils dépar­te­men­taux en France, et qui devrait don­ner nais­sance à un pro­jet de loi en jan­vier 2019.

 

Le groupe socialiste du Département de l'isère se dote d'une nouvelle présidence et avance des premières propositions, en attendant un contre-projet.Amandine Germain et Erwann Binet © Florent Mathieu - Place Gre'net

Amandine Germain et Erwann Binet. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Deuxième point : la lutte contre la déser­ti­fi­ca­tion médi­cale. « La majo­rité pro­pose de l’aide à l’ins­tal­la­tion et l’in­ves­tis­se­ment, et tout le monde sait que les méde­cins res­tent le temps que la conven­tion les lient puis partent dans d’autres ter­ri­toires », relate Amandine Germain. Les socia­listes pro­posent la créa­tion de centres de santé dépar­te­men­taux assu­mant une méde­cine sala­riée et invitent Jean-Pierre Barbier à prendre exemple sur les centres de santé de Grenoble.

 

Enfin, se pose la ques­tion envi­ron­ne­men­tale. « La majo­rité a sup­primé des sub­ven­tions à des asso­cia­tions. L’environnement n’ap­pa­raît nulle part dans les orien­ta­tions bud­gé­taires telles que pré­sen­tées aujourd’­hui… », dénonce le groupe. Celui-ci rêve d’une Isère « ter­ri­toire à éner­gie posi­tive » et attend que les sub­ven­tions s’ins­crivent dans cette démarche via une éco­con­di­tion­na­lité des aides. Cette der­nière avait d’ailleurs été ins­tau­rée par la majo­rité pré­cé­dente puis sup­pri­mée par l’é­quipe en place.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1765 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.