De bonnes perspectives pour les entreprises d’Auvergne-Rhône-Alpes selon la Banque de France

sep article

FIL INFO – La Banque de France a publié début juillet son analyse de la conjoncture économique régionale. Elle mentionne un rebond au mois de juin en Auvergne-Rhône-Alpes, malgré quelques difficultés concernant le recrutement.

 

 

Le siège de la Banque de France en Isère © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le siège de la Banque de France en Isère © Florent Mathieu – Place Gre’net

« Une bonne tenue des commandes » et « une belle visibilité » pour l’industrie, « une demande vigoureuse » pour le secteur marchand, tandis que « l’activité dans le bâtiment et les travaux publics continue sa progression ».

 

La Banque de France dresse ainsi un bilan positif de la conjoncture économique en Auvergne-Rhône-Alpes (Aura) au mois de juin. Les entreprises d’Aura semblent donc continuer en 2018 sur leur lancée de 2017, après une année 2016 en demi-teinte. Tout cela malgré un « léger ralentissement de l’économie régionale » sur le premier trimestre 2018, selon l’Insee.

 

 

Des carnets de commande bien remplis

 

Cette enquête, menée auprès 1 100 sociétés de la région souligne ainsi que « les prises de commandes s’intensifient dans la quasi-totalité des segments interrogés », notamment dans le secteur industriel, qui représente 18,2 % des effectifs. Seuls les carnets de commande pour la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques semblent « un peu courts », sans pour autant faire fléchir l’optimisme des prévisions.

 

Argent, économie, pièces de monnaies et billets d'euros, carte bancaire © Chloé Ponset - Place Gre'net

© Chloé Ponset – Place Gre’net

Dans les services marchands, qui concentrent 23,1 % de la main d’œuvre, une progression est notable. Seules les activités d’hébergement et de restauration affichent « une simple stabilité ». Par conséquent, « les perspectives ressortent favorables sur tous les segments d’activité ».

 

Pour les 7,7 % d’effectifs qui constituent le domaine du bâtiment et des travaux publics, le bilan, dressé par la Banque de France sur les mois d’avril, mai et juin, révèle là encore « des prévisions bien orientées à l’approche de la période estivale », grâce notamment à « des carnets de commandes, bien garnis, [qui] courent sur plusieurs mois ».

 

 

Des difficultés de recrutement

 

Un bémol subsiste toutefois à ce tableau globalement positif : les difficultés persistantes de recrutement. Trouver de la main-d’œuvre qualifiée reste ainsi un problème « récurrent » pour l’industrie. Un phénomène qui se perçoit particulièrement dans le domaine de l’intérim pour les profils qualifiés.

 

Un ouvrier du BTP soulève un câble par dessus des armatures métalliques sur un bâtiment en construction à Grenoble. © Fanny Chatchate

Un ouvrier du BTP sur un bâtiment en construction à Grenoble. © Fanny Chatchate – placegrenet.fr

 

Plus généralement, les « besoins de recrutement, toujours élevés, constituent souvent un frein à la croissance » dans les services marchands. Pour les travaux publics aussi, « les besoins en main-d’œuvre sont importants », avec « un recours de plus en plus large à l’intérim ». Tandis que « la disponibilité de la main-d’œuvre limite parfois l’activité » en ce qui concerne le secteur du second œuvre.

 

FE

 

 

commentez lire les commentaires
1180 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.