Pollution de l’air : une campagne de dépôts de plaintes lancée pour mise en danger de la vie d’autrui

sep article



FIL INFO – Alors que l’agglomération grenobloise est en proie à des dépassements réguliers de niveaux de pollution, le groupe d’analyse métropolitain, poil à gratter des majorités en place, lance une campagne de dépôts de plaintes contre X pour mise en danger de la vie d’autrui.

 

 

Pollution dans la cuvette grenobloise : pour la première fois, les véhicules les polluants (immatriculés avant 1997) seront interdits de circulation dès samedi 10 décembre. Lundi, avec la persistance du pic de pollution, l'interdiction devrait être élargie. Crédit Patricia Cerinsek

Pollution dans la cuvette gre­no­bloise © Patricia Cerinsek

Alors que la France est mise à l’in­dex par Bruxelles pour son inca­pa­cité à lut­ter contre la pol­lu­tion de l’air, les plaintes pour mise en dan­ger de la vie d’au­trui se mul­ti­plient dans l’Hexagone.

 

Après la val­lée de l’Arve où plus de quatre cents plaintes ont conduit le par­quet de Bonneville à ouvrir une enquête pré­li­mi­naire, Grenoble ? Dans la capi­tale du Dauphiné, et alors que la cuvette peine depuis des années à jugu­ler les épi­sodes de pol­lu­tion de l’air, le groupe d’a­na­lyse métro­po­li­tain (Gam) engage éga­le­ment à por­ter plainte contre X, modèle de plainte fourni…

 

Objectif pour ce groupe infor­mel de citoyens devenu le poil à grat­ter des majo­ri­tés en place ? Obtenir par la voie judi­ciaire une « des­crip­tion de la réa­lité en matière de pol­lu­tion atmo­sphé­rique » mais sur­tout une « une éva­lua­tion indé­pen­dante de l’efficacité des poli­tiques publiques et l’établissement des res­pon­sa­bi­li­tés tant indi­vi­duelles que col­lec­tives en la matière », sou­ligne le Gam dans un com­mu­ni­qué.

 

 

Quel impact a CVCM sur la qualité de l’air ?

 

Plus par­ti­cu­liè­re­ment dans le viseur du groupe d’a­na­lyse métro­po­li­tain : Cœurs de ville, cœurs de métro­pole. Au départ lan­cée pour rendre le centre-ville plus attrac­tif, l’o­pé­ra­tion de pié­ton­ni­sa­tion du centre-ville de Grenoble escomp­tait faire d’une pierre deux coups et faire bais­ser les niveaux de pol­lu­tion.

 

Quel impact a le nouveau plan de circulation sur le flux de véhicules en ville ? © Patricia Cerinsek

Quel impact a le nou­veau plan de cir­cu­la­tion sur la qua­lité de l’air ? © Patricia Cerinsek

Aujourd’hui encore, dif­fi­cile d’y voir clair. Atmo Auvergne Rhône-Alpes, l’or­ga­nisme chargé de sur­veiller la qua­lité de l’air, n’a entre­pris de conduire une vaste cam­pagne de mesures que début 2018, quand un col­lec­tif d’ha­bi­tants et de com­mer­çants a mis en doute les impacts de CVCM sur la qua­lité de l’air en condui­sant ses propres ana­lyses… Campagne dont les résul­tats ne seront pas connus avant début 2019.

 

Mais pour le Gam, les pre­miers résul­tats pru­dem­ment ren­dus par Atmo quant à l’im­pact de CVCM sur la qua­lité de l’air, mon­trant une dégra­da­tion sen­sible à comp­ter d’a­vril 2017, soit conco­mi­tam­ment avec la mise en route de CVCM, ne laissent plus de part au doute.

 

« Alors que de 2007 à 2014, la baisse de la pol­lu­tion consta­tée s’est éle­vée à plus de 25 % tous pol­luants confon­dus et que la Métropole était alors citée en exemple pour l’ef­fi­ca­cité de ses poli­tiques publiques, la ten­dance s’est aujourd’hui inver­sée puisque, sur le seul centre-ville de Grenoble, la pol­lu­tion de fond au dioxyde d’azote telle que mesu­rée par Atmo Air Rhône Alpes selon les pro­to­coles stan­dar­di­sés euro­péens a aug­menté de 15 % en moyenne suite à l’imposition en avril 2017 d’un nou­veau plan de cir­cu­la­tion qui n’a pas été étu­dié conve­na­ble­ment », pointe le groupe d’a­na­lyse métro­po­li­tain.

 

PC

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2847 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Ouais, for­mi­dable alors ! Vous inter­pré­tez les chiffres d’un côté alors qu’on pour­rait les vori de l’autre côté. Le coup du verre à moi­tié vide ou à moi­tié plein. Et même si 15% d’aug­men­ta­tion, ceci pro­vient de la pol­lu­tion auto­mo­bile et vous vou­lez qu’elle revienne sur l’axe Est-Ouest où cette même pol­lu­tion a baissé puis­qu’on n’y trouve plus que les bus, les vélos, les pié­tons plus quelques contre­ve­nants moto­ri­sés ? Franchement, vous êtes des comiques de pre­mière classe.
    Battez-vous contre le trop-plein de voi­tures en centre-ville et allez voir ailleurs, en Allemagne pour évi­ter d’al­ler encore plus au nord ou en Italie toute proche, com­ment les centre-villes débar­ras­sés des voi­tures et des sta­tion­ne­ments sur voi­rie sont actifs et agréables.

    sep article
  2. Et contre les construc­teurs de voi­ture pre­miers res­pon­sables, ceux qui l’u­ti­lisent pour faire moins de 3 kilo­mètres, ou les gens qui uti­lisent du chauf­fage bois ultra pol­luant, rien de la part du GAM ?

    Ce n’est pas pour sau­ver des vies qu’ils font ça, c’est juste contre CVCM qu’ils n’ar­rivent pas à ava­ler. Un sacré culot. Honte à eux.

    sep article
  3. Il sort d’où ce 15 % ? Je n’ar­rive pas à le retrou­ver dans les chiffres four­nis par Atmo Auvergne Rhône-Alpes.
    En tant que jour­na­liste, je pense qu’il fau­drait évi­ter de pom­per des infos foi­reuses sur des sites non offi­ciels gérés par des défi­cients du bulbe en matière de cal­cul numé­rique 😀

    sep article
    • PC

      09/04/2018
      14:51

      Cette infor­ma­tion que vous consi­dé­rez comme foi­reuse (accu­sa­tion toute aussi gra­tuite) est celle trans­mise par Grenoble à coeur sur la base de d’a­na­lyses effec­tuées à par­tir des mesures d’Atmo Auvergne Rhône-Alpes, offi­cielles donc. Vous consi­dé­rez donc que le jour­na­liste pompe des infor­ma­tions sans véri­fi­ca­tion ? Une piqûre de rap­pel s’im­pose… Avant la publi­ca­tion des pré­cé­dentes ana­lyses de Grenoble à cœur, très contes­tées par le maire de Grenoble et notam­ment un autre col­lec­tif, Vie à Grenoble, nous avions bien évi­dem­ment contacté Atmo. Faut-il rap­pe­ler la réponse de Camille Rieux ? « Ce sont de vraies don­nées, avec de vraies ana­lyses. Il n’y a pas d’erreur. Mais la méthode est com­plexe et il y a un gros effet de loupe. Avec le risque d’une mau­vaise inter­pré­ta­tion. On ne peut pas dire qu’il y a deux fois plus de dioxyde d’azote après CVCM que sur la moyenne des dix der­nières années… Les hausses res­tent mesu­rées ». Je vous laisse libre de juger que ces ana­lyses sont le fait de « défi­cients du bulbe en matière de cal­cul numé­rique »…
      Pour rap­pel : https://www.placegrenet.fr/2017/11/10/cvcm-hausse-pollution-moderee/161018

      Vraies don­nées, vraies ana­lyses donc comme le cer­ti­fie Atmo (ce n’est pas le jour­na­liste qui le dit…), l’ef­fet loupe (et qui fait que vous ne retrou­vez pas ces 15 % d’un seul clic dans les chiffres four­nis par Atmo) tenant au fait que Grenoble à coeur « cor­rige » ses chiffres de la baisse ten­dan­cielle obser­vée sur les dix der­nières années. Pour faire simple, Grenoble à coeur a cor­rigé ses don­nées d’une baisse d’en­vi­ron 1 micro­gramme de NO2/m3/an pour mieux mesu­rer l’im­pact de CVCM sur les niveaux de la qua­lité de l’air à Grenoble.
      Grenoble à coeur a pour­suivi ses ana­lyses et en est arrivé à la conclu­sion que la pol­lu­tion au NO2, sur la sta­tion des Grand bou­le­vards (puis­qu’elle seule per­met de mesu­rer la pol­lu­tion liée au tra­fic rou­tier en centre-ville), avait d’a­vril à décembre 2017 aug­menté d’en­vi­ron 15 %. Vrai ? Faux ? Effet loupe ? On reste tou­jours dans une ten­dance à la hausse, à l’in­verse de ce qui était observé ces dix der­nières années à Grenoble.

      Dans ce débat, on peut sur­tout regret­ter que la cam­pagne de mesures fina­le­ment mise en place pour mieux éva­luer l’im­pact de CVCM sur la qua­lité de l’air n’ait démarré que début 2018. Et que la ques­tion de la qua­lité de l’air à Grenoble soit en grande par­tie cir­cons­crite à CVCM.

      sep article
  4. Excellente ini­tia­tive. Mais qui osera ?

    sep article
    • Il n’y a aucun risque, puisque c’est contre X…
      A notre connais­sance, une dizaines de plaintes sont déjà par­tie

      sep article