Compagnie des Alpes : la France va-t-elle laisser filer l’un de ses fleurons touristiques ?

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

ENQUÊTE – Le plus gros opérateur de domaines skiables au monde est-il à vendre ? Voilà bientôt deux ans que la Compagnie des Alpes espère ouvrir son capital aux investisseurs étrangers. Sur les rangs, le conglomérat chinois Fosun, déjà propriétaire du Club Med. Mais dans les Alpes, des élus font de la résistance, craignant qu’Emmanuel Macron ne fasse sauter le dernier verrou et accélère le désengagement de la Caisse des dépôts du secteur du tourisme. Et que se rejoue avec ce fleuron de l’économie touristique le scénario d’Alstom…

 

 

Vanoise Express © Paradiski- Les Arcs

Va-t-il se jouer avec la Compagnie des Alpes (CDA) le même scénario qu’avec Alstom ? Après avoir bradé son patrimoine industriel, la France se prépare-t-elle à laisser filer les rênes d’un de ses fleurons de l’économie touristique aux mains de capitaux étrangers ?

 

Deux ans que le numéro un mondial de la gestion des domaines skiables (La Plagne, Tignes, Val d’Isère, Les 2 Alpes, Les Ménuires et Les Arcs) a bon espoir d’ouvrir son capital, notamment au Chinois Fosun, pour pouvoir se développer à l’international.

 

L’entreprise a des atouts à revendre : un chiffre d’affaires annuel de plus de 762 millions d’euros, en hausse de 6,6 % ; une croissance dépassant les 31 % sur les quatre derniers exercices ; des résultats cumulés dans ses onze stations de ski qui atteignent 325 millions d’euros dont un peu moins de 150 millions d’euros redistribués en dividendes à ses actionnaires.

 

Tous les signaux à destination de potentiels investisseurs sont ainsi au vert. Que ce soit dans le secteur des domaines skiables, sa première activité, ou dans celui des parcs de loisirs (parc Astérix, Futuroscope, Grévin), où la société s’est diversifiée depuis 2002 et où elle est devenue le quatrième opérateur européen.

 

 

Le développement à l’étranger, un devoir impérieux pour la CDA

 

Déjà leader européen des loisirs, la compagnie des Alpes affiche de forte ambitions internationales. « Le développement à l’étranger est un devoir impérieux, soulignait très clairement Dominique Marcel en octobre dernier à l’AFP. Il faut aller chercher des clients à l’étranger pour développer nos Alpes françaises. Nous n’avons pas d’autres choix pour assurer notre développement. »

 

Dominique Marcel, PDG de la Compagnie des Alpes

Dominique Marcel, PDG de la Compagnie des Alpes. DR

Pour assurer la prospérité de sa société, le PDG de la Compagnie des Alpes prospecte et notamment dans les pays émergents à forte croissance, comme la Chine, où l’industrie du tourisme est en plein boum. Un marché juteux où la société savoyarde a déjà mis un pied.

 

Elle y a signé des contrats d’assistance à l’exploitation de stations de ski – comme à Thaiwoo, qui accueillera les Jeux olympiques de Pékin en 2022 – ou à la construction d’un ski Dôme à Shanghaï. Un premier pas avant d’aller plus loin.

 

« L’idée est de passer à un deuxième stade, de ne plus être dans le conseil mais d’investir, soit par de nouveaux projets, soit par des acquisitions en nouant des partenariats », soulignait déjà Dominique Marcel en novembre 2015 dans Les Échos. Un passage obligé pour le PDG. « Dans ce pays, on ne peut pas se développer tout seul. Il faut passer par des sociétés communes et avoir, si possible, des partenaires chinois à son capital. »

 

En Chine, la CDA y mettrait bien le deuxième pied, comme elle aimerait bien ouvrir la porte aux capitaux asiatiques. Donnant-donnant ? Le pas semble difficile à franchir. Qu’est-ce qui coince ? La structure de l’actionnariat de la société et, derrière, le poids de la politique intérieure française. Jusque-là. Car Emmanuel Macron pourrait bien faire sauter le verrou…

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4275 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Que Macron se contente de réaliser ses promesses de campagne, c’est deja trop. Si en plus il accepte de faire ce sur quoi il n’a pipé mot … ou va-t-on ?
    Ca l’amuse de brader les savoir faire français ? Les Chinois ont déjà acheté entre autres une partie du vignoble bordelais et maintenant ils veulent aussi nos montagnes ?
    “Que la montagne est belle” chantait notre Jean Ferrat national …

    sep article