Lyon-Turin : après les tergiversations françaises et les hésitations italiennes, marche arrière toute ?

sep article

EN BREF – Après le rapport Duron préconisant de repousser à plus tard la seconde phase de la ligne ferroviaire Lyon-Turin, l’Italie laisse à son tour planer le doute. Le contrat de gouvernement signé entre le M5S et la Ligue prévoit de rediscuter intégralement le projet. Au risque de faire dérailler l’accord transalpin ?

 

 

No Tav, Lyon-Turin

No Tav, Lyon-Turin. DR

Alors qu’en France pro et anti-Lyon-Turin s’af­frontent à coups d’ar­gu­ments et que le rap­port Duron a repoussé à plus tard la ques­tion des accès, le nou­veau gou­ver­ne­ment ita­lien n’est pas com­plè­te­ment convaincu par la ligne fer­ro­viaire trans­al­pine.

 

Le contrat publié ven­dredi 18 mai, fruit d’un accord entre le M5S (parti popu­liste) et la Ligue (extrême droite) pour for­mer le nou­veau gou­ver­ne­ment, laisse pla­ner le doute de l’autre côté des Alpes.

 

« Concernant la ligne à grande vitesse Turin-Lyon, est-il pré­cisé en page 50, nous nous enga­geons à redis­cu­ter inté­gra­le­ment le pro­jet en appli­ca­tion de l’ac­cord entre l’Italie et la France ». Marche arrière toute ? En fait, ini­tia­le­ment, dans une pre­mière ver­sion du contrat, les deux par­tis avaient pro­posé d’ar­rê­ter les tra­vaux, le M5S s’é­tant tou­jours pro­noncé contre ce pro­jet jugé « inutile ». Dans la ver­sion défi­ni­tive, le « non » est devenu « on en redis­cu­tera », la Ligue refu­sant d’en­dos­ser la cas­quette du fos­soyeur des pro­jets en cours.

 

 

En France, priorité absolue est donnée… à l’entretien du réseau routier

 

On en est là. Bref, si le débat est loin d’être clos, il semble urgent d’at­tendre. C’était déjà la posi­tion en France du conseil d’o­rien­ta­tion des infra­struc­tures (COI). En février der­nier, dans son rap­port, ce groupe de par­le­men­taires, d’élus locaux et d’experts mis­sionné par le gou­ver­ne­ment pré­co­ni­sait de repor­ter à après 2038 la seconde phase du Lyon-Turin. Préconisation qui a conduit, début mai, les dépu­tés de la majo­rité pré­si­den­tielle de Savoie à se fendre d’une lettre ouverte à Emmanuel Macron. Les élus savoyards y réclament une « livrai­son coor­don­née du tun­nel trans­fron­ta­lier et de ses accès fran­çais en 2030 ».

 

Elisabeth Borne, ministre déléguée aux transports lors de son audition au Sénat le 20 juillet 2017 (capture d'écran).

Élisabeth Borne lors de son audi­tion au Sénat le 20 juillet 2017, avait mis le Lyon-Turin sur pause, avant d’être reca­drée par Emmanuel Macron. (cap­ture d’é­cran).

C’est mal engagé. Alors que la pré­sen­ta­tion de la future loi d’o­rien­ta­tion sur les mobi­li­tés est annon­cée avant l’été*, la ministre des Transports Élisabeth Borne a confirmé le 15 mai der­nier devant le Sénat la prio­rité abso­lue d’aug­men­ter les moyens consa­crés à l’en­tre­tien du réseau rou­tier dont l’état est devenu pré­oc­cu­pant, sou­ligne la Caisse des dépôts et consi­gna­tions.

 

L’enveloppe bud­gé­taire consa­crée à l’en­tre­tien et la moder­ni­sa­tion du réseau rou­tier pour­rait s’élever à un mil­liard d’euros. Le fer­ro­viaire serait-il donc sur une voie de garage ? Le Lyon-Turin ne semble en tout cas pas être, finan­ciè­re­ment par­lant, la prio­rité du gou­ver­ne­ment.

 

Le 4 décembre 2017, la com­mis­sion d’ac­cès aux docu­ments admi­nis­tra­tifs (Cada) s’é­tait, dans un avis, appuyé sur une réponse de la ministre affir­mant que « les enga­ge­ments finan­ciers de l’État cor­res­pon­dant aux tra­vaux défi­ni­tifs de la sec­tion trans­fron­ta­lière n’avaient pas été enga­gés ». Auquel cas, impos­sible de lan­cer les mar­chés de tra­vaux ?

 

 

L’Europe, prudente après s’être engagée jusqu’en 2020

 

Sollicités à plu­sieurs reprises à ce sujet, les ser­vices de la ministre n’ont jamais répondu à nos demandes. La France doit pour­tant abon­der à hau­teur de 25 % du tun­nel, l’Italie de 35 % et l’Europe de 40 %. Un mon­tage finan­cier fra­gile. En effet, si la Commission euro­péenne s’est enga­gée, c’est seule­ment sur la période 2014 – 2020.

 

Pour ouvrir le docu­ment, cli­quer sur l’i­mage.

« Il est actuel­le­ment impos­sible de pré­ju­ger du sou­tien finan­cier post-2020 car les États membres doivent encore s’ac­cor­der sur les pers­pec­tives finan­cières de l’UE pour 2020 – 2026, nous avait répondu Bruxelles. À ce stade, nous n’a­vons donc pas de visi­bi­lité sur notre bud­get trans­port à long terme. En outre, un finan­ce­ment futur dépen­dra aussi des pro­grès déjà faits, en par­ti­cu­lier dans le cadre de l’ac­tuelle sub­ven­tion… »

 

L’Europe a accepté de finan­cer 813 mil­lions d’eu­ros sur les 1,9 mil­liard du pro­jet d’ici fin 2019. Une contri­bu­tion finan­cière maxi­mum, l’Union euro­péenne ne sou­te­nant finan­ciè­re­ment que les acti­vi­tés réel­le­ment réa­li­sées selon le prin­cipe du « use it or lose it ».

 

« Ni la France, ni l’Italie, ni l’Europe ne peuvent affi­cher les dis­po­ni­bi­li­tés des finan­ce­ments du tun­nel trans­fron­ta­lier et encore moins celles des accès au tun­nel, pointe Daniel Ibanez, un des prin­ci­paux oppo­sants au pro­jet. Ceux qui pré­tendent le contraire doivent en appor­ter la preuve ».

 

Reste que le gou­ver­ne­ment, via le minis­tère de la Transition éco­lo­gique et soli­daire et non le minis­tère des Transports, s’est un mini­mum engagé sur la ques­tion début mai. En signant avec l’Agence de finan­ce­ment des infra­struc­tures de trans­port de France et Telt, le pro­mo­teur de la sec­tion trans­fron­ta­lière, la conven­tion rela­tive à la réa­li­sa­tion et au finan­ce­ment des tra­vaux défi­ni­tifs de la construc­tion des ouvrages de la par­tie com­mune franco-ita­lienne**.

 

 

Patricia Cerinsek avec Giovanna Crippa

 

 

  • Plus vrai­sem­bla­ble­ment fin 2018, voire début 2019. Article mis à jour le 24 mai 2018.

 

** Article mis à jour le 24 mai 2018 avec la pré­ci­sion de la signa­ture de cette conven­tion.

 

 

commentez lire les commentaires
2889 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.