Réaménagement de l’A480 : l’union de quartier Berriat réclame un mur anti-bruit

sep article

FIL INFO – Un mur anti-bruit entre l’échangeur Catane et le pont du Vercors, c’est ce que réclame l’union de quartier Berriat-Saint-Bruno-Europole, dans le cadre de l’élargissement de l’A480. La seule réserve émise par la commission d’enquête publique consiste, elle, en la prolongation du mur anti-bruit au droit de deux entreprises.

 

 

L'A480 est bouchée à plusieurs heures de la journée.

© Manuel Pavard

L’union de quartier Berriat-Saint-Bruno-Europole réclame, dans le cadre du réaménagement de l’A480 au niveau de la traversée de Grenoble, la création d’un mur anti-bruit entre l’actuel échangeur Catane et le Pont du Vercors.

 

Le dispositif n’est en effet pas sur les tablettes d’Area, concessionnaire et maître d’ouvrage du projet. Pas plus qu’il n’a été demandé, en sus, par les commissaires-enquêteurs au terme de l’enquête publique. En effet, la seule réserve émise au projet d’Area tient en la prolongation du mur anti-bruit au droit de Point P et de l’usine Umicore (ex-Eurotungstène).

 

Une bienveillance qui étonne le président de l’union de quartier Berriat. « Protéger une usine et un dépôt de matériaux ? », s’étonne Bruno Lescure dans un courrier envoyé ce lundi 18 juin à Area et au préfet de l’Isère mais aussi au maire de Grenoble.

 

 

Aucune protection phonique et visuelle du pont du Vercors à celui de Catane

 

Dans son avis, défavorable, au projet de réaménagement de l’A480, l’union de quartier avait listé les équipements, bâtiments et immeubles potentiellement touchés par l’augmentation des nuisances générées par la création d’une voie supplémentaire.

 

Trois écoles (Diderot, Ampère, Vallier), une crèche, le gymnase Vallier, le Théâtre de poche, l’hôtel d’activités Cémoi, le centre EDF Alpes, le verger Essen’Ciel, le Cnac le Magasin, la Belle

électrique, le centre dramatique national, le square des Fusillés mais aussi une salle d’escalade et les immeubles d’habitation et de bureaux de la Zac Bouchayer-Viallet sont à moins de 220 mètres de l’A480.

 

Seule réserve au projet d'Area de réaménager l'A480 dans la traversée de Grenoble ? La prolongation d'un mur anti-bruit au profit de deux entreprises.Vue de l'autoroute depuis de pont de Catane, à Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Vue de l’autoroute depuis de pont de Catane, à Grenoble. © Léa Raymond – placegrenet.fr

Pour certains équipements, un « dédommagement » a été obtenu. En effet, la Ville de Grenoble a obtenu d’Area 4,5 millions d’euros pour mieux protéger le square et le groupe scolaire Vallier.

 

Pas suffisant pour l’union de quartier Berriat. Celle-ci dénonce une « absence totale de protection phonique et visuelle du pont du Vercors au pont de Catane » et réclame qu’Eric Piolle intervienne désormais pour exiger la création d’un mur anti-bruit sur la totalité de cette portion.

 

« L’enquête publique semble sur ce point entachée d’une faiblesse juridique : il apparaît difficile, devant un tribunal, de défendre une réserve, le prolongement sus évoqué (au droit de Point P et Umicore, ndlr), mais d’écarter de cette réserve une prolongation entre l’actuel échangeur de Catane et le pont du Vercors », souligne l’union de quartier dans sa missive.

 

La déclaration d’utilité publique (DUP) prise par le préfet, coup d’envoi du projet, devrait intervenir d’ici la fin de l’année. C’est contre cette DUP que des recours pourront éventuellement être déposés…

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
5834 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. Ce mur serait en effet très utile, ainsi que la limitation à 70 Km/h qui permettrait probablement de gagner quelques décibels… Si cela se concrétise, j’espère que, financièrement, cela ne se fera pas au détriment de la création d’une voie de sécurité partagée (VSR) au sud du Rondeau, permettant de faire circuler les transports en commun sur la bande d’arrêt d’urgence. Je ne sais pas pourquoi, mais je pressens que cela se passe ainsi… Alors que 30 000 véhicules par jour proviennent du sud de l’agglomération.

    sep article
  2. Etonnante réaction de la part d’un Président d’union de quartier que de s’en prendre aux avancées du quartier voisin !
    Si les habitants du quartier Berriat souffrent également des nuisances sonores de A480 qu’ils se mobilisent. Il est peut-être encore temps et je signerai volontiers une pétition pour les aider à obtenir satisfaction.
    Par contre je pense que les propos de Monsieur De Lescure publiés dans votre journal ne sont pas acceptables de la part d’un président d’Union de quartier. Ce Monsieur n’a manifestement pas lu le rapport de Messieurs les commissaires enquêteurs en ce qui concerne la réserve émise.
    Ce mur a été réclamé lors de l’enquête publique par l’union de quartier des Eaux Claires et aussi par les nombreux habitants des immeubles riverains. Il ne servira pas uniquement à protéger 2 usines, comme prétendu dans votre article par le Président de l’union de quartier Berriat (protection pourtant bien nécessaire compte tenu du classement SEVESO de ces 2 usines situées en bordure immédiate de A480) .
    Que Monsieur le Président de l’UQ St Bruno se concentre sur les problèmes de son quartier et cesse ses sous entendus sur l’utilité de cette protection phonique que les habitants des Eaux Claires attendent avec impatience.

    sep article
    • Mme Josephine,
      Mr De Lescure n’est pas contre le mur anti-Bruit coté des Eaux-Claire (Il est pour sa prolongation).
      L’Union de Quartier Berriat Saint-Bruno-Europole demande à la Ville d’intervenir tant auprès de l’AREA que de l’État afin d’exiger la création d’un mur anti-bruits entre l’actuel échangeur de Catane et le pont du Vercors. Entre le Pont de Catane et le Pont du Vercors, cette autoroute, l’A480 est bordée par: Des équipements Publics (l’école Diderot, l’école
      Ampère, l’école Vallier, la crèche Pom-Flor, le gymnase Vallier, Le Théâtre de poche, L’hôtel d’activités CEMOI, le CNAC , La Belle Électrique, Le Verger Essen’Ciel, Le Square des Fusillé ….) et des immeubles d’habitation implantés à moins de 300 m de l’autoroute : Rue Diderot, Rue Poloti, Chemin des 3 maisons, Cours Berriat, Square des Fusillés, Esplanade Andry Farcy, Rue Ampère, Rue G.Jacquet, Rue L. Sestier, Rue V.Lastella, Rue Arts et Métiers, Rue Gustave Eiffel, Rue Dr Greffier …) et des terrains à bâtir pouvant encore accueillir d’autre activités ou Habitations.
      De plus, je déplore votre focus sur Mr. De Lescure, car cette lettre (et les document joints) émane d’habitants riverains de L’A480, qui ont évoqué le besoin (du prolongement du mur anti-bruit) lors de la Réunion Publique de Mars dernier en interpelant les élus : Mr Fristot & Mr Wiard. Ce dernier demandant d’être destinataire de ce courrier (souhait émit lors de cette RP) . L’UQ a servi de lien entre les habitants & les Pouvoirs publique & l’AREA. Bien Cordialement, un habitant du secteur Berriat .

      sep article
  3. Riveraine de A 480 dans le quartier des Eaux Claires, je suis vraiment stupéfaite de la réaction de l’union de quartier Berriat- St Bruno -Europole !
    Pourquoi cette union de quartier ne se réjouit-elle pas des améliorations obtenues par une union de quartier voisine et par ses nombreux habitants ? Comment une union de quartier ose-t-elle remettre en question une décision prise pour améliorer les conditions de vie de certains grenoblois ?

    Je rappelle à ce monsieur que les habitants des Eaux-Claires, fortement gênés actuellement par les bruits de l’autoroute, réclament ce mur depuis déjà de nombreuses années. Ils ont donc été très nombreux à prendre le temps de participer à l’enquête publique afin de réclamer un mur de protection phonique.
    Les immeubles particulièrement impactés par ces nuisances sonores sont situés juste derrière ces 2 usines (usines de faible hauteur qui ne font donc pas du tout écran phonique). Ce sont des immeubles de 12 étages ou habitent plus de 400 personnes et ils sont situés à moins de 300 mètres de A480.
    Sur les plans présentés lors de l’enquête publique on pouvait voir que la protection phonique existait bien devant Mistral et devant les impôts ainsi qu’en face pour protéger les habitants de Seyssinet, ce qui nous aurait renvoyé encore plus de bruit coté Grenoble. Nous avions donc été complètement oubliés et nous avons donc voulu faire corriger cet oubli de quelques centaines de mètres seulement.

    D’autre part, il est important que ces usines stockant des produits dangereux soient également protégées en cas d’accident et d’incendie sur A 480 si on veut éviter l’effet Domino dans ce quartier fortement urbanisé et comportant de nombreux établissements scolaires.
    L’Union de quartier des Eaux Claires a été attentive à la demande des habitants du quartier. L’union de quartier Berriat-St Bruno Europole n’a pas réussi à convaincre les habitants de participer massivement à l’enquête publique. C’est regrettable, mais est-il vraiment
    Indispensable maintenant de sous entendre que le mur de protection (obtenu après réserve des commissaires enquêteurs) aux Eaux Claires est inutile pour en réclamer un également ?

    sep article
  4. Cet article est consternant:
    Consternant, parce qu’il véhicule des erreurs grossières . Les entreprises métallurgiques Umicore et Sandvik n’ont pas demandé de mur de protection phonique, ils ne sont même pas intervenus dans l’enquête publique sur ce point. Ce sont les habitants du quartier des Eaux Claires, qui depuis longtemps demandent un mur de protection phonique pour la totalité des riverains du quartier des Eaux Claires, qui se sont exprimés très nombreux au cours de l’enquête publique(*)
    Consternant, parce que le Président de l’union de quartier Berriat, qui n’a pas su mobiliser les habitants de son quartier en temps utile, jette le doute sur les conclusions des commissaires enquêteur en parlant de “bienveillance” et menace même d’un recours contre la réalisation du mur du quartier des Eaux Claires.
    Consternant parce que la demande de protections phoniques pour le quartier Berriat est parfaitement légitime, et que son Président aurait plutôt du se féliciter qu’elles aient été obtenues pour le quartier des Eaux Claires, pour appuyer sa demande.

    (*)Il suffit de relire les contributions de l’enquête publique pour vérifier la forte mobilisation des habitants des Eaux Claires. et de l’Union de quartier (UDHEC)

    sep article
    • PC

      18/06/2018
      22:16

      L’article ne dit en rien que ce sont les deux entreprises qui ont demandé la réalisation d’un mur anti-bruit, seulement que cet écran a été réalisé au droit de ces deux entreprises. De même, le président de l’UQ Berriat s’interroge quant à la fragilité juridique du projet, qui autoriserait un mur sur une portion, et l’exclurait sur une autre. En rien, l’article ne dit que les protections phoniques pour le quartier Berriat ne sont pas légitimes.

      sep article
  5. Si une pétition est initiée pour la construction d’un mur antibruit du pont du Vercors au Pont de Catane, adressée au préfet, je signe tout de suite.

    sep article
    • Et elle n’aurait pas été adressée au préfet, vous ne l’auriez pas signée?

      sep article