CVCM : Grenoble à cœur réclame une campagne de mesures de la qualité de l’air

sep article



Pour Grenoble à cœur, l’opération de piétonnisation du centre-ville de Grenoble est responsable d’une augmentation marquée de la pollution de l’air. Dans une lettre ouverte adressée au président de la Métro, le collectif de commerçants et d’habitants opposés à CVCM réclame que soit mise en œuvre une vaste campagne de mesures de la qualité de l’air.

 

 

Commerçants et unions de quartier réunis dans le collectif Grenoble à cœur contestent le projet de piétonnisation de CVCM et proposent des alternatives. crédit Patricia Cerinsek

Commerçants et unions de quar­tier réunis dans le col­lec­tif Grenoble à cœur contestent le pro­jet de pié­ton­ni­sa­tion de CVCM. © Patricia Cerinsek

Dans une lettre ouverte adres­sée ce jeudi 19 octobre au pré­sident de la Métro Christophe Ferrari, le col­lec­tif Grenoble à cœur réclame que soit menée dans le cadre de l’o­pé­ra­tion Cœurs de ville, cœurs de métro­poles, une large cam­pagne de mesures de la pol­lu­tion de l’air.

 

Une étude réa­li­sée pas seule­ment dans le péri­mètre du pro­jet mais élar­gie à tous les axes du report du tra­fic, du sud de Grenoble jus­qu’aux bou­le­vards et petites rues du centre-ville « où se déversent les auto­mo­biles inter­dites de pas­sage sur Agutte Sembat et République-Montorge ».

 

 

Grenoble à cœur propose une alternative

 

 

Après que la Métro a rendu publics les pre­miers chiffres – plu­tôt satis­fai­sants – de l’o­pé­ra­tion de pié­ton­ni­sa­tion du cœur de ville de Grenoble, et alors que le pro­jet doit pas­ser en novembre devant les dif­fé­rents exé­cu­tifs pour être voté, ce col­lec­tif de com­mer­çants et d’ha­bi­tants conti­nue de mon­ter au cré­neau.

 

Depuis plu­sieurs mois, Grenoble à cœur mul­ti­plie les cour­riers et les recours devant la jus­tice pour stop­per le pro­jet mais aussi aler­ter et pro­po­ser une alter­na­tive : une auto­route à vélo via le bou­le­vard Gambetta « sans modi­fier tout le plan de cir­cu­la­tion ».

 

Pour le collectif Grenoble à cœur, la pollution a grimpé en flèche depuis la mise en place de CVCM et du nouveau plan de circulation. En septembre 2017, la pollution aux NO2 était même deux fois supérieure à la moyenne des dix dernières années selon leurs calculs effectués sur la base des mesures d'Atmo. Document Grenoble à cœur

Pour Grenoble à cœur, la pol­lu­tion a grimpé en flèche depuis la mise en place de CVCM. En sep­tembre 2017, la pol­lu­tion au NO2 était même deux fois supé­rieure à la moyenne des dix der­nières années. Document Grenoble à cœur

Rien n’y fait. CVCM suit son che­min, désor­mais conforté par un pre­mier petit bilan chif­fré, tiré de quelques comp­tages réa­li­sés en interne par un obser­va­toire qui a ana­lysé les flux de véhi­cules, de vélos, de pas­sages dans les trans­ports en com­mun, de pié­tons aussi. Résultat ? Les cli­gno­tants sont a priori au vert… mais ils ne disent encore rien de l’im­pact du pro­jet sur la qua­lité de l’air.

 

Trop tôt, rétorquent de concert la Métro et Air Auvergne Rhône-Alpes, l’or­ga­nisme chargé de la sur­veillance de la qua­lité de l’air, pour qui ces études doivent être menées sur un temps beau­coup plus long.

 

Grenoble à cœur, lui, s’é­tonne « qu’une telle étude n’ait pas été com­man­dée à Air Rhône Alpes avant la mise en place de CVCM, ni après puisqu’aucune annonce en ce sens n’a été faite. Nous nous en éton­nons d’autant plus que pareilles études avaient été réa­li­sées dans le passé pour des pro­jets à l’impact infi­ni­ment plus faible, tels par exemples que les lignes de bus n° 5 (1999), n° 31 (2000), n° 33 (2001), n° 6020 (2005). »

 

 

Quel impact sur la qualité de l’air ? Réponse pas avant fin 2018

 

 

En 2006, une vaste cam­pagne de mesures de la qua­lité de l’air avait été menée dans le cadre de l’é­la­bo­ra­tion du plan de dépla­ce­ment urbain. C’est ce que réclame aujourd’­hui le col­lec­tif : une « cam­pagne de mesures sérieuse réa­li­sée en points fixes, sur les axes petits et grands impac­tés par CVCM du fait des reports de cir­cu­la­tion auto­mo­bile ».

 

Avec l’ac­cord de prin­cipe de la Métro ? Interrogé à ce sujet par Place Gre’net lors de la com­mu­ni­ca­tion des pre­miers chiffres de CVCM, Christophe Ferrari s’é­tait dit « pas opposé » à une telle cam­pagne. Pour l’heure, d’a­près nos infor­ma­tions, rien n’est pour autant prévu avant 2018. Avec des résul­tats qui devraient n’être connus qu’en fin de l’an­née pro­chaine.

 

 

PC

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5111 visites | 25 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 25
  1. Incroyable éner­gie pour dépla­cer le débat alors que nous sommes d’ac­cord sur le niveau géné­ral de pol­lu­tion qui est trop sou­vent trop élevé à Grenoble. Une preuve que l’ar­ticle Vie à Grenoble a tou­ché juste et d’ailleurs avec sa lec­ture il est facile de s’en convaincre car toutes les don­nées sont publiques ! Aucune théo­rie du com­plot là, juste les faits et un déca­lage de 8µg/m³ qui fait faire un gra­phique catas­tro­phique à Grenoble à Coeur en cumul annuel http://vieagrenoble.fr/index.php/2017/10/22/fakenews-3-reference/
    http://vieagrenoble.fr/wp-content/uploads/2017/10/Data-Grenoble-à-Coeur-Gds-Blvds-offset-10-ans.png

    Les cam­pagnes de mesures existent et nous allons donc conti­nuer à obser­ver ces don­nées pour contri­buer à la sen­si­bi­li­ta­tion géné­rale du sujet pol­lu­tion.

    Quand à savoir qui je suis et qui sont les autres auteurs de l’ar­ticle, cela ne change rien au fait ! Je peux vous cer­ti­fier que nous ne sommes ni élu, ni à la métro, ni à la mai­rie, ni même mili­tant d’au­cun parti poli­tique Grenoblois. D’ailleurs n’im­porte qui peut nous contac­ter par notre site. Même Place Gre’Net et Grenoble à Coeur ont notre email pour nous contac­ter en direct car nous les avons bien sûr contac­ter pour qu’ils publient un erra­tum.

    sep article
    • PC

      26/10/2017
      16:52

      Comme déjà pré­cé­dem­ment pré­cisé, nous avons sol­li­cité Air Auvergne Rhône-Alpes afin qu’ils apportent leur exper­tise, à priori la plus légi­time, quant aux résul­tats obte­nus par Grenoble à coeur. Le temps de l’ex­per­tise n’é­tant pas calé sur le temps média­tique, il fau­dra vrai­sem­bla­ble­ment patien­ter un peu… En tout état de cause, comme cela a déjà été dit, nous appor­te­rons une réponse à toutes ces inter­ro­ga­tions, his­toire aussi de cou­per court à la par­tie de ping-pong. Nous ne man­que­rons alors pas de vous sol­li­ci­ter une fois que des réponses « offi­cielles » seront appor­tées.

      sep article
  2. Patrick Rob, faux pro­fil face­book crée le 19 octobre afin de faire en mas­qué de la dés­in­for­ma­tion sur les réseaux sociaux. Mais qui est cette per­sonne ? Quels inté­rêts poli­tiques repré­sente t‑il ?

    sep article
  3. Vous ne trou­vez pas ça drôle vous ces éco­los qui refusent des cam­pagnes de mesure de la qua­lité de l’air ?
    Nous, ça nous fait pleu­rer de rire.

    sep article
  4. sep article
  5. Les cal­culs sont basés sur les don­nées d’Air Rhône Alpes. Ils sont exacts et c’est pour­quoi nous nous mouillons en les publiant. D’autres façons de cal­cu­ler sont cer­tai­ne­ment pos­sibles, nous sommes à l’écoute de celles qui nous seraient com­mu­ni­quées. Toutefois, dans tous les cas la conclu­sion res­te­rait la même car elle vient des don­nées et non pas de la façon de les trai­ter.

    sep article
  6. C’est mar­rant comme depuis le début du pro­jet CVCM ce sont les mêmes qui disent qu’il n’y a pas de pro­blème, qui font tout pour qu’ils ne soient pas étu­diés, qui remettent en cause ceux qui le font. Un peu de lec­ture leur ferait du bien :
    https://grenoble-coeur.blogspot.fr/p/pollution.html

    sep article
    • C’est drôle aussi comme les oppo­sants aux noms expli­cites citent tou­jours les mêmes sources sans jamais don­ner accès aux don­nées. Que Grenoble à Cœur dévoile son cal­cul et je serais le pre­mier à les sou­te­nir.
      Une chose est cer­taine, et je suis d’ac­cord avec eux, il y a trop de pol­lu­tion à Grenoble. Vivement donc que Grenoble à Cœur aide à avoir moins de voi­tures au centre ville en fai­sant la pro­mo­tion des par­king relais, de l’auto-par­tage, des trans­ports en com­muns ou encore tous les modes actifs comme à pieds et à vélo.

      sep article
      • Si vous ne vou­lez pas aller sur leur site parce que c’est « tou­jours la même source », vous allez avoir du mal à « avoir accès aux don­nées » dont vous dites qu’elles ne sont pas publiées. Parce qu’elles le sont et c’est pour ça que je don­nais le lien.
        D’autre part, vous n’êtes pas sans savoir que la Métro et la Ville de Grenoble ont refusé la réa­li­sa­tion d’une étude d’im­pact pour CVCM. Il n’y a dans ce cas ni source ni don­nées ni métho­do­lo­gie à cri­ti­quer, puis­qu’il n’y a RIEN ! Moi ça me gêne cette impasse et cette carence totale d’in­for­ma­tion, et vous ?

        sep article
        • vous pen­sez bien que je suis allé sur le site de Grenoble à Cœur et j’ai suivi la méthodo pour moi refaire les gra­phiques à base des don­nées Air Aura… Et devi­nez quoi, pas le même gra­phique et c’est pour­quoi je demande des expli­ca­tions… Vous même, avez vous l’ex­cel du gra­phique ? https://drive.google.com/file/d/0ByfNyPgASZbpdlRLNGJRTmhoT3c/view

          Quand à l’é­tude d’im­pact, il me semble que la DREAL a rendu son avis dans le res­pect de la régle­men­ta­tion en place en été 2016 de mémoire. Le docu­ment avait d’ailleurs était par­tagé ici dans cer­tains com­men­taires. Encore une fois, je ne dis pas qu’il n’y a pas de pol­lu­tion, je dis juste qu’en regar­dant les don­nées publiques, on a pas le graph Grenoble à Coeur et on ne peut pas conclure que CVCM a aug­menté ou dimi­nué la pol­lu­tion. Juste les chiffres.

          sep article
          • Je ne peux pas vous aider dans vos dif­fi­cul­tés de cal­culs mais je peux vous dire que la DREAL a exa­miné le dos­sier en 10 jours ouvrables au mois d’août 2016. Pensez vous qu’une étude d’im­pact sur toute une ville puisse être réa­li­sée en quelques jours quand tous les bureaux sont vides ? Moi non. Pensez vous qu’un exa­men sérieux pro­duit un rap­port étayé et que quand il n’y a RIEN on est en droit de dou­ter ? Moi oui.

            sep article
            • Ils ont été clair il me semble. Pas de besoin légal d’é­tude d’im­pact et c’est de leur res­pon­sa­bi­lité que de déci­der. Après si vous savez plus qu’eux ou si vous sous-enten­dez quelque chose de mal­hon­nête, c’est un tout autre débat dans lequel je ne suis pas assez qua­li­fié, sans aucun doute.
              Quand au cal­cul aucun sou­cis, publiez votre feuille de cal­cul et la trans­pa­rence sera faite. De mon côté je vais le faire d’ici quelques jours.

              sep article
              • Je n’ai rien sous entendu, j’ai énoncé des faits. Vous pou­vez les véri­fier.

                sep article
              • Les faits sont les faits, je ne dis rien d’autre.

                sep article
              • Vous êtes mar­rants vous.…
                Il y avait obli­ga­tion qu’en­quête publique (ce qui a été fait à Paris) parce que pas de PDU…Et c’est pour cela que CVCM sau­tera au Conseil d’Etat.

                sep article
            • Même pas en 10 jours : en 5 jours ouvrés.

              sep article
      • Dévoiler quoi coco ?
        C’est dit clai­re­ment : tout est basé sur les don­nées de Atmo Air Rhône Alpes dis­po­nibles en temps réel sur son site…
        A par­tir de ça on fait une extra­po­la­tion sta­tis­tique. C’est simple non ?
        Ce serait plu­tôt à la Métro de rendre publique sa métho­do­lo­gie [modéré : pro­pos dif­fa­ma­toires]…

        sep article
    • C’est mar­rant que cer­tains sont les rois des mul­tiples alias est sont inca­pables d’a­gir à visage décou­vert.

      sep article
  7. On recon­nait bien là les amis de la muni­ci­pa­lité et métro, qui s’am­musent en dés­in­for­ma­tion du tra­vail sérieux de ce col­lec­tif, au dépends de la santé des Grenoblois.

    sep article
  8. Peut on dou­ter sur la méthodo de cal­cul car j’ai refait la même chose à par­tir des Open Data de Air Aura et je n’obtiens pas du tout le même résul­tat ! Data dispo sur leur site http://www.air-rhonealpes.fr/donnees/acces-par-station

    Place Grenet et Grenoble à Coeur, pou­vez vous par­ta­ger vos don­nées et cal­culs ? Merci à Place Grenet de véri­fier à la source d’ailleurs. Pourquoi ne pas contac­ter Air Aura pour avoir leur avis ?

    Enfin, la conclu­sion sur 10 ans semble non confirmé par le rap­port 2016 de Air Auvergne Rhône-Alpes §3 p21 dispo ici http://www.air-rhonealpes.fr/donnees/acces-par-station Bref, tout cela semble pipé et orga­nisé par les oppo­si­tions au pro­jet de la métro alors que comme le dit Dauphinoix dans les com­men­taires de l’ar­ticle pré­cé­dent « le pro­jet CVCM suit son cours, la bataille de chiffres aussi », le bon sens fait dire, si moins de voi­ture, moins de pol­lu­tion !

    sep article
    • Et oui, moi aussi j’ai l’im­pres­sion que Place Grenet ne fait que reprendre le dis­cours de Grenoble à Coeur, sans prendre de recul sur leurs gra­phiques faux et leurs post-véri­tés. Et ça com­mence à me gon­fler un peu d’ailleurs. Très sou­vent une cri­tique – sou­vent légi­time – des « drôles de chiffres » de la majo­rité (titre d’un de vos articles), mais très peu des com­mu­ni­qués de ce col­lec­tif.
      Autre sujet : les recours pour étude d’im­pact. Je n’ai vu nulle part sur ce jour­nal la posi­tion de la DREAL qui explique qu’elle n’est pas néces­saire (donc que les recours sont inutiles)… Pourtant, c’est l’au­to­rité de réfé­rence en matière d’en­vi­ron­ne­ment, bien plus objec­tive que la cen­taine de pro-bagnole qui se servent de l’ex­cuse de la pol­lu­tion comme pré­texte au non-chan­ge­ment de para­digme de mobi­lité en ville.

      sep article
      • PC

        19/10/2017
        12:03

        Nous avons sol­li­cité et trans­mis à Air Auvergne Rhône-Alpes l’é­tude réa­li­sée par le col­lec­tif Grenoble à cœur. Pour l’heure, AARA n’a pas de réponse tran­chée quant à l’im­pact de CVCM sur les niveaux de pol­lu­tion. Je vous ren­voie à cet extrait du pré­cé­dent article :

        « Du côté d’Air Auvergne Rhône-Alpes, il est aujourd’hui dif­fi­cile de conclure à un effet, dans un sens comme dans l’autre, de CVCM sur les niveaux de pol­lu­tion. « Une seule sta­tion comme celle des grands bou­le­vards ne reflète pas toute la com­plexité des impacts, sou­ligne Camille Rieux. Les pol­luants peuvent être influen­cés par le tra­fic rou­tier mais aussi par d’autres para­mètres, comme les échanges atmo­sphé­riques, les dif­fé­rences de tem­pé­ra­ture. Il peut aussi y avoir des effets tran­si­toires. »

        Par ailleurs, la Dreal est un ser­vice de l’État. Nous les avions à l’é­poque sol­li­cité via les ser­vices de la pré­fec­ture, la Dreal ne répon­dant pas à la presse sans l’a­val du repré­sen­tant de l’État. Nous n’a­vons jamais obtenu de réponse.

        sep article
      • Calculs faux et post-véri­tés ?
        repre­nez les même don­nées, celle d’ATMO AURA et refaite les cal­culs.
        Et arrê­tez de sys­té­ma­ti­que­ment mettre en cause les médias : si la Métro a des don­nées en matière de pol­lu­tion à don­ner, qu’elle le fasse. Sauf qu’elle n’en a pas à part celle de Atmo AURA et que les chiffres sont là : il y a bien une aug­men­ta­tion géné­ra­li­sée de la pol­lu­tion.
        Alors au lieu d’es­sayer de décré­di­bi­li­ser le tra­vail des autres avec vos sem­pi­ter­nels argu­ments fal­la­cieux, pre­nez les mêmes don­nées et faites vos cal­culs : il est tout sim­ple­ment impos­sible que vous n’ar­ri­viez pas aux même résul­tat.

        sep article
    • Ben voyons : les don­nées 2017 sont les bonnes. Les don­nées his­to­rique aussi. Donc rien n’est pipé.
      Et ceux qui ont fait ces cal­culs sont des scien­ti­fiques et des ingé­nieurs, par ex. du CEA.
      Vous les éco­los avez une bien curieuse concep­tion à la fois de la science et de la démo­cra­tie : vous ne l’ac­cep­tez que quand elle vous convient.
      La pol­lu­tion à indé­nia­ble­ment aug­menté sur la seule sta­tion du centre ville, tout comme elle a explo­sée ailleurs.
      Vous ne pou­vez le nier, tout comme Hidalgo ne peut nier que la pié­to­ni­sa­tion des berges à causé un aug­men­ta­tion de 5% de la pol­lu­tion dans l’Est pari­sien.
      Par ailleurs, on vous rap­pelle que les trans­ports ter­restre ne repré­sentent que 12 – 15% des émis­sions de pol­luant atmo­sphé­riques, et que ce qui a été mesuré est le pol­luant qui est direc­te­ment causé par le traf­fic auto­mo­bile, le NO2…
      Allez‑y publiez le votre cal­cul, qu’on rigole : quelque soit la méthode d’ex­tra­po­la­tion, l’aug­men­ta­tion se véri­fiera…

      sep article