Opération séduc­tion de l’im­pri­me­rie isé­roise Deux-Ponts pour contrer la pénu­rie d’apprentis

Opération séduc­tion de l’im­pri­me­rie isé­roise Deux-Ponts pour contrer la pénu­rie d’apprentis

FOCUS – Cherchant à atti­rer de nou­velles recrues, l’im­pri­me­rie Deux-Ponts a orga­nisé une visite de ses locaux en pré­sence de Jean-Charles Colas-Roy, député LREM de l’Isère, Pierre Streiff, pré­sident du Medef Isère, et Jérôme Lopez, pré­sident de la Confédération des PME de l’Isère. Le diri­geant a insisté sur les dan­gers pesant sur les métiers de l’im­pri­me­rie alors que les for­ma­tions dans ce domaine disparaissent.

Imprimerie Deux-ponts. © Edouard Merlo – Placegrenet​.fr

La répu­ta­tion des Deux-Ponts dans le haut de gamme n’est plus à faire. Non seule­ment elle col­la­bore avec des marques de luxe comme Vuitton, Dior et Saint-Laurent mais la marque amé­ri­caine Supreme uti­lise ses ser­vices pour mettre en avant ses pro­duits dans des catalogues.

Tout n’a pour­tant pas été tou­jours rose pour la manu­fac­ture d’histoires isé­roise. L’entreprise a même connu des dif­fi­cul­tés finan­cières telles qu’elle a divisé par deux son chiffre d’af­faires. Malgré cela et en dépit de la forte concur­rence ita­lienne, l’im­pri­me­rie a décidé de gar­der son ancrage dans le département.

Ayant du mal à trou­ver des appren­tis for­més pour les nom­breux métiers spé­ci­fiques de l’im­pri­me­rie, Deux-Ponts a décidé de com­mu­ni­quer et de mettre en avant ses atouts. La direc­tion a ainsi reçu dans ses locaux ce lundi 14 mai, à Bresson, Jean-Charles Colas-Roy, député LREM de l’Isère, Pierre Streiff, pré­sident du Medef Isère, et Jérôme Lopez, pré­sident de la Confédération des PME de l’Isère.

Une entre­prise fami­liale et labellisée

André Caillat, le grand-père de l’actuel diri­geant a fondé l’entreprise en 1935 lorsqu’il avait 23 ans. Nous en sommes aujourd’­hui à la qua­trième géné­ra­tion, avec Laurent Caillat, pré­sident de la société, son frère Renaud, direc­teur géné­ral, son fils Stellio, direc­teur com­mer­cial et Cécile Kebbal (née Caillat), char­gée des res­sources humaines. Une affaire fami­liale en somme !

Manufacture d'histoires Deux-Ponts

Manufacture d’his­toires Deux-Ponts © Édouard Merlo – pla​ce​gre​net​.fr

L’entreprise compte aujourd’hui 150 sala­riés mais, comme le recon­naît Laurent Caillat, « on a été malade ». Avant la crise des sub­primes de 2008, Deux-Ponts comp­tait en effet 300 salariés.

Outre la crise éco­no­mique, la crise éco­lo­gique et la révo­lu­tion numé­rique sont les pro­chaines menaces. D’où les virages du haut de gamme et de l’export pris par l’entreprise. « Dès 1996, nous avons com­mencé à col­la­bo­rer avec Vuitton, puis en 2001 avec Dior et Saint-Laurent », affirme le dirigeant.

L’entreprise se targue aussi d’avoir reçu en 2012 et 2017 le label d’État Entreprise du patri­moine vivant, une marque de recon­nais­sance du minis­tère de l’Économie mise en place pour dis­tin­guer des entre­prises fran­çaises aux savoir-faire arti­sa­naux et indus­triels d’excellence. « C’est l’une des seules manu­fac­tures qui assure toute la chaîne de pro­duc­tion », pré­cise Laurent Caillat.

Une entre­prise fière de son « made in Isère »

« On est le menui­sier du desi­gner », résume Renaud Caillat pour décrire l’entreprise. Qui pré­cise : « On est confronté à des demandes de créa­teurs qui nous pro­voquent. Nous devons constam­ment riva­li­ser de créa­ti­vité pour répondre à la demande. »

Face à la crise éco­no­mique, à la forte concur­rence, l’entreprise a tenu bon : « Les ban­quiers nous inci­taient à chan­ger notre modèle éco­no­mique, le jugeant mau­vais. Ils vou­laient que l’on sous-traite le maxi­mum des acti­vi­tés à l’étranger et qu’on ne fasse que l’impression ici. Nous avons refusé et nous avons main­tenu notre ancrage dans le ter­ri­toire. Nous n’avons pas renoncé à notre base sociale locale. » Un choix qui, d’a­près le diri­geant, a donc conduit la famille à renon­cer à des pro­fits. De 30 mil­lions d’eu­ros avant la crise, le chiffre d’af­faires est ainsi aujourd’­hui tombé à 17 mil­lions d’euros.

Nous fai­sant visi­ter la salle des pro­to­types et des maquettes, le direc­teur ajoute : « Un finan­cier qui vien­drait dans cette salle nous dirait d’enlever toutes les machines, d’enlever ce super­flu, mais on per­drait notre âme ».

De gauche à droite : Laurent Caillat, Jérôme Lopez et Jean-Charles Colas-Roy

De gauche à droite : Laurent Caillat, Jérôme Lopez et Jean-Charles Colas-Roy © Édouard Merlo – pla​ce​gre​net​.fr

Alors que le gou­ver­ne­ment lance une réforme de l’ap­pren­tis­sage et que le pro­jet de loi Pacte pré­voit des chan­ge­ments pour aider les PME, Renaud Caillat a pro­fité de la pré­sence Jean-Charles Colas-Roy, député LREM, pour inter­pel­ler l’élu. « Nous avons fait le choix de conser­ver 34 corps de métier dif­fé­rents au sein de l’entreprise. Mais il faut que l’écosystème exté­rieur nous aide éga­le­ment. »

Plus que le made in France, c’est le “made in Isère” que veut pro­mou­voir le chef d’entreprise. « Il est impor­tant pour moi de visi­ter les entre­prises, a répondu le député de la majo­rité. Dans le cadre du pro­jet de loi Pacte, il faut être per­for­mant et com­prendre les entre­prises locales. »

Un manque de for­ma­tion et des métiers en danger

Aujourd’hui, sept appren­tis sont en alter­nance ou en contrat d’apprentissage dans l’entreprise. Ces der­niers à l’i­mage de l’en­tre­prise proi­viennent d’ho­ri­zons divers, aspi­rant à deve­nir atta­ché com­mer­cial, conduc­teur off­set, pilote de ligne de pro­duc­tion ou encore tech­ni­cien supé­rieur en exploi­ta­tion logistique.

Cécile Kebbal, direc­trice des res­sources humaines, admet « des dif­fi­cul­tés à trou­ver des appren­tis ». « Les jeunes ne sont pas au fait des métiers de l’imprimerie. Comme c’est un sec­teur peu déve­loppé au niveau natio­nal, les jeunes en région ne le connaissent pas. » Pourtant, affirme-t-elle, « l’alternance est le meilleur moyen d’entrer dans la vie pro­fes­sion­nelle. Selon le niveau d’étude et la for­ma­tion, les salaires s’étalent de 500 à 2 000 euros par mois pour les appren­tis. »

Manufacture d'histoires Deux-Ponts

Manufacture d’his­toires Deux-Ponts © Édouard Merlo – pla​ce​gre​net​.fr

« Je n’ai rien foutu à l’école, mais l’école ne forme pas non plus », affirme sans com­plexe Laurent Caillat dont le rap­port à l’ins­ti­tu­tion sco­laire semble plus tendu. Pour le pré­sident, l’école ne forme plus des arti­sans. « Ils veulent tous être ingé­nieurs et ne sont pas atti­rés par l’imprimerie ».

Relieur, séri­graphe, les métiers de la fini­tion sont sous ten­sion. Et l’entreprise manque cruel­le­ment de pro­fes­sion­nels for­més. « Ce qu’on reproche aux écoles, c’est qu’elles ne forment plus à tous ces métiers. On a dû faire reve­nir des retrai­tés pour qu’ils nous éclairent sur cer­taines tech­niques », affirme Laurent Caillat.

Pour lui, pas de doute, « il fau­drait rendre l’apprentissage obli­ga­toire. » Et le PDG d’a­jou­ter cet argu­ment : « 50 % des chefs d’entreprise alle­mands sont issus de l’apprentissage. »

Manufacture d'histoires Deux-Ponts

Manufacture d’his­toires Deux-Ponts. © Édouard Merlo – pla​ce​gre​net​.fr

Alors que 2018 va mar­quer les 550 ans de la mort de Gutenberg, à l’origine de la nais­sance de l’imprimerie, Deux-Ponts entend bien rap­pe­ler que celle-ci a encore de beaux jours devant elle si elle innove.

Édouard Merlo

EM

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La Bonne Pioche, épicerie grenobloise de produits locaux en vrac, ouvre un second magasin à Meylan
La Bonne Pioche, épi­ce­rie gre­no­bloise de pro­duits locaux en vrac, ouvre un second maga­sin à Meylan

FLASH INFO - Après une première échoppe à Grenoble, ouverte en 2016, l'épicerie de produits locaux en vrac ou consignés La Bonne pioche met le Lire plus

La Métropole de Grenoble pré­sente un bud­get 2023 record pour « la trans­for­ma­tion du ter­ri­toire », mais sans hausse d’impôts

FOCUS - La Métropole de Grenoble a présenté, mardi 31 janvier 2023, le budget prévisionnel 2023 qui sera soumis au vote du conseil métropolitain ce Lire plus

Go Sport France, filiale du groupe grenoblois Go Sport, à son tour placée en redressement judiciaire le 1er février 2023
Go Sport France, filiale du groupe gre­no­blois Go Sport, à son tour pla­cée en redres­se­ment judi­ciaire le 1er février 2023

FLASH INFO - Après le groupe (grenoblois) Go Sport le jeudi 19 janvier 2023, c'est au tour de sa filiale Go Sport France d'être placée Lire plus

Le tribunal administratif de Grenoble annule la déclaration d'utilité publique accordée au projet Inspira sur Sablons et Salaise
Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble annule la décla­ra­tion d’u­ti­lité publique accor­dée au pro­jet Inspira sur Sablons et Salaise

FLASH INFO - Après l'audience du 17 janvier 2023, le tribunal administratif de Grenoble a suivi l'avis de sa rapporteure générale et annulé la déclaration Lire plus

Un débat d'orientation budgétaire 2023 de Grenoble houleux sur fond d'opposition à la hausse de la taxe foncière
Un débat d’o­rien­ta­tion bud­gé­taire 2023 de Grenoble hou­leux sur fond d’op­po­si­tion à la hausse de la taxe foncière

FOCUS - Les échanges ont été longs autour de la hausse annoncée de la taxe foncière à Grenoble, à l'occasion du débat d'orientation budgétaire durant Lire plus

La Région Auvergne-Rhône-Alpes finance l'achat de 400 véhicules à hydrogène pour les professionnels
La Région Auvergne-Rhône-Alpes cofi­nance l’a­chat de 400 véhi­cules à hydro­gène pour les professionnels

FLASH INFO - La Région Auvergne-Rhône-Alpes annonce "financer l'acquisition de 400 véhicules légers à hydrogène pour les professionnels". Un cofinancement en réalité, puisque ce sont des Lire plus

Flash Info

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !