GEG inaugure un réseau électrique souterrain et durable alimentant quatre communes de la vallée du Haut-Bréda

sep article

FIL INFO — Quatre communes de la vallée du Haut-Bréda seront désormais alimentées par un réseau électrique souterrain raccordé à deux centrales hydroélectriques voisines. Un réseau réalisé par GEG, qui ne manque pas de vanter une électricité « fiable et renouvelable », ainsi que le retrait des pylônes et des fils aériens du paysage de montagne des quatre localités.

 

 

« Plus fiable, plus esthé­tique, plus durable », tel est le trip­tyque sacré que des­sine GEG (Gaz Électricité de Grenoble) pour qua­li­fier son réseau élec­trique sou­ter­rain de la val­lée du Haut-Bréda inau­guré le 22 octobre après six mois de tra­vaux. Des tra­vaux pour les­quels quatre com­munes de la val­lée, fati­guées des cou­pures de cou­rant liées aux aléas cli­ma­tiques sur leur ter­ri­toire, ont investi 2 mil­lions d’eu­ros.

 

Quatre communes du Haut-Bréda sont désormais alimentées par un réseau électrique souterrain, relié à des centrales hydroélectriques, conçu par GEG.Inauguration du nouveau réseau à La Ferrière, le 22 octobre © GEG

Inauguration du nou­veau réseau à La Ferrière, le 22 octobre. © GEG

 

Désormais, Allevard, Saint-Pierre-d’Allevard, La Ferrière et Pinsot seront ali­men­tées en élec­tri­cité par un réseau entiè­re­ment sou­ter­rain, com­posé de 15 kilo­mètres de lignes moyenne ten­sion, et rac­cordé à deux cen­trales hydro­élec­triques proches. Une « élec­tri­cité fiable et 100 % renou­ve­lable », vante GEG, qui voit dans ce réseau un « atout indé­niable pour les habi­tants, les com­munes et le ter­ri­toire alpin ».

 

 

Retrait des pylônes électriques et des fils aériens

 

Et si la fia­bi­lité du nou­veau réseau appa­raît comme une bonne nou­velle pour les usa­gers et les com­merces et entre­prises locales, la plus-value esthé­tique de l’ins­tal­la­tion compte éga­le­ment parmi les argu­ments déployés par GEG. En fai­sant dis­pa­raître du pay­sage les pylônes élec­triques et 6 kilo­mètres de fils aériens, les com­munes émi­nem­ment tou­ris­tiques gagnent en effet en confort visuel.

 

 

C’est tout le sens de la com­mu­ni­ca­tion que n’a pas man­qué de réa­li­ser le maire de Grenoble Éric Piolle, pré­sent à l’i­nau­gu­ra­tion du réseau en com­pa­gnie de son adjoint Vincent Fristot, pré­sident de GEG. Dans une vidéo pos­tée sur les réseaux sociaux et YouTube, Éric Piolle salue ainsi le retrait des qua­rante poteaux qui « défi­gu­raient le pay­sage », tout en appe­lant les ter­ri­toires urbains et de mon­tagne à faire « corps ensemble » pour « être à la hau­teur des défis qui nous font face ».

 

FM

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
2381 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. En quoi Monsieur Piolle est-il légi­time pour être pré­sent sur ces com­munes ?
    Par ailleurs com­ment GEG peut elle tirer du réseau sur un ter­ri­toire qui n’est pas celui de Grenoble ?
    Bref avec quelles finances cette société s’est elle implan­tée la bas ? Dans quel but ?
    J’avoue ainsi ne pas très bien com­prendre le mon­tage éco­no­mique et poli­tique sinon celui de se payer une cam­pagne de comm éco­lo­gie renou­ve­lable sur le dos de GEG. Et GEG dégage des béné­fices où ? À Grenoble ville ! Et sur quelle acti­vité ?

    Le réseau élec­trique donc tout sauf la vente ou la pro­duc­tion.
    Vive les finan­ce­ments ter­ri­to­riaux et d’activités croi­sés.

    Fristot est pour­tant un membre de l’ADES pas sûr que la chambre régio­nale des comptes appré­cie.

    sep article