Tri des déchets plastiques : la campagne de la Métro provoque un emballement… de critiques

Tri des déchets plastiques : la campagne de la Métro provoque un emballement… de critiques

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – La campagne d’incitation au tri des déchets initiée par la Métro a du mal à passer. Une affiche cristallise les critiques : celle représentant une femme, souriante, enveloppée dans du film plastique, avec la mention « Tous les emballages se jettent dans la poubelle “je trie” ». Une communication qui a fait réagir jusqu’à la secrétaire d’État en charge de l’Égalité entre les femmes et les hommes…

 

 

« Le gra­phiste doit être fan de Dexter », s’a­muse une inter­naute en com­men­tant la cam­pagne d’in­ci­ta­tion au tri de Grenoble-Alpes Métropole. Il est vrai que le célèbre tueur en série de fic­tion aime à enve­lop­per ses futures vic­times à l’aide d’un puis­sant film plas­tique pour mieux les immo­bi­li­ser. Soit, peu ou prou, ce qu’é­voquent les affiches de la Métro.

 

Les affiches sont disposées sur les encarts Decaux. © Nicolas Vivant, image prélevée sur Facebook

Affiches dis­po­sées sur les encarts Decaux. © Nicolas Vivant, image extraite de Facebook

 

Disposées sur des pan­neaux Decaux de la Métropole, celles-ci repré­sentent des per­sonnes, sou­riantes, pri­son­nières d’un filet de plas­tique. Le slo­gan ? « Jeter moins, trier plus, faire face ! Tous les embal­lages se jettent dans la pou­belle “Je trie” ». Trois affiches dis­tinctes ont été réa­li­sées : une avec deux enfants, une avec un homme, et la der­nière avec une femme.

 

 

« Hautement déplacé », juge la Secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes

 

 

Sans par­ler de défla­gra­tion, la cam­pagne a pro­duit ce qu’il convient d’ap­pe­ler un bad buzz sur les réseaux sociaux, dont cer­tains titres de presse natio­naux se sont fait écho. Et elle n’a pas man­qué de faire réagir au niveau poli­tique. Le site de la droite Carignon Grenoble le chan­ge­ment a ainsi, tout natu­rel­le­ment, sauté sur l’oc­ca­sion pour dénon­cer une « com” sexiste, salis­sante coû­teuse ».

 

Sur Facebook, le conseiller muni­ci­pal d’op­po­si­tion Jérôme Safar (Rassemblement de gauche et de pro­grès) n’a pas, non plus, trouvé la cam­pagne à son goût : « Je pense que le ser­vice com n’a pas mesuré le carac­tère stu­pé­fiant du visuel en ques­tion », écrit-il à un com­men­ta­teur. Côté En marche, le député Olivier Véran ne mâche pas non plus ses mots sur Twitter.

 

 

Point d’orgue de l’in­di­gna­tion, Marlène Schiappa, Secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes a jugé bon de prendre sa plume pour écrire au pré­sident de la Métro en per­sonne, Christophe Ferrari.

 

Les enfants emballés dans du plastique ont rarement le sourire. © Grenoble-Alpes Métropole

Les enfants embal­lés dans du plas­tique… avec le sou­rire. © Grenoble-Alpes Métropole

« Emballer une femme dans du film plas­tique ne me semble pas du meilleur goût. […] À l’heure où je mène une cam­pagne contre les vio­lences faites aux femmes […], je tiens à vous dire que cette cam­pagne me semble hau­te­ment dépla­cée. Son retrait serait appré­cié », écrit-elle ainsi, dans son cour­rier rap­porté ce 29 sep­tembre au matin par nos confrères du Dauphiné libéré.

 

Certains inter­nautes font remar­quer que la secré­taire d’État ne semble en revanche pas s’é­mou­voir outre mesure de l’af­fiche repré­sen­tant deux enfants empa­que­tés comme des pro­duits de consom­ma­tion. Sans même par­ler de sa ver­sion mas­cu­line. « C’est plus grave parce que c’est une femme ? Et l’é­tu­diant emballé ? Et les 2 enfants ? », s’a­gace un uti­li­sa­teur de Facebook.

 

 

La Métropole assume

 

 

Côté Métropole, la volonté est visi­ble­ment de clore la polé­mique. « Si la nou­velle cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion métro­po­li­taine a fait l’objet d’interprétations regret­tables, il n’en demeure pas moins ce constat et l’urgence d’agir. Nous sommes pri­son­niers de nos déchets, voilà quel était le seul et unique mes­sage », écrit la Métro dans un com­mu­ni­qué. Ajoutant que « main­te­nant […] tout mal­en­tendu à ce pro­pos est dis­sipé ». Ce que les lin­guistes décrivent comme la fonc­tion cona­tive du lan­gage, lorsque le verbe est censé créer l’action…

 

Sur le por­tail “actua­li­tés” de Grenoble-Alpes Métropole, on prend le parti du verre à moi­tié plein. « Des indi­gna­tions, des éner­ve­ments, des encou­ra­ge­ments, des enthou­siasmes… La nou­velle cam­pagne de tri des déchets de la Métropole ne passe pas inaper­çue », titrent les rédac­teurs. Ou, comme disait Andy Warhol, « n’im­porte quelle publi­cité est bonne publi­cité » ?

 

Le plastique, c'est la Symphonie Fantastique ? Des Grenoblois n'ont pas apprécié de voir Hector Berlioz traité de la sorte... © Grenoble-Alpes-Métropole

Le plas­tique, c’est la Symphonie fan­tas­tique ? Des Grenoblois n’ont pas appré­cié de voir Hector Berlioz emballé… © Grenoble-Alpes-Métropole

 

Si la Métro assume sa cam­pagne d’af­fi­chage, quand bien même la forme semble avoir pris le pas sur le fond, elle a en revanche choisi de reti­rer les films plas­tique dis­po­sés sur dif­fé­rents monu­ments de Grenoble. Certains Grenoblois n’ont en effet pas appré­cié de voir le Chevalier Bayard ou Hector Berlioz mis sous cel­lo­phane comme des pro­duits de super­mar­ché. Face aux sus­cep­ti­bi­li­tés, la Métro a ainsi pré­féré évi­ter… l’emballement.

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

F. Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Une pétition en ligne s’oppose à la fermeture des blocs de l’hôpital Sud

  FLASH INFO - La CGT continue de se mobiliser craignant que la restructuration des différentes entités du CHU de Grenoble Alpes n'aboutisse, in fine, Lire plus

Quel avenir pour l’hôpital Sud à Echirolles ? Un comité de soutien sur les rails

  FLASH INFO - Les assurances du ministre de la Santé Olivier Véran quant au maintien de l'activité des blocs opératoires à l'hôpital Sud à Lire plus

Précarité étudiante : le maire de Grenoble Éric Piolle interpelle le gouvernement

  FOCUS - Face à la détresse des étudiants, le maire de Grenoble a décidé d'interpeller le gouvernement. Éric Piolle a envoyé un courrier, mardi Lire plus

Olivier Véran, ministre des solidarités, en visite à l’épicerie Episol bénéficiaire du plan France relance

  FOCUS – Le Ministre des solidarités et de la santé a visité, samedi 22 mai, l'épicerie Episol située dans le quartier Capuche à Grenoble. Lire plus

Flash Info

|

16/06

15h50

|

|

16/06

15h20

|

|

16/06

11h47

|

|

15/06

22h48

|

|

15/06

17h34

|

|

15/06

16h20

|

|

15/06

15h00

|

|

15/06

12h15

|

|

14/06

16h51

|

|

14/06

16h12

|

Les plus lus

Économie| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

A écouter| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin