La CGT s’inquiète pour la sécurité du site Seveso de STMicroelectronics, à Crolles

sep article



FOCUS – Le syndicat CGT de l’entreprise STMicroelectronics à Crolles s’inquiète des risques liés aux ordonnances Macron de septembre 2017 qui fusionnent notamment les instances représentatives du personnel. Le syndicat a organisé, le 26 avril dernier, une réunion publique pour informer les riverains des dangers liés à la disparition des comités hygiène-sécurité et conditions de travail dans cette usine Seveso à seuil haut. Mais les questions demeurent…

 

 

Y aura-t-il un risque à tra­vailler sur le site de STMicroelectronics à Crolles et à vivre dans les envi­rons ? C’est ce que redoutent les syn­di­ca­listes CGT de l’u­sine suite à la fusion des ins­tances repré­sen­ta­tives du per­son­nel, en appli­ca­tion de l’ordonnance Macron du 22 sep­tembre 2017.

 

Toutes ces ins­tances vont en effet fusion­ner en un unique Comité social et éco­no­mique (CSE) dans les entre­prises d’au moins onze sala­riés. Exit les délé­gués du per­son­nel, les comi­tés d’en­tre­prise et les comi­tés hygiène-sécu­rité et condi­tions de tra­vail (CHSCT).

 

Usine_STMicroelectronics_Crolles. © Artechnic

Usine de STMicroelectronics à Crolles. © Artechnic

 

Plus de 4 000 per­sonnes tra­vaillent sur le site de Crolles, répar­ties dans deux éta­blis­se­ments : la SA STMicroelectronics et la SAS ST Crolles. Elles dis­posent actuel­le­ment de 120 élus dans les ins­tances repré­sen­ta­tives du per­son­nel et de deux CHSCT tota­li­sant 24 membres élus, indique la CGT. Or d’a­près le syn­di­cat, non seule­ment ces comi­tés sont voués à dis­pa­raître avec l’ap­pli­ca­tion des ordon­nances Macron, mais la direc­tion aurait décidé « de réunir les deux entre­prises sur le plan social, et de créer donc un seul CSE ».

 

 

Vers la réduction du « travail et d’enquête des élu-e‑s du personnel » ?

 

S’ensuivraient une baisse dras­tique du nombre de repré­sen­tants du per­son­nel. Pire encore, selon la CGT, « avec ces ordon­nances, le CHSCT [com­posé de 24 membres, ndlr] va dis­pa­raître et sera rem­placé par une CSSCT (Commission santé, sécu­rité et condi­tions de tra­vail), com­posé a priori de 3 élu-e‑s du CSE ». Et le syn­di­cat d’en­fon­cer le clou : « Ce pro­jet nous alarme vis-à-vis du trai­te­ment des infor­ma­tions et du res­pect des légis­la­tions liées aux risques poten­tiels de notre site classé Seveso seuil haut [à forts risques tech­no­lo­giques, ndlr]. »

 

Salarié en tenue de STMicroelectronics devant un ordinateur. © Artechnic

Salarié de STMicroelectronics en tenue devant un ordi­na­teur. © Artechnic

La CGT craint ainsi que cette réforme réduise « très for­te­ment les pos­si­bi­li­tés de tra­vail et d’enquête des élu-e‑s du per­son­nel ». Des élus qui seraient aujourd’hui « les seul-e‑s garant-e‑s d’une exper­tise indé­pen­dante de la direc­tion et des inté­rêts de l’entreprise ».

 

En effet, l’actuel CHSCT peut être saisi par les délé­gués du per­son­nel et l’employeur. Il doit même être obli­ga­toi­re­ment saisi en cas de déci­sions modi­fiant les condi­tions de santé et de sécu­rité ou les condi­tions de tra­vail. Sur déci­sion des membres du comité, un expert peut en outre inter­ve­nir pour appor­ter son avis.

 

Le syn­di­cat espère com­pen­ser cette baisse du nombre d’é­lus dans les ins­tances repré­sen­ta­tives du per­son­nel par la hausse du nombre d’heures effec­tuées par cha­cun d’eux. Il réclame ainsi 1 434 heures pour un total de 94 élus, alors qu’aujourd’hui, les 120 élus effec­tuent 1 254 heures au total au sein des comi­tés.

 

 

La crainte d’une « simple commission… sans personnalité morale et juridique propre »

 

Déjà sol­li­ci­tée par la CGT en 2017, la dépu­tée PS de l’Isère Marie-Noëlle Battistel avait annoncé, dans une lettre au syn­di­cat de l’entreprise, res­ter « scep­tique sur les effets de cette remise en cause de la repré­sen­ta­ti­vité du per­son­nel sur le mar­ché de l’emploi ».

 

La député PS Marie-Noëlle Battistel

La député PS Marie-Noëlle Battistel – DR

Elle avait, par ailleurs, fait part de ses craintes que les CHSCT soient réduits « à une simple com­mis­sion du comité social et éco­no­mique, sans per­son­na­lité morale et juri­dique propre ».

 

Au sein de l’en­tre­prise, com­bien y aura-t-il fina­le­ment d’é­lus en moins suite à cette fusion ? Quelle recon­ver­sion pos­sible ? Quels sont les avan­tages et incon­vé­nients d’un tel amé­na­ge­ment ?

 

La direc­tion n’a pas donné suite à nos ques­tions. Elle nous a tout de même fait savoir que la « négo­cia­tion est en cours avec pour objec­tif une rela­tion sociale renou­ve­lée pour plus d’efficacité et de satis­fac­tion de l’ensemble des acteurs de la rela­tion sociale ainsi que des sala­riés. »

 

Édouard Merlo

 

 

 

La CSSCT, instance additionnelle du CSE

 

Instance addi­tion­nelle du CSE, la CSSCT concerne les entre­prises d’au moins 300 sala­riés, les éta­blis­se­ments com­pre­nant une ins­tal­la­tion nucléaire ou encore les sites Seveso. Il devrait donc y avoir, au sein du site de Crolles, cette com­mis­sion addi­tion­nelle santé-sécu­rité, en plus d’un CSE.

 

Présidée par l’employeur, la CSSCT exerce tout ou par­tie des attri­bu­tions en matière d’hygiène et de sécu­rité que lui délègue le CSE. Seul ce der­nier rend en revanche un avis et peut dési­gner un expert. Un accord d’entreprise déter­mi­nera le nombre des membres de la CSSCT, au mini­mum de trois repré­sen­tants du per­son­nel.

 

Intérieur de l'usine STMicroelectronics. © Artechnic

Intérieur de l’u­sine STMicroelectronics. © Artechnic

 

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4663 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ping : SITES SEVESO : LES PROFITS CONTRE LA SECURITE – CGT STMICROELECTRONICS Crolles

  2. dans les indus­tries de com­po­sants élec­tro­niques, de très nom­breuses sub­stances chi­miques cor­ro­sives ou toxiques sont mas­si­ve­ment uti­li­sées, sol­vants et acides ou bases, sous forme liquide ou gazeuse ou de pous­sières métal­liques, dont cer­taines sont can­cé­ri­gènes :  » La pré­ven­tion des risques dans les indus­tries et labo­ra­toires de micro-élec­tro­nique  » : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=411

    sep article
  3. Quand la CGT s’in­quiète, c’est qu’elle est inquiète pour elle même. C’est tout ce qu’elle sait faire.

    sep article