Center parcs de Roybon : après Ségolène Royal et Nicolas Hulot, les élus écologistes à la Région Auvergne Rhône-Alpes interpellent François De Rugy.

Center parcs : sommée de transmettre ses échanges avec Pierre & Vacances, l’ONF obtient un sursis

Center parcs : sommée de transmettre ses échanges avec Pierre & Vacances, l’ONF obtient un sursis

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

L’Office national des forêts n’a pour l’heure pas obligation de transmettre à la Frapna ses échanges avec Pierre & Vacances concernant les mesures compensatoires à mettre en œuvre dans le cadre du projet de Center parcs en Isère. Le Conseil d’État vient en effet de lui accorder un sursis à exécution, le temps de se prononcer sur le fond du dossier.

 

 

Manifestation des opposants au Center parc des Chambaran lundi lors du démarrage des travaux. © Patricia Cerinsek - placegrenet.fr

Manifestation des oppo­sants au Center parc des Chambaran lors du démar­rage des tra­vaux. © Patricia Cerinsek – pla​ce​gre​net​.fr

Sommée de trans­mettre ses échanges avec Pierre & Vacances, l’Office natio­nal des forêts (ONF) a obtenu un sur­sis à exé­cu­tion, le temps que le Conseil d’État, qui doit exa­mi­ner le dos­sier au fond, se prononce.

 

L’ONF avait été mis­sion­née par le groupe Pierre & Vacances pour recen­ser les mesures  à mettre en œuvre pour “com­pen­ser” la des­truc­tion pré­vue de près de 80 hec­tares de zones humides liée à la construc­tion d’un Center parcs dans la forêt des Chambarans.

 

La loi obli­geant à com­pen­ser selon la règle du “un pour deux”, ce sont 150 hec­tares que Pierre & Vacances doit aller res­tau­rer… plus loin. D’après nos infor­ma­tions, l’ONF serait allée cher­cher ces zones natu­relles à réha­bi­li­ter en Isère mais aussi en Haute-Savoie, en Ardèche et jusque dans l’Ain. Une ving­taine de sites auraient été recensés.

 

 

La Cada puis le juge administration demandaient la publication des échanges

 

Sur quels cri­tères ? On n’en sait jus­te­ment rien. Raison pour laquelle la fédé­ra­tion régio­nale pour la pro­tec­tion de la nature (Frapna) récla­mait que lui soient trans­mis ces échanges entre les deux par­ties. Invoquant le secret com­mer­cial, l’ONF avait refusé. La Cada s’en était mêlée, puis le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Lyon. Sans succès.

 

L'Office national des forêts n'est pas dans l'obligation de rendre publics ses échanges avec Pierre & Vacances concernant le Center parcs de Roybon

Manifestation des oppo­sants au Center parc des Chambaran. © Patricia Cerinsek – pla​ce​gre​net​.fr

Le dos­sier a donc atterri entre les mains du Conseil d’État. En atten­dant que la plus haute juri­dic­tion admi­nis­tra­tive se pro­nonce sur le fond, ce qui devrait prendre encore un cer­tain temps, l’Office natio­nal des forêts a obtenu le 28 novembre der­nier un sur­sis à exé­cu­tion. Elle n’est donc pas tenue de com­mu­ni­quer ces échanges.

 

Cette com­mu­ni­ca­tion « indé­pen­dam­ment du contenu des docu­ments en cause revê­ti­rait un carac­tère irré­ver­sible », a jugé le Conseil d’État. Qui plus est, « le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif aurait enta­ché son juge­ment d’er­reur de droit en jugeant que l’ONF était tenu, en appli­ca­tion des articles L 124 – 1, du code de l’en­vi­ron­ne­ment, de com­mu­ni­quer à l’as­so­cia­tion les infor­ma­tions obte­nues dans le cadre de la réa­li­sa­tion d’une pres­ta­tion de ser­vices rele­vant du sec­teur concurrentiel ».

 

« Ce moyen paraît, en l’é­tat de l’ins­truc­tion, sérieux et de nature à jus­ti­fier, outre l’an­nu­la­tion de ce juge­ment, l’in­fir­ma­tion de la solu­tion rete­nue par les juges du fond », pour­suivent les magistrats.

 

Pour rap­pel, Pierre & Vacances s’est éga­le­ment pourvu en cas­sa­tion suite à la déci­sion de la cour d’appel de Lyon, qui a déclaré son pro­jet de Center parcs illé­gal. Le juge lyon­nais met­tait en avant l’insuffisance des mesures de com­pen­sa­tion. Le 22 février 2017, le Conseil d’État a revu la défi­ni­tion des zones humides, dont les cri­tères sont désor­mais plus res­tric­tifs. Avec, en fili­grane, une ques­tion : cette nou­velle défi­ni­tion peut-elle remettre en cause le nombre d’hec­tares de zones humides détruites par le Center parcs de Roybon ?

 

PC

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Le Groupe Hospitalier Mutualiste (GHM) n'est pas propriétaire des murs dans lesquels il exerce son activité. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net
Un an après la reprise du GHM par le groupe Avec, direction et opposants s’affrontent sur le bilan

DÉCRYPTAGE - Un an après la reprise du Groupe hospitalier mutualiste (GHM) de Grenoble par le groupe Avec (ex-Doctegestio), son président Bernard Bensaid et le Lire plus

Pancarte "Ils ne sont grands que si nous sommes à genoux" pendant un rassemblement devant le tribunal de Grenoble le 30 juin 2021(c) Ilan Khalifa--Delclos | Place Gre'net
Rassemblement en soutien aux « décrocheuses de portrait » devant le tribunal de Grenoble

REPORTAGE - Des militants d'Alternatiba et d'ANV-COP21 se sont réunis ce mercredi 30 juin 2021 devant le tribunal de Grenoble. Objectif : soutenir Anne-Marie, Lucie Lire plus

Annulé en 2016, remis sur les rails à l'automne dernier, le Center parcs de Roybon (Isère) revient devant la cour administrative d'appel de Lyon le 30 avril
Center parcs : le ministre de l’Agriculture obligé de communiquer ses échanges avec Pierre & Vacances

  FIL INFO - Le projet de Center parcs de Roybon a beau être définitivement enterré, le dossier continue de suivre son cours devant la Lire plus

La Région a été la première à communiquer sur ses masques. A Grenoble, elle a été la dernière à les distribuer. Avec quelques coups de canif dans sa com'.
En Auvergne Rhône-Alpes, les élus se renvoient la patate chaude de la gestion d’Erai

  FLASH INFO - En Auvergne Rhône-Alpes, le dossier Erai, du nom de cette agence économique née en 1987 de l'initiative du conseil régional pour aider Lire plus

Abus de biens sociaux : l’ex-directrice des Pompes funèbres intercommunales relaxée, les faits étant prescrits

  EN BREF - L'ex-directrice des Pompes funèbres intercommunales de l'agglomération grenobloise a été relaxée du chef d'abus de biens sociaux par le tribunal correctionnel Lire plus

Tribunal de Grande Instance à Grenoble, salle des audiences correctionnelles. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net
Après les Prud’hommes, le tribunal correctionnel reconnaît le harcèlement moral sur Laëtitia Rabih

  FLASH INFO - L'ex-président de la Mutuelle de France des hospitaliers (MFH) Ruben Garcia a été jugé personnellement coupable, entre 2013 et 2014, de Lire plus

Flash Info

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

|

19/10

10h35

|

|

19/10

9h26

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin