Les féministes de l'Isère clament leur soutien au mouvement de contestation sociale, jugeant les femmes premières victimes des orientations du gouvernement.

Des fémi­nistes de l’Isère se mobi­lisent aux côtés des oppo­sants à la poli­tique du gouvernement

Des fémi­nistes de l’Isère se mobi­lisent aux côtés des oppo­sants à la poli­tique du gouvernement

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FIL INFO – Des asso­cia­tions fémi­nistes et repré­sen­tantes de syn­di­cats lancent un mes­sage de sou­tien au grand mou­ve­ment de contes­ta­tion sociale face à la poli­tique du gou­ver­ne­ment. Pour les mili­tantes, les inten­tions d’Emmanuel Macron péna­li­se­ront en prio­rité les femmes, en matière d’emploi, de ser­vices publics ou de retraites.

À l’oc­ca­sion de ce 1er mai, des fémi­nistes de l’Isère apportent leur voix à « la défense des ser­vices publics et contre la régres­sion sociale ». Dans un com­mu­ni­qué signé par Femmes Égalité et Osez le fémi­nisme 38, ainsi que par des repré­sen­tantes de la CGT, du NPA ou du PCF, les mili­tantes des droits des femmes déclarent ainsi leur soli­da­rité avec les sala­riés et fonc­tion­naires en lutte.

Manifestation lors de la Journée du Droit des femmes 2018 © Léa Raymond - Place Gre'net

Manifestation lors de la Journée du Droit des femmes 2018 © Léa Raymond – Place Gre’net

« Pour aller vers l’égalité entre les femmes et les hommes, il faut pro­mou­voir les droits sociaux, avec des ser­vices publics amé­lio­rés, répon­dant aux besoins fon­da­men­taux », écrivent les mili­tantes. Rien de tout cela à leurs yeux dans la poli­tique menée par Emmanuel Macron, accusé de « [déman­te­ler] les ser­vices publics et notre sys­tème de soli­da­rité pour les offrir aux inté­rêts pri­vés et finan­ciers ».

Les femmes « pre­mières vic­times des attaques contre les ser­vices publics »

Pour les fémi­nistes, les femmes sont les « pre­mières vic­times des attaques contre les ser­vices publics ». Elles notent ainsi que la sup­pres­sion pré­vue de 120 000 postes dans la fonc­tion publique tou­chera en majo­rité des femmes, qui repré­sentent 60 % de ses effec­tifs. Avec des situa­tions par­ti­cu­liè­re­ment cri­tiques dans des sec­teurs très fémi­ni­sés, comme les centres sociaux, les hôpi­taux, les Ehpad ou encore les agences pour l’emploi.

Manifestation du 19 avril 2018 à Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Manifestation du 19 avril 2018 à Grenoble © Florent Mathieu – Place Gre’net

Mais les femmes seraient éga­le­ment vic­times en tant que « prin­ci­pales béné­fi­ciaires et usa­gères des ser­vices publics ». Dans une société où ce sont elles qui se consacrent encore très majo­ri­tai­re­ment à l’é­du­ca­tion des enfants, aux soins des proches ou aux tâches domes­tiques, « lorsque des ser­vices hos­pi­ta­liers, des centres IVG, des mater­ni­tés de proxi­mité ferment, ce sont les femmes les pre­mières tou­chées », font valoir les signataires.

Représentation syn­di­cale et pen­sions de retraite

Les fémi­nistes jugent encore que la dis­pa­ri­tion des CHSCT* et « la remise en cause des prud’hommes » par­ti­ci­pe­ront à fra­gi­li­ser les sala­riées. « Dans les cas de vio­lences sexistes au tra­vail […], de dis­cri­mi­na­tion sala­riale ou de car­rière, les ins­tances aux­quelles s’adresser auront dis­paru ou seront débor­dées ». Quant à la « réduc­tion dra­ma­tique de la repré­sen­ta­tion syn­di­cale », elle affai­blira la pos­si­bi­lité de se faire entendre au sein d’un droit du tra­vail « déjà mal adapté aux emplois fémi­nins ».

Manifestation contre la politique du gouvernement © Joël Kermabon - Place Gre'net

Manifestation contre la poli­tique du gou­ver­ne­ment © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le texte men­tionne enfin l’aug­men­ta­tion de la CSG sur les retraites qui, cal­cu­lées sur les reve­nus du couple, porte sur « des retraites y com­pris très faibles ». Les femmes, qui per­çoivent en moyenne des pen­sions bien moins impor­tantes que celles de leur conjoint, voient ainsi leurs retraites dimi­nuer lorsque les reve­nus du couple cumu­lés dépassent le seuil fixé par l’État.

FM

  • * Comité d’hy­giène, de sécu­rité et des condi­tions de tra­vail. D’ici 2020, les CHSCT seront rem­pla­cés dans les entre­prises par des comi­tés sociaux et éco­no­miques (CSE).

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Réactions, consignes et “non-consignes” en Isère à quelques jours du second tour des législatives
Réactions, consignes et “non-consignes” en Isère à quelques jours du second tour des législatives

FOCUS - Le premier tour des législatives a rebattu les cartes en Isère, entre poussée de la gauche et progression du RN dans le Nord-Isère. Lire plus

Panneaux électoraux sur la deuxième circonscription de l'Isère. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Deuxième cir­cons­crip­tion de l’Isère : la Nupes à l’as­saut de cet ancien bas­tion de la gauche face au député LREM sor­tant Jean-Charles Colas-Roy

DÉCRYPTAGE - À l'approche du premier tour des législatives, qui se tient ce dimanche 12 juin 2022, les jeux semblent très ouverts dans la 2e Lire plus

Jérôme Rubes, adjoint communiste au maire d'Echirolles et conseiller métropolitain, présente une candidature dissidente dans la 2e circonscription de l'Isère, contre la Nupes et contre l'avis du PCF. © Compte Twitter de Jérôme Rubes (capture d'écran)
Le com­mu­niste Jérôme Rubes, can­di­dat dis­si­dent dans la 2e cir­cons­crip­tion de l’Isère, contre la Nupes et l’a­vis du PCF

FOCUS - Jérôme Rubes, adjoint communiste à Saint-Martin-d'Hères, a déposé une candidature dissidente dans la 2e circonscription de l'Isère. Il fera donc face à l'écologiste Lire plus

L'Association des femmes élues de l'Isère condamne les actions burkini de l'Alliance citoyenne à Grenoble
Burkini à Grenoble : la polé­mique liée à l’adoption du nou­veau règle­ment des pis­cines rebon­dit après le retrait des sub­ven­tions régio­nales confir­mée par Laurent Wauquiez

FOCUS - Le nouveau règlement intérieur des piscines municipales grenobloises, qui autorise désormais le port du burkini (ou burqini), a été adopté d'une courte tête Lire plus

Cyrielle Chatelain (EELV), investie par la Nupes dans la 2e circonscription de l'Isère, et son suppléant Alban Rosa (LFI). © Page Facebook de Cyrielle Chatelain
Législatives : Cyrielle Chatelain (EELV) en binôme avec Alban Rosa (LFI) dans la 2e cir­cons­crip­tion de l’Isère, à la décep­tion de Pierre Labriet (PCF)

FOCUS - Investie par la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) dans la 2e circonscription de l'Isère, Cyrielle Chatelain (EELV) fera équipe avec Alban Lire plus

Chef de file du PCF dans la 2e circonscription de l'Isère, Pierre Labriet propose d'être le suppléant de l'écologiste Cyrielle Chatelain, la candidate désignée par la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), en vertu des accords nationaux entre les partis de gauche. © Le Travailleur alpin
Législatives : Pierre Labriet (PCF) pro­pose d’être sup­pléant de Cyrielle Chatelain (EELV) dans la 2e cir­cons­crip­tion de l’Isère

FOCUS - Pierre Labriet, chef de file des communistes dans la deuxième circonscription de l'Isère, a rencontré, ce mercredi 4 mai 2022, l'écologiste Cyrielle Chatelain, Lire plus

Flash Info

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

|

23/06

10h34

|

|

22/06

17h25

|

|

22/06

12h17

|

|

22/06

11h24

|

|

22/06

10h16

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Législatives| Résultats des légis­la­tives 2022 en Isère : 4 dépu­tés Ensemble, dont Olivier Véran, 4 élus Nupes, un LR et un RN

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin