SDF, migrants… La com” “poudre aux yeux” de la Ville de Grenoble irrite squatteurs et associations

sep article



ENQUÊTE – La Ville de Grenoble a signé en novembre dernier deux conventions d’occupation temporaire avec des SDF pour les reloger dans des maisons vides préemptées par la mairie et vouées à une démolition ultérieure. Une expérimentation sur laquelle elle a largement communiqué dans les médias locaux et nationaux. Beaucoup de squatteurs et associations de soutien aux mal-logés et aux migrants y voient surtout une opération de communication « opportuniste ».

 

⇒ Temps de lecture : 28 – 37 min

 

Des articles dans Ouest-France, Rue89 et Le Dauphiné libéré, des repor­tages sur France Bleu et France 3… Si la déli­bé­ra­tion du conseil muni­ci­pal du 6 novembre der­nier avait été adop­tée qua­si­ment en cati­mini, la Ville de Grenoble s’est depuis lar­ge­ment rat­tra­pée, com­mu­ni­quant tous azi­muts sur son nou­veau dis­po­si­tif, par médias inter­po­sés.

 

Partout, les mêmes titres – à quelques mots près – infor­mant que « la mai­rie de Grenoble pro­pose des loge­ments vides gra­tui­te­ment aux SDF ». Des articles abon­dam­ment relayés par le maire et ses sou­tiens sur les réseaux sociaux.

 

 

À l’o­ri­gine de cet embal­le­ment média­tique, les deux conven­tions signées par la Ville avec les asso­cia­tions Le Tremplin et Les Passeurs, per­met­tant à des sans-abri d’oc­cu­per tem­po­rai­re­ment des bâti­ments vides, voués à être détruits ulté­rieu­re­ment.

 

Les mai­sons en ques­tion, situées res­pec­ti­ve­ment rue Argouges et che­min des Tournelles, ont en effet été pré­emp­tées par la com­mune, en vue de pro­jets immo­bi­liers à plus ou moins long terme, et étaient donc inoc­cu­pées dans l’at­tente de leur future démo­li­tion.

 

Sur ce point, le texte est d’ailleurs très clair : la conven­tion, d’une durée d’un an et renou­ve­lable deux fois, « ces­sera de plein droit sans aucune indem­nité ni enga­ge­ment de relo­ge­ment en fonc­tion du pro­jet d’aménagement qui sera décidé par la Ville ».

 

 

Le fruit « d’un an et demi de contacts »

 

Les deux asso­cia­tions concer­nées « sont venues nous voir avec des pro­jets qui dépassent les “simples” besoins d’hé­ber­ge­ment », explique Alain Denoyelle, adjoint à l’ac­tion sociale. Ainsi, Le Tremplin a été créé par Bobby et Plume, deux des trois occu­pants de la mai­son rue Argouges, dans le but d’hé­ber­ger des per­sonnes à la rue avec des chiens. Ils pour­ront accueillir durant quelques jours jus­qu’à cinq per­sonnes dans leur nou­veau loge­ment.

 

Alain Denoyelle © Joël Kermabon - placegrenet.fr

Alain Denoyelle, adjoint à l’ac­tion sociale, a suivi l’é­vo­lu­tion des deux dos­siers et tra­vaillé avec les asso­cia­tions Le Tremplin et Les Passeurs – © Joël Kermabon – placegrenet.fr

L’accord conclu avec Le Tremplin est le fruit « d’un an et demi de contacts, entre la ren­contre avec eux, l’i­den­ti­fi­ca­tion puis l’ob­ten­tion de la mai­son, qui était la pro­priété de l’EPFL [Établissement public fon­cier local du Dauphiné, ndlr] », pré­cise Alain Denoyelle.

 

Avec cette asso­cia­tion, pour­suit-il, on a affaire à « des jeunes en dif­fi­culté sociale, avec peu de res­sources. La ques­tion qui se pose, c’est “com­ment on va les accom­pa­gner ?” » Le second cas est légè­re­ment dif­fé­rent : « pour Les Passeurs [s’a­dres­sant plu­tôt à des artistes, ndlr], on a une réflexion plus large sur l’u­sage tem­po­raire des lieux. »

 

« L’objectif, estime l’ad­joint à l’ac­tion sociale, est de par­ve­nir à un usage auto­risé par la Ville et de fixer les limites de la res­pon­sa­bi­lité de cha­cun. On se recon­naît les uns et les autres comme légi­times. » Mais quid du contenu concret de cette conven­tion ? À pre­mière vue, cela semble aussi simple que clas­sique : en contre­par­tie du relo­ge­ment, les occu­pants doivent prendre une assu­rance et s’ac­quit­ter des fac­tures d’eau et d’élec­tri­cité.

 

 

Des mises à disposition « obtenues par la lutte et la pression »

 

Dans les faits pour­tant, de nom­breux col­lec­tifs de sou­tien aux mal-logés et de squat­teurs se montrent très cri­tiques, voire car­ré­ment hos­tiles. Benjamin*, un mili­tant asso­cia­tif fin connais­seur du dos­sier et direc­te­ment concerné, regrette en pré­am­bule que la mai­rie « ne contex­tua­lise pas » ces mises à dis­po­si­tion de bâti­ments : « Elles ont été obte­nues par la lutte et la pres­sion. Pour la mai­son Argouges, Bobby et Plume fai­saient par­tie de l’Assemblée des mal-logés. »

 

Préemptée par la Ville et inoc­cu­pée, cette mai­son de la rue Argouges a fait l’ob­jet d’un conven­tion­ne­ment de la Ville pour accueillir des jeunes SDF avec des chiens. Des asso­cia­tions et squat­teurs cri­tiquent cer­tains termes de la conven­tion, comme le fait que le pro­prié­taire puisse ren­trer quand il le sou­haite dans les lieux. © Manuel Pavard – Place Gre’net

 

Quant à la nature de la conven­tion, il ne la juge « vrai­ment pas ter­rible », égre­nant une lita­nie de reproches. Premier point : « L’association doit prendre en charge toutes les res­pon­sa­bi­li­tés et dépenses qui devraient incom­ber au pro­prié­taire en terme de sécu­rité et salu­brité, comme les frais d’as­su­rance et la res­pon­sa­bi­lité civile. Par exemple, si la foudre tombe sur la mai­son, c’est l’as­so­cia­tion qui est res­pon­sable, la mai­rie se défausse com­plè­te­ment sur elle. »

 

Le texte remet éga­le­ment en cause, selon lui, « le prin­cipe du domi­cile car le pro­prié­taire peut ren­trer à tout moment dans le bâti­ment » pour effec­tuer des tra­vaux ou pour tout autre chose. Autre sujet de cris­pa­tion, le fait que la conven­tion soit dénon­çable à tout moment par l’une des deux par­ties (avec un pré­avis), d’où un « risque d’ex­pul­sion ».

 

Sur bien des points, celle-ci n’est ainsi pas très sécu­ri­sante pour les occu­pants. « C’est juste une mise à l’a­bri tem­po­raire, la mai­rie ne s’en­gage pas à relo­ger les per­sonnes der­rière : Bobby et Plume n’ont aucune garan­tie », ajoute Benjamin.

 

 

« Pas le droit de fumer chez toi »

 

Le mili­tant dénonce en outre « le refus de la mai­rie de prendre en charge les fac­tures d’éner­gie » et une conven­tion « infan­ti­li­sante et liber­ti­cide », qui fixe des règles par­ti­cu­liè­re­ment sur­pre­nantes, pour ne pas dire cho­quantes : « Les gens n’ont pas le droit de fumer ni de boire de l’al­cool à l’in­té­rieur du bâti­ment. »

 

Illustration pour le débat "drogues, alcool et agression : l'équation chimique et sociale de la violence"

Certaines clauses paraissent tota­le­ment obso­lètes et inadap­tées, comme l’in­ter­dic­tion de fumer ou de boire de l’al­cool à l’in­té­rieur des loge­ments. © DR

Andrea, ancienne habi­tante du 72 ave­nue Léon Blum (squat expulsé le 25 octobre 2017), a man­qué de s’é­tran­gler en décou­vrant ces condi­tions : « Tu te rends compte ? Tu es chez toi mais tu n’as pas le droit de fumer ! Même Carignon et Destot n’ont pas osé pro­po­ser des conven­tions aussi pour­ries ! »

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
5288 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Je ne com­prends pas bien ces loca­taires de baux pré­caires. Ils devraient regar­der les pro­po­si­tions de loca­tion sur Le bon coin ou Airbnb. Les pro­prios prennent le droit ou ont le droit d’exi­ger des loca­taires non fumeurs. Ensuite, s’il y a des tra­vaux de main­te­nance à faire, le pro­prié­taire qui doit « louer » un bien en bon état a tout à fait le droit de faire effec­tuer des tra­vaux.
    Les reproches me semblent un peu oiseux. Les baux font pas­ser un héber­ge­ment du sta­tut de squat à un sta­tut de « loca­tion » à titre gra­cieux tout à fait légal. Serait-ce la léga­lité qui gêne ?

    sep article
  2. je sens l’ar­ticle qui va faire du bruit 😀
    Quelques remarques à chaud :
    Que la ville demande aux asso de prendre en charge res­pon­sa­bi­lité et frais sur la sécu­rité / salu­brité = moindre des choses pour déga­ger la ville de res­pon­sa­bi­li­tés en cas de pépins (fau­drait être con quand même pour faire de l’o­pen bar).
    Les « squat­ters pro » (désolé pour le terme, je ne sais décrire autre­ment) veulent juste être logés à l’œil et ne pas payer GEG si je com­prends bien = pré­sen­ter son majeur avec sou­rire. Oui si ce n’est pas moi qui paie. Non si mes impôts et sou­sous les paies.
    sinon ca me fait juste mar­rer que les types réclament des trucs comme si ca leur été dus. ils devraient faire ven­deur chez SFR, il faut le même cran.

    sep article