Une animatrice missionnée par les commerçants grenoblois pour redynamiser le centre-ville

sep article

FOCUS – Embauchée en décembre par l’association de commerçants grenoblois Label Ville, Katia Boissin est animatrice du centre-ville. Son rôle ? Organiser des animations commerciales pour redynamiser les commerces, dans un contexte de morosité ambiante. Autant dire que l’animatrice, très attendue, a du pain sur la planche…

 

 

Katia Boissin, animatrice de centre ville à Grenoble, employée par l'association Label Ville et Christian Hoffmann, président de Label Ville © Séverine Cattiaux - Place Gre'net et Christina Hoffmann

Devant la place Grenette en travaux, Katia Boissin, animatrice du centre-ville à Grenoble, employée par l’association Label Ville et Christian Hoffmann, président de Label Ville. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net et Christina Hoffmann

L’association Label Ville regroupe dix-sept unions commerciales, soit 800 commerces au total. Pour redorer le blason du centre-ville grenoblois, l’association a recruté, début décembre 2017, Katia Boissin, en tant qu’animatrice de centre-ville.

 

Sur les épaules de la jeune femme reposent sans doute beaucoup d’espoirs… Car de très nombreux commerçants ont vu leur chiffre d’affaires drastiquement chuter ces dernières années.

 

Les boutiques ferment. À tel point que la vacance commerciale est passée de 8 % en 2016 à 9 % en 2017, le taux national jugé critique étant de 10 %. « Ce résultat n’est qu’une moyenne que la Métropole a calculée. C’est sûr que la situation est bien plus catastrophique dans certains quartiers où les fermetures sont nombreuses. Et ce n’est pas fini, hélas !, prévient Christian Hoffmann, président de Label Ville. Des commerçants tournent bien également, on ne peut le nier non plus », tempère-t-il.

 

 

« On fait tout à l’envers à Grenoble ! »

 

C’est dans ce contexte de morosité certaine que, depuis quelques semaines, Katia Boissin pousse la porte des commerçants pour se faire connaître. Et les invite… à se déguiser ce samedi 17 février, en l’honneur d’une journée spéciale carnaval pour les commerçants de Grenoble du centre-ville. La thématique est toute trouvée : « Les Jeux olympiques ».

 

Katia Boissin, animatrice de centre ville à Grenoble, employée par l'association Label Ville © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Katia Boissin, animatrice de centre ville à Grenoble, employée par l’association Label Ville © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Huit sculptures sur glace qui seront réalisées durant la journée seront aussi à découvrir dans différents lieux stratégiques du centre-ville. Cette animation et les suivantes seront-elles de taille à attirer les chalands ?

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
5200 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. QUAND LES FRANCAIS SERONT MIEUX PAYES (et les milliers d’ingénieurs grenoblois y compris) peut-être qu’ils arriveront à payer les élus de la métro, à honorer les prix et les amendes exorbitantes de stationnement, à s’acheter des trucs et surtout des services à valeur ajoutée, à s’offrir des vélos électriques … mais pour l’instant ils se la ferment !!
    Et ils préfèrent acheter des trucs sur Amazon, enrichir les géants du low-cost et faire bosser d’autres gars dans des conditions quasi inhumaines.
    Quand aux commerçants ils n’ont qu’à inventer des trucs vraiment utiles, bons (et irremplaçables par des trucs chinois de zéro) et surtout … prendre leur mal en patience !!
    On est en 2018 ! A Grenoble, ville de l’innovation. Cherchez l’erreur !!

    sep article
  2. Ce n’est pas une rustine qui va réparer les dégâts du nouveau plan de circulation des rouges & verts.
    L’accessibilité de Lyon est incomparable avec celle de Grenoble, nombre de parkings, offre de transports supèrieure. De plus, pas la même crasse et insécurité partout au grand centre ville. Il faut dire que la municipalité Lyonnaise travaille, elle, au lieu de perdre son temps à enchaîner coups de com sur coups de com au frais des contribuables.

    sep article
    • Savez-vous que c’est La Métro qui est en charge de la propreté de la ville ? Si les habitants étaient un peu plus propres … j’ai vu des gens jeter les papiers de leur sandwichs sur le trottoir alors qu’ils auraient pu faire 2 mètres pour les mettre dans une poubelle.
      Les transports en commun dépendent aussi de La Métro et sont très bien organisés sur la ville et les banlieues. Je ne vois pas de quoi vous vous plaignez. Peut être vous manque-t-il un métro comme à Lyon, mais la ville de Grenoble est construite sur des nappes phréatiques, il est impossible d’en construire un.
      Ce qui est amusant dans votre commentaire c’est la comparaison que vous faites avec Lyon, alors que les Lyonnais se plaignent … prendraient-ils, eux, modèle, sur Grenoble ?

      sep article
  3. Pas tout à fait.

    D’après ce que nous avons compris, ce poste est financé par les collectivités, qui ont ainsi trouvé le moyen, croient-elle, de faire baisser la grogne causée par la catastrophe causée par CVCM.

    Ce n’est pas pour être méchants, mais vu le profil de la dame qui n’a travaillé que dans le parapublic et pour des collectivités, nous voyons mal comment elle va bien pouvoir appréhender la problématique du commerce de centre-ville qui est vaste et complexe et qui n’est pas communicationnelle…

    En clair, le commerce de centre-ville ne souffre pas d’un déficit d’animation, mais de chalands qui pour ne multiples raisons ne viennent plus faire leurs achats en centre-ville…

    sep article