Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole, quitte le Parti socialiste

sep article

FIL INFO – Le président de Grenoble-Alpes Métropole et maire de Pont-de-Claix Christophe Ferrari annonce quitter le Parti socialiste. Dans un communiqué publié durant la soirée du samedi 10 mars, l’élu se revendique « libre de toute appartenance partisane » et assure ne pas envisager de rejoindre une autre formation politique.

 

 

La nouvelle est tombée dans la soirée du samedi 10 mars : le maire de Pont-de-Claix et président de Grenoble-Alpes Métropole Christophe Ferrari annonce quitter le Parti socialiste. « Je ne le reconnais plus, je ne m’y reconnais plus », explique-t-il dans un communiqué faisant part de sa décision.

 

Christophe Ferrari durant la soirée des Primaires socialistes. Le président de la Métro était soutien d'Arnaud Montebourg. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Christophe Ferrari durant la soirée des Primaires socialistes. Le président de la Métro était soutien d’Arnaud Montebourg. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Pour Christophe Ferrari, le PS est ainsi devenu « un parti qui ne parle plus à celles et ceux qui souffrent ». Bien loin en somme de la « famille de convictions qui a porté de grandes conquêtes sociales » et « avait à cœur de défendre celles et ceux qui en ont le plus besoin » que l’élu dit avoir rejointe voilà près d’une trentaine d’années.

 

 

Christophe Ferrari « libre de toute appartenance partisane »

 

Le président de la Métro l’affirme encore : c’est avec « les idées claires » qu’il quitte aujourd’hui le Parti socialiste. Un parti qui peine à se reconstruire après ses primaires et l’élection présidentielle de 2017. La décision n’en a pas moins été « difficile », insiste l’élu, en particulier à l’égard des militants dont il dit « respecter profondément la sincérité de l’engagement ».

 

Christophe Ferrari. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Christophe Ferrari. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

Est-ce à dire que Christophe Ferrari envisage d’intégrer une autre formation politique ? « Je ne quitte pas un parti pour aller frapper à la porte d’un autre », affirme-t-il, promettant de rester « militant », mais « libre de toute appartenance partisane ». Et de « mettre toute [son] énergie » au service du « projet de transformation sociale et environnementale » du territoire métropolitain.

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
3005 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.