La transition écologique et la solidarité grandes gagnantes du budget participatif 2018 à Grenoble

sep article



FIL INFO – Pour la 4e édition du budget participatif, 5 625 habitants de Grenoble de plus de 16 ans, ont participé au vote. Soit plus de 60 % que l’année précédente. La majorité d’entre eux ont eu à cœur de soutenir des projets solidaires, tels que « les camions abris pour les sans-abris ». Se préoccupant beaucoup du réchauffement climatique, les votants ont aussi retenu des projets destinés à préserver la qualité de vie pour tous.

 

 

Pour cette 4e édi­tion, les 5 625 votants de plus de 16 ans ont voté pour des pro­jets liés à l’en­vi­ron­ne­ment et à la soli­da­rité. Comme pres­senti, la par­ti­ci­pa­tion du bud­get par­ti­ci­pa­tif 2018 est en hausse de 60 % par rap­port à la der­nière édi­tion, étant donné le dis­po­si­tif de vote plus étoffé encore que les années pré­cé­dentes.

 

Lancement de la semaine de vote pour le budget participatif 2017 du 10 au 14 octobre en présence du maire Eric Piolle, de Pascal Clouaire, de Thierry Chastagner et de Sonia Yassia © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Pascal Clouaire, adjoint à la Démocratie locale, et Eric Piolle, maire de Grenoble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« Cette année, l’amplitude du dis­po­si­tif de vote s’est élar­gie : plus de temps pour voter, plus de lieux pour voter », expli­cite Pascal Clouaire, adjoint à la Démocratie locale, dans un com­mu­ni­qué de presse ren­dant compte des résul­tats.

 

Et de pour­suivre : « Notre défi pour les années à venir est de conti­nuer à déve­lop­per ces nou­velles pra­tiques démo­cra­tiques. »

 

L’adjoint ne boude pas sa satis­fac­tion : « Une fois de plus, les Grenobloises et les Grenoblois ont démon­tré leur appé­tit pour construire la ville avec la puis­sance publique […] Cet outil est main­te­nant une tra­di­tion gre­no­bloise. »

 

Emilie Chalas votant au budget participatif 2018 Crédit DR

Émilie Chalas votant au bud­get par­ti­ci­pa­tif 2018. DR

Ce ven­dredi, la dépu­tée En Marche Émilie Chalas, habi­tante de Grenoble, a fait savoir qu’elle s’é­tait éga­le­ment dépla­cée pour par­ti­ci­per au bud­get par­ti­ci­pa­tif, encou­ra­geant tout un cha­cun à suivre son exemple.

 

Celle-ci s’est par ailleurs enga­gée à appor­ter son sou­tien aux outils allant dans le sens de la démo­cra­tie locale. « Pour aller plus loin, je por­te­rai à l’Assemblée le pro­jet de baisse des seuils de par­ti­ci­pa­tion pour le droit de péti­tion et de réfé­ren­dum local », a‑t-elle assuré.

 

 

Mention spéciale aux projets rafraîchissants

 

Un pro­jet de plus de 200 000 euros et cinq pro­jets de taille plus modeste sont lau­réats de cette 4édi­tion du bud­get par­ti­ci­pa­tif. Dans la caté­go­rie des gros pro­jets, les Grenoblois ont porté en majo­rité leur vote sur « l’oa­sis de fraî­cheur », pour un mon­tant estimé à 285 000 euros.

 

Collectif Villaufrais Oasis de Fraîcheur, le lauréat de la catégorie des gros projets de plus de 200 000 euros du budget participatf 2018 DR

Collectif Vill’EauFrais Oasis de Fraîcheur, lau­réat de la caté­go­rie des gros pro­jets de plus de 200 000 euros du bud­get par­ti­ci­pa­tif 2018. DR

 

Ravi, le col­lec­tif Vill’EauFrais, lau­réat, com­mente sa vic­toire : « [Nous avons] voulu faire par­ta­ger l’idée que l’accès à l’eau et à la fraî­cheur ne doit pas être vécu comme un pri­vi­lège de cer­tains quar­tiers, mais comme un pri­vi­lège rai­sonné pour tous en cette période de réchauf­fe­ment cli­ma­tique. L’appel a été entendu. Merci aux Grenobloises et aux Grenoblois ! »

 

Dans le domaine de la tran­si­tion éco­lo­gique, les habi­tants de Grenoble ont éga­le­ment été conquis par les « Cool Roofs-toits blancs pour avoir moins chaud ». Sensibles à l’en­vi­ron­ne­ment et pré­oc­cu­pés par le sort des abeilles, les votants ont par ailleurs sélec­tionné « la ruche che­mi­née péda­go­gique au parc Pompidou ».

 

 

Main tendue aux sans-abris, coup de pouce pour l’aide aux devoirs des scolaires

 

Le sec­teur de la soli­da­rité n’est pas en reste. « Les camions abris pour les sans-abris » a sus­cité l’in­té­rêt des par­ti­ci­pants au vote, qui sou­haitent que ce véhi­cule huma­ni­taire puisse cir­cu­ler à Grenoble, après Paris et Nantes.

 

Nicolas porteur du projet Camion abirs pour les sans abris budget participatif 2018 DR

Nicolas, por­teur du pro­jet Camion abris pour les sans-abris bud­get par­ti­ci­pa­tif 2018. DR

À l’an­nonce des résul­tats, Nicolas, le por­teur de pro­jet, a déclaré être « très content que les Grenoblois aient voté pour un pro­jet social com­plexe à réa­li­ser ».

 

Il dit avoir hâte de pas­ser à la phase concrète. « Maintenant, au tra­vail ! » lance-t-il, déter­miné.

 

 

Autre pro­jet lau­réat à la fois ori­gi­nal et géné­reux : « la Coloc’Action soli­daire ». Il s’a­git d’une colo­ca­tion mise gra­tui­te­ment à la dis­po­si­tion de deux étu­diants, en échange d’un temps consa­cré à de l’aide aux devoirs. Sera éga­le­ment concré­tisé, dans les pro­chains mois, grâce au vote des Grenoblois, le pro­jet d’ins­tal­ler un han­di­parc, soit une aire de jeux acces­sibles aux enfants en situa­tion de han­di­cap, dans cha­cun des six sec­teurs de la ville.

 

Écolos, altruistes, les votants gre­no­blois n’en sont pas moins sou­cieux d’a­gré­men­ter leurs soi­rées esti­vales. Parmi les six fina­listes de cette édi­tion 2018, figure ainsi le pro­jet du « cinéma plein air pour tous ».

 

SC

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3812 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Transition ? Ecologie ? Ah bon ? Il y a des éco­lo­gistes à Grenoble ? Quand la muni­ci­pa­lité Piolle et son Maire ces­se­ront-ils d’a­battre les arbres de notre ville comme encore sur felix vial­let bien­tôt, à l’es­pla­nade ou des dizaines de pla­tanes doivent dis­pa­raître au pro­fit du bêton ? Quand deman­de­ront ils avec leur groupe majo­ri­taire a la metro, de midi­fier cvcm qui a fait aug­men­ter la pol­lu­tion au no2 de +15% et fait pas­ser gre­noble de la 10eme a la 6eme ville la plus embou­teillée ?

    sep article
  2. sep article