Changement climatique à Grenoble : le second plan Climat soumis à concertation publique

sep article

FOCUS – Le second plan Climat de la Métropole de Grenoble permettra-t-il d’aller plus loin que la première mouture ? En 2005, l’agglomération grenobloise avait été la première en France à adopter un tel document traçant un programme d’actions en matière de lutte contre le changement climatique. Un plan dont les résultats, s’ils ont atteint leurs objectifs, se sont révélés insuffisants. La Métro remet donc le couvert avec une nouvelle version, intégrant cette fois l’adaptation au dérèglement climatique. Elle sera soumise à concertation début 2019.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

En 2005, la Métropole de Grenoble a été la première agglomération en France à se doter d’un plan Climat. Treize ans plus tard, place au plan Climat 2. Nouveau constat, nouvelles actions ? C’est l’objectif de la nouvelle mouture qui, mise sur les rails en février dernier, va désormais passer dans sa phase consultative.

 

Une concertation sera en effet menée sous l’égide de la commission nationale du débat public (CNDP) du 10 janvier au 31 mars 2019. La possibilité sera également encore ouverte à tous de contribuer au futur plan sur Carticipe, l’outil accessible sur le site web de la Métro. Avant que les différents partenaires ne se retrouvent en décembre pour réécrire les orientations et obligations de ce document.

 

 

« Il faut que ce débat soit le plus large possible »

 

Voilà pour les modalités pratiques de concertation, que les conseillers métropolitains ont votées à l’unanimité le 9 novembre dernier, non sans que Richard Cazenave fasse remarquer que Grenoble ne faisait rien d’autre que de se conformer à la loi. « Ce qui est proposé là est seulement la mise en œuvre du code de l’environnement, a appuyé l’élu grenoblois (Métropole d’avenir, opposition métropolitaine). C’est bien que nous le fassions mais c’est une obligation légale. »

 

Et le plus dur reste à faire. Comme l’a résumé le président de la Métro, Christophe Ferrari : « La question est : qu’est-ce qu’on met à l’intérieur de tout ça ? »

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
1753 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ça me fait marrer qu’ils parlent de concertation parce que c’est surtout les trois premières lettres du mot que je retiens pour celle totalement bidon de CVCM : une mauvaise pièce de théâtre conçue pour qu’ils puissent conclure à la fin qu’ils feraient tout comme ils avaient prévu, sans rien changer et sans étude d’impact. Et ça me fait rigoler quand ils parlent de laboratoire alors qu’ils ont fait de nous les cobayes de leur plan de circulation producteur d’embouteillages et de pollution.
    Si ils veulent savoir le résultat, c’est là :
    https://grenoble-coeur.blogspot.com/p/a-letude.html

    sep article
  2. Encore un bidule qui ne sert à rien, qui est 100% de com’ dans un contexte électoral!

    Quand on voit les résultats obtenus avec CVCM, cela laisse bien augurer.

    sep article
  3. Si la #Métropole de Grenoble, dirigée de fait par ##Eric Piolle et sa majorité, diligente une soit disant concertation, nous sommes sauvés😁 En réalité ce n’est que de la com puisque la législation nous impose de le réaliser 😊

    sep article