Le Solaris, immeuble d’habitat social reçoit le prix de la construction Bois Auvergne-Rhône-Alpes

sep article

Notre indépendance c

L’immeuble d’habitat social Le Solaris, construit par le bailleur Actis et Roda Architectes, a remporté l’un des huit prix de la construction Bois Auvergne-Rhône-Alpes 2017 remis le 18 décembre dernier par Fibra et Auvergne-Promobois, deux associations regroupant les acteurs de la filière forêt-bois d’Auvergne-Rhône-Alpes. Les 38 logements locatifs sociaux du Solaris sont situés sur l’Écocité Presqu’île, un quartier en pleine métamorphose.

 

 

Le prix régio­nal de la Construction Bois récom­pense « les plus beaux ouvrages bois de la région Auvergne-Rhône-Alpes », dixit les orga­ni­sa­teurs du concours.

 

Sur l'écocité Presqu'île, l'immeuble d'habitat social « Le Solaris » construit par le bailleur Actis, et Roda Architectes remporte l'un des huit prix 2017 de la construction Bois Auvergne-Rhône-Alpes DR

« Le Solaris »  DR

Le 18 décembre der­nier, sur quatre-vingts pro­jets en com­pé­ti­tion sur toute la région, huit réa­li­sa­tions, toutes très dif­fé­rentes ont ainsi été récom­pen­sées : une villa, une école, une ber­ge­rie, une mai­son tou­ris­tique, un pont, un centre de loi­sir, un gym­nase et un immeuble d’ha­bi­ta­tion, en l’oc­cur­rence le Solaris.

 

Immeuble de 38 loge­ments loca­tifs sociaux du T2 au T5, sur dix étages, le Solaris est implanté sur l’Écocité Presqu’île, où il vient d’être fraî­che­ment inau­guré. 375 m3 de bois ont été employés. Les essences uti­li­sées sont le sapin issu de l’arc alpin, ainsi que le mélèze pro­ve­nant de ce mêmes forêts mais aussi des Alpes autri­chiennes.

 

 

Façades et balcons tout en bois

 

« Le choix du bois est lié au pro­gramme Ecocité Grenoble et du cahier de pres­crip­tions envi­ron­ne­men­tal qui nous deman­dait d’employer le plus de maté­riaux bio­sour­cés et, tout par­ti­cu­liè­re­ment, le bois », relate Jean-Paul Roda dans une petite vidéo réa­li­sée à l’oc­ca­sion du concours.

 

Jean-Paul Roda architecte de Solaris DR

Jean-Paul Roda archi­tecte de Solaris DR

« Les bal­cons ont été conçus et pen­sés en volumes 3D d’une seule pièce, et les plan­chers et garde-corps habillés de bois, qui ont été clip­sés sur les creux du volume. »

 

La pro­duc­tion de cha­leur pour le chauf­fage des appar­te­ments et de l’eau sani­taire pro­vient quant à elle du sys­tème de géo­ther­mie, fonc­tion­nant avec une pompe à cha­leur rac­cor­dée sur la nappe.

 

L’eau est ensuite éva­cuée par le réseau d’exhaure direc­te­ment relié à l’Isère, qui coule à proxi­mité du quar­tier. Solaris est par ailleurs un immeuble « très basse consom­ma­tions » avec 30 % de consom­ma­tions de moins que ce qu’im­pose la Réglementation ther­mique 2012. Le coût de l’im­meuble s’é­lève à 6 281 000 euros, dont 25 % appor­tés par des sub­ven­tions Ecocité, les col­lec­ti­vi­tés, l’Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie (Ademe), 61 % sous forme de prêts, et 14 % par des fonds propres d’Actis.

 

SC

 

UNE CAPACITÉ D’INNOVATION REMISE EN QUESTION PAR LA BAISSE DES APL ?  

 

Lors de l’i­nau­gu­ra­tion de Solaris, le 3 octobre der­nier, Stéphane Duport-Rosand, direc­teur géné­ral d’Actis, Christine Garnier, vice-pré­si­dente délé­guée à l’habitat, au loge­ment et à la poli­tique fon­cière de Grenoble-Alpes Métropole, et Éric Piolle, pré­sident d’Actis et maire de Grenoble, ont dit redou­ter que « cette capa­cité d’innovation et de pro­grès des bailleurs sociaux [soit] aujourd’hui mena­cée par la baisse annon­cée des Aides per­son­na­li­sées au loge­ment et des loyers HLM ».

 

 

commentez lire les commentaires
3911 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.