Près de 10 000 musulmans réunis à Alpexpo Grenoble pour l’Aïd al-Adha, « un événement unique en France »

sep article

REPORTAGE – L’Aïd Al-Adha, fête du sacrifice, est la date la plus importante du calendrier musulman. À cette occasion, nous vous proposons un dossier sur l’Islam dans l’agglomération grenobloise. Pour ce premier épisode, plongée au cœur de l’événement à Alpexpo, où près de 10 000 fidèles se sont réunis ce mardi 21 août pour prier et célébrer cette date. Un rassemblement d’une ampleur unique en France.

 

 

Les premiers fidèles arrivent à Alpexpo pour la prière à l'occasion de la fête de l'Aïd al Adha. Aïd.© Florian Espalieu - Place Gre'net

Les premiers fidèles arrivent à Alpexpo pour la prière à l’occasion de la fête de l’Aïd al Adha. © Florian Espalieu – Place Gre’net

Il est 6 heures. Le soleil n’est pas encore levé sur l’avenue d’Innsbruck qui longe le centre Alpexpo de Grenoble. Seuls quelques gyrophares de la police municipale éclairent les trottoirs se dirigeant vers la halle d’exposition. Des milliers de musulmans sont attendus ce mardi matin dans le parc événementiel pour la grande prière qui va avoir lieu à l’occasion de l’Aïd Al-Adha.

 

Date la plus importante du calendrier musulman, cette journée commémore le sacrifice d’Ibrahim (Abraham, pour les autres religions), prêt à perdre son fils en soumission à Allah.

 

Son bras retenu par un ange, celui-ci aurait finalement sacrifié un mouton pour le partager avec sa famille. Un récit religieux qui a donné lieu au fameux rite d’abattage, désormais soumis à des règles strictes.

 

 

Les hommes devant, les femmes derrière

 

Déjà sur place, quelques personnes installent des stands essentiellement destinés à récolter des fonds pour des projets de la communauté musulmane. Parmi eux, l’association des musulmans unis (Amu) qui recherche de quoi financer la construction de la future mosquée de Teisseire.

 

Le service de sécurité à l'entrée d'Alpexpo lors de la fête de l'Aïd al Adha © Florian Espalieu - Place Gre'net

Le service de sécurité à l’entrée d’Alpexpo lors de la fête de l’Aïd al Adha. © Florian Espalieu – Place Gre’net

Les fidèles arrivent au compte goutte, accueillis par des agents du service d’ordre en gilet fluorescent.

 

Puis, peu à peu, les files d’attente à l’entrée s’étoffent dans le calme et un silence pieux. Seuls semblent autorisés à parler les bénévoles qui demandent d’ouvrir les sacs et de soulever les bras pour passer le détecteur de métaux.

 

 

Pour subir ce contrôle, les femmes se séparent des hommes. Les mots sont rares et prononcés à voix basse. « Écouter et répéter les mots de l’appel à la prière est un premier acte d’adoration », chuchote un fidèle avant de franchir les portes.

 

 

Une vingtaine de bénévoles en gilet orange attendent les fidèles dès leur arrivée dans le bâtiment : tous participent à une collecte organisée pour soutenir financièrement l’événement.

 

Les femmes entrent par les premières portes latérales situées à l’arrière du bâtiment. La plupart portent un long voile couvrant d’un tenant cheveux et corps mais laissant le visage apparent. Les couleurs sombres et le noir prédominent avec, ça et là, les teintes plus vives de quelques foulards rouges ou jaunes.

 

Le stand Savoir et partage lors de la fête de l'Aïd al Adha à Alpexpo. Aïd. © Florian Espalieu - Place Gre'net

Le stand Savoir et partage lors de la fête de l’Aïd al Adha à Alpexpo. © Florian Espalieu – Place Gre’net

Une dizaine de femmes portent dans leurs bras des tout petits après avoir déposé dans un coin leurs poussettes. Les enfants plus grands accompagnent leurs parents sur les tapis de prières. Les filles avec les femmes à l’arrière, les garçons devant, avec les hommes.

 

Ces derniers sont parés de teintes plutôt claires. De quoi créer une mosaïque de couleurs dans les premiers rangs devant l’imam du jour : Mohammed Benali. Âgé d’une trentaine d’années à peine, il se prépare à la prière, tout de blanc vêtu, avec sa djellaba et sa coiffe, non loin du « minbar » en bois qui lui servira de chaire lors du prêche.

 

 

« N’oubliez pas de donner ! »

 

« À Grenoble, nous avons été les premiers [à nous réunir pour la prière de l’Aïd, ndlr] », lance fièrement au micro Abdenacer Zitouni, membre du Conseil des imams de l’Isère (CII), autorité impliquée dans l’organisation de l’événement, en préambule. « C’est un événement unique en France que de se réunir ainsi si nombreux pour la prière de l’Aïd. »

 

Cheick Suhaibou Konte, de la FAMI, et Abdenacer Zitouni, du CII, organisent les derniers détails pour la fête de l'Aïd al Adha à Alpexpo © Florian Espalieu - Place Gre'net

Cheick Suhaibou Konte, de la Fami, et Abdenacer Zitouni, du CII, lors de l’organisation de la fête de l’Aïd al Adha à Alpexpo. © Florian Espalieu – Place Gre’net

La date de la célébration, qui dépend du calendrier lunaire, n’était pourtant pas favorable. Beaucoup de musulmans sont en effet retournés au « bled » pour l’été ou ont profité des vacances pour aller faire le « hajj », le pèlerinage à la Mecque, qui est l’un des cinq piliers de l’Islam. Cette année, « seulement » 10 000 musulmans participent ainsi à la prière. Pour comparaison, ils étaient 20 000 à la prière de l’Aïd el-Fitr, à la fin du mois de jeûne du ramadan.

 

Le CII peut donc s’enorgueillir de sa réussite. En fédérant les imams du département depuis plus de vingt ans, il a rendu possible de tels événements qui unissent les différentes mosquées de l’agglomération. « Mais louer une salle comme Alpexpo n’est pas gratuit », rappelle Abdenacer Zitouni avant la prière. « N’oubliez pas de donner ! » En effet, si la sécurité est gérée par des bénévoles, la location de la salle coûte près de 20 000 euros.

 

À ce gros poste de dépense, s’ajoute en outre la sonorisation des lieux, assurée par un prestataire. De même que le poste de secours, géré par la fédération française de sauvetage et de secourisme. Un coût de plusieurs milliers d’euros, également à la charge de la fédération des associations des mosquées de l’Isère (Fami), coorganisatrice de l’événement avec le CII.

 

 

« Il faut serrer les rangs »

 

Il est maintenant plus de 7 heures : le soleil commence à poindre et le flux des fidèles s’est fait plus abondant. À l’intérieur, Cheick Suhaïbou Konte, vice-président de la Fami, sillonne encore le hall avec son gyropode. La veille, il avait déjà supervisé l’installation de la salle. « Il faut serrer les rangs », assène-t-il.

 

La prière à l'intérieur d'Alpexpo lors de la fête de l'Aïd al Adha © Florian Espalieu - Place Gre'net

La prière à l’intérieur d’Alpexpo lors de la fête de l’Aïd al Adha. © Florian Espalieu – Place Gre’net

 

Il est près de 8 heures lorsque débute la prière. La succession d’inclinaisons et de prosternations crée alors un mouvement de vague multicolore. Le prêche est ensuite donné une première fois en arabe, puis dans un français parfait, bien que l’imam soit lui-même marocain. Celui-ci commence par un appel à l’unité au sein de la communauté musulmane : « Il faut être apaisé intérieurement pour pouvoir être intégré », avertit Mohammed Benali.

 

La prêche à l'intérieur d'Alpexpo lors de la fête de l'Aïd al Adha © Florian Espalieu - Place Gre'net

Le prêche à l’intérieur d’Alpexpo lors de la fête de l’Aïd al Adha. © Florian Espalieu – Place Gre’net

« La famille se doit aussi d’être au centre, poursuit-il. C’est la structure de base de l’éducation de nos enfants. » Avant de conclure que seule l’éducation permettait d’échapper à l’extrémisme : « Celui-ci provient toujours de l’ignorance. »

 

À la fin du prêche, plusieurs fidèles viennent saluer l’imam avant de repartir rapidement. Dès la sortie, l’atmosphère se fait plus légère : les sourires reviennent sur les lèvres et les discussions reprennent. Sans disparaître, la dimension religieuse va laisser place à un moment de retrouvailles en famille autour du partage de l’animal sacrifié le jour même. « C’est l’heure d’aller chasser le mouton ! », blague un père de famille.

 

Florian Espalieu

 

 

commentez lire les commentaires
4905 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. A Voiron – Pour célébrer l’Aïd al-Adha Ils tuaient des moutons dans un rez-de-jardin

    Les policiers nationaux et municipaux se sont rendus, hier matin, boulevard René-Payot à Voiron où leur avait été signalé un rassemblement suspect dans le jardin d’un appartement situé en rez-de-chaussée.
    À leur vue, les personnes qui s’étaient effectivement regroupées ont essayé de se cacher. C’est alors que les policiers ont vu un mouton égorgé, gisant sur le sol, ainsi que quatre ovins vivants encore parqués et plusieurs couteaux qui devaient servir à la célébration de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha…

    L’occupante des lieux, une femme de 35 ans, s’en est prise verbalement aux fonctionnaires de police qui lui ont rappelé que le rite du sacrifice des moutons devait obéir à des règles strictes.
    Les moutons n’étant pas marqués, il a été impossible de remonter jusqu’au vendeur de ces bêtes, lesquelles ont donc été confiées à une association de protection animale, la carcasse du mouton égorgé étant quant à elle transportée jusqu’à une société d’équarrissage.

    sep article