Feu vert pour le centre commercial Neyrpic suite au vote d’un protocole d’accord par la Métropole

sep article

DÉCRYPTAGE ET REPORTAGE VIDÉO – Au terme de trois heures de débat, le conseil métropolitain de Grenoble Alpes Métropole a voté, ce vendredi 6 avril, un « protocole d’accord » portant sur le projet de centre commercial Neyrpic. Soulagement du côté des élus de la majorité de Saint-Martin-d’Hères. Profonde déception chez les élus grenoblois et les militants opposés au projet qui s’étaient encore mobilisés, le matin, pour interpeller les conseillers métropolitains.

 

 

Samedi 10 mars 2018, David Queiros, maire de Saint Martin d'Hères, devant les anciennes halles Neyrpic vouées à accueillir le futur pôle commercial et de loisirs © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

David Queiros, maire de Saint-Martin-d’Hères, devant l’affiche du projet Neyrpic © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

Ce vendredi 6 avril, s’est joué un épisode crucial dans l’avancée du projet de centre commercial Neyrpic porté par le promoteur Apsys sur la commune de Saint-Martin-d’Hères.

 

Un épisode qui fera date dans les annales du conseil métropolitain de Grenoble-Alpes Métropole.

 

« Jamais ces lieux n’ont connu un tel débat ! », a ainsi estimé Christophe Ferrari, président de la Métropole de Grenoble, à la toute fin de la trentaine d’interventions souvent bien fournies qui se sont enchaînées.

 

 

Les deux délibérations « Neyrpic » approuvées

 

Au centre des multiples prises de paroles : le projet de centre commercial Neyrpic. Ou plus exactement, un protocole d’accord relatif à ce projet. Un protocole « innovant » de l’avis de ses défenseurs. Sans « aucune valeur juridique » ont en revanche très souvent pointé les opposants.

 

De quoi s’agit-il au final ? D’un document exposant onze mesures, supposées pouvoir éviter que le futur centre commercial Neyrpic, de 24 000 m2 de surface de vente, ne déstabilise les commerces des autres pôles de la métropole. Aussi bien ceux du centre-ville de Grenoble que de Grand’Place, de Comboire ou encore des Portes du Vercors.

 

David Queiros, maire de Saint Martin d'Hères à proximité de la voie Galilée, qui doit être déclassée en vue de la réalisation du projet Neyrpic. © Séverine Cattiaux - placegrenet.fr

David Queiros, maire de Saint-Martin-d’Hères à proximité de la voie Galilée, qui vient d’être déclassée en vue de la réalisation du projet Neyrpic. © Séverine Cattiaux – placegrenet.fr

À l’issue d’un temps d’échange particulièrement long, le conseil communautaire a finalement entériné le protocole, avec une majorité relativement confortable, 75 conseillers votant pour, 35 contre et 12 autres s’abstenant.

 

Un peu plus tard, vers la fin de la séance, la deuxième délibération assortie d’un amendement, et conditionnant le projet Neyrpic, a été quant à elle pour le moins vite expédiée, sans aucune prise de parole. Les conseillers ont réparti peu ou proue leurs voix dans les mêmes proportions que pour la première délibération.

 

Ce faisant, ils ont validé le déclassement d’un bout de voirie du domaine public pour les besoins de la construction du futur équipement commercial et de loisirs. Une délibération de pure forme ? Un peu plus que cela, puisqu’elle donne le feu vert au permis de construire Neyrpic, en levant la principale réserve émise par le commissaire enquêteur.

 

 

Les opposants n’auront pourtant rien lâché

 

Démarrée dès 8 h 30 du matin, devant le siège de Grenoble-Alpes Métropole, la mobilisation des opposants au projet de centre commercial n’aura pas réussi à faire pencher le vote de l’assemblée contre Neyrpic. Pas plus que l’intervention de Rachel Martin, l’une des militantes, qui s’est exprimée dans l’hémicycle avant le démarrage du débat de trois heures. « Il n’est pas trop tard pour changer de projet », a-t-elle lancé aux conseillers métropolitains pour clore ses propos.

 

Retour en vidéo sur cette manifestation qui réunissait des militants issus de pas moins de cinq obédiences : Alternatiba, le Collectif Neyrpic Autrement, Attac, le Réseau citoyen, et Lagghlo, qui regroupe les associations d’habitants du grand Grenoble.

 

 

 

 

« Toutes les villes ont droit à leur centralité, les villes de banlieue aussi »

 

Si la Métropole grenobloise n’a jamais connu un débat aussi long au sein de son enceinte, aux dires même de son président Christophe Ferrari, c’est que l’objet au centre des échanges revêt un caractère singulier. En effet, c’est bien la commune de Saint-Martin-d’Hères qui a initié et porté depuis une quinzaine d’années ce projet de centre commercial de 24 000 m2 de plancher. .

 

Mais alors que vient ainsi faire un projet, dont le maître d’ouvrage est une commune, sur la table du conseil métropolitain ? Certains conseillers n’ont pas manqué d’exprimer leur réserve sur ce point…

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2282 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ne pas oublier qui est majoritaire et a la tête de la Metropole: Eric Piolle, sa majorité municipale et ses alliés métropolitains .

    sep article
    • Pas de bol pour vos fausses informations et votre doigt mouillé aujourd’hui : les élus RCSE ont voté contre le projet, la droite a en partie voté contre, pour ou s’est abstenue selon le groupement politique.

      Ça serait pas mal de se taire quand on ne sait pas.

      sep article
  2. sep article