Après le succès (héroïque) de 2017, le Hero festival de retour à Grenoble

sep article



FOCUS – Après le succès de sa première édition, le Hero Festival est de retour à Grenoble le week-end du 5 et 6 mai. Au programme de ces deux jours à Alpexpo : des “cosplayeuses” et “cosplayeurs”, des stands consacrés au cinéma, à la bande dessinée, aux jeux vidéos ou de plateau, mais aussi des conférences, des rencontres… et un concert de Bernard Minet en personne. 

 

 

Devant le cinéma Pathé Chavant de Grenoble, une jeune femme en tenue de Peach, la prin­cesse de l’u­ni­vers de Mario, et un jeune homme en Captain America sont en pleine dis­tri­bu­tion de tracts. Aucun doute : vous êtes bien au ren­dez-vous de pré­sen­ta­tion de la deuxième édi­tion du Hero Festival de Grenoble.

 

Un avant-goût du Hero Festival © Florent Mathieu - Place Gre'net

Un avant-goût du Hero Festival © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le Hero fes­ti­val ? Un week-end de ren­contres avec les ima­gi­naires pop et geek du monde entier, à tra­vers des stands ou des ani­ma­tions, des ren­contres, dédi­caces ou confé­rences. Et tout sim­ple­ment une occa­sion de pro­me­nade au milieu des cos­playeuses et cos­playeurs arbo­rant les cos­tumes de leurs héros ou per­son­nages pré­fé­rés. Un monde où Freddy Krueger peut côtoyer un guer­rier Sith, volon­tiers sur­réa­liste et tou­jours ludique.

 

Né à Marseille, le fes­ti­val a trouvé dans la capi­tale des Alpes un ter­reau idéal pour s’im­plan­ter. Si, en 2017, une pluie pro­non­cée avait contraint les orga­ni­sa­teurs à renon­cer aux ani­ma­tions pré­vues en plein air, elle n’a­vait pas suffi à décou­ra­ger les visi­teurs. Pas moins de 16 000 per­sonnes avaient foulé le sol d’Alpexpo durant le week-end pour par­cou­rir les stands ou assis­ter aux évé­ne­ment. Soit 6 000 de plus que le nombre ini­tia­le­ment attendu.

 

 

Quatre grandes familles sous un même toit

 

Un suc­cès qui ne demande qu’à se confir­mer en 2018. Les 5 et 6 mai, c’est sur plus de 12 000 mètres car­rés d’Alpexo que le fes­ti­val s’é­ten­dra, contre 10 000 l’an­née pré­cé­dente. Et comme il n’est pas ques­tion de chan­ger une for­mule qui marche, l’é­qui­libre res­tera main­tenu entre quatre grandes “familles” réunies sous un même toit.

 

Confondre cosplay et déguisement peut valoir des coups de marteaux - Hero Festival 2017 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Confondre cos­play et dégui­se­ment peut valoir des coups de mar­teaux – Hero Festival 2017 © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

En pre­mier lieu, l’u­ni­vers « Krypton » qui regroupe le cinéma, les séries et natu­rel­le­ment les super-héros issus de la culture amé­ri­caine. Des comics Marvel à Star Wars, en pas­sant par Retour vers le futur ou Jurassic Park, les États-Unis occupent une place de choix dans l’i­ma­gi­naire contem­po­rain. Du moins autant que l’Asie qui, sous la ban­nière « Konoha » (du nom d’un vil­lage de Naruto), déploiera elle aussi ses héros, ses man­gas et anime contem­po­rains, mais aussi sa culture tra­di­tion­nelle riche et fas­ci­nante.

 

 

De Brocéliande aux héros du web

 

L’Europe ne sera pas en reste. L’univers « Brocéliande » don­nera ainsi la part belle à ses bandes des­si­nées autant qu’aux ima­gi­naires Heroïc Fantasy lar­ge­ment mâti­nés de médié­visme. Sans oublier le retour d’un vil­lage Steampunk, école esthé­tique foi­son­nante héri­tée de Jules Verne, auquel par­ti­cipent notam­ment les Lyonnais du Clivra, le Club de L’Imaginarium à vapeur en Rhône-Alpes Auvergne.

 

Des cosplayeurs d'inspiration japonaise et américaine autour d'un stand Steampunk : le Hero festival est aussi un brassage des cultures - Hero Festival 2017 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Des cos­playeurs d’ins­pi­ra­tion japo­naise et amé­ri­caine autour d’un stand Steampunk : le Hero fes­ti­val est aussi un bras­sage des cultures – Hero Festival 2017 © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Dernier uni­vers ? Celui du jeu et des loi­sirs. Savamment nommé « Ludopolis », l’es­pace réunira le monde des jeux vidéos à tra­vers des stands Microsoft ou Nintendo, des ses­sions de (re)découverte des casques de réa­lité vir­tuelles, un champ consa­cré au retro­ga­ming ou encore des jeux de pla­teau. Sans oublier des ren­contres et dédi­caces avec quelques « Héros du web », comme les you­tu­beurs Veerdose ou Taï Reflections & Starrysky.

 

 

Brigitte Lecordier, Bernard Minet… Et Haldir en personne

 

Le Hero fes­ti­val, à l’i­mage de chaque conven­tion du même ordre, veut en effet pro­po­ser à ses visi­teurs des invi­tés de choix. Parmi ceux-ci, la comé­dienne Brigitte Lecordier sera de retour à Grenoble pour faire entendre une voix qui a mar­qué plu­sieurs géné­ra­tions, à tra­vers ses dou­blages dans la série Dragon Ball – elle campe notam­ment Sangoku et Sangohan enfants –, mais aussi de Oui-Oui ou de Bouba le petit Ourson.

 

 

Autre voix géné­ra­tion­nelle s’il en est, le chan­teur et comé­dien Bernard Minet en per­sonne vien­dra don­ner un concert et assu­rer une séance de dédi­caces et de pho­to­gra­phies avec ses fans. Ancien bat­teur des Musclés, com­pa­gnon de route de Dorothée, Bernard Minet a inter­prété quelques-uns des géné­riques fran­çais de des­sins ani­més les plus mar­quants des années 80, de Bioman aux Chevaliers du zodiaque.

 

Reste un invité d’hon­neur : le dimanche 6 mai, l’ac­teur néo-zélan­dais Craig Parker sera pré­sent au Hero fes­ti­val. Celui qui a incarné Haldir dans le Seigneur des anneaux, éga­le­ment aux cas­tings de Spartacus, Reign ou Underworld sera en dédi­cace et séance pho­tos… sur réser­va­tion payante. Comptez 15 euros la dédi­cace, 20 euros la photo, et même 55 euros pour les fans qui vou­dront ren­con­trer l’ac­teur dans un salon VIP à l’oc­ca­sion d’un petit-déjeu­ner.

 

 

Le risque d’une “geekxploitation” ?

 

Ces prix n’ont rien de déli­rant pour ce genre de conven­tion mais posent en fili­grane la ques­tion du “busi­ness” qui entoure les évé­ne­ments pop ou geek, de plus en plus en vogue. Autrefois sous-culture, voire contre-culture reven­di­quée par cer­tains, l’u­ni­vers geek est-il en passe de se diluer dans une dimen­sion pure­ment indus­trielle et mer­can­tile, quitte à som­brer dans la “geekx­ploi­tai­tion” ?

 

Hero Festival Grenoble 2017 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Hero Festival Grenoble 2017 © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Marc Lefèvre, direc­teur du Hero Festival, recon­naît le risque. « Aujourd’hui, il y a des grandes marques qui se mettent sur la vague, mais ce n’est pas grave : ce qui est impor­tant, c’est la vague ! » Aux côtés de par­te­naires plus atten­dus (voir enca­dré) figure ainsi un indus­triel comme Renault, et l’or­ga­ni­sa­teur du fes­ti­val s’en réjouit… « tant que « les pas­sion­nés gardent le contrôle du bébé ! », conclut-il.

 

 

Florent Mathieu

 

 

DE NOMBREUX ACTEURS LOCAUX PRÉSENTS AU HERO FESTIVAL 

 

S’il n’a pas été créé à Grenoble, le Hero fes­ti­val ne s’im­plique pas moins dans l’é­co­sys­tème local pour assu­rer sa réus­site. À tra­vers des par­te­naires ins­ti­tu­tion­nels pour com­men­cer, notam­ment la Semitag (Transports de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise), la Ville de Grenoble ou l’office de tou­risme Grenoble Alpes Métropole.

 

Le monde en crise chez Batman au cinéma, conférence du doctorant grenoblois Clément Pelissier © Hero Festival

Le monde en crise chez Batman au cinéma, confé­rence du doc­teur gre­no­blois Clément Pelissier © Hero Festival

 

Sans sur­prise, le monde de l’é­di­tion sera repré­senté par deux figures gre­no­bloises, l’é­di­teur Glénat et la librai­rie Momie, qui accueille­ront toutes deux sur leur stands res­pec­tifs nombre d’au­teurs et de des­si­na­teurs. Sans oublier des confé­ren­ciers du cru, tel l’u­ni­ver­si­taire gre­no­blois Clément Pelissier, spé­cia­liste des super-héros.

 

Une Heroes Week dans les cinémas Pathé

 

Côté ludique, et sans sur­prise, le Meltdown Grenoble pour les jeux vidéos ou les Contrées du jeu pour l’u­ni­vers “pla­teau” seront éga­le­ment de la par­tie. De même que l’as­so­cia­tion gre­no­bloise CJSD (Comité jeux de simu­la­tion du Dauphiné).

 

Pour leur Heroes Week, les cinémas Pathé de l'agglomération font s'affronter leurs coqs emblématiques respectifs, renommés Bat-Chavant et Super Échirolles © Pathé

Pour leur Heroes Week, les ciné­mas Pathé de l’ag­glo­mé­ra­tion font s’af­fron­ter leurs coqs emblé­ma­tiques res­pec­tifs, renom­més Bat-Chavant et Super Échirolles © Pathé

 

Nouveaux venus parmi les par­te­naires locaux cette année, les ciné­mas Pathé Chavant et Pathé Échirolles s’ins­crivent dans le mou­ve­ment en orga­ni­sant une Heroes Week, du lundi 30 avril au ven­dredi 4 mai. Au pro­gramme, 45 films de héros ou super-héros, de 20 000 lieues sous les mers à Batman en pas­sant par les Men In Black. Et un Charlie, le coq emblé­ma­tique de la société, revi­sité à la sauce héroïque pour l’oc­ca­sion.

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2520 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.