Sénatoriales en Isère : quatre hommes et une femme au Palais du Luxembourg

sep article

REPORTAGE VIDÉO – Les résultats des élections sénatoriales qui se sont tenues ce dimanche 24 septembre sont tombés : quatre hommes et une femme représentant l’Isère vont siéger au Palais du Luxembourg. Avec en tête la liste de la droite et du centre.

 

 

Au total, 3 021 grands électeurs isérois devaient prendre part au vote des sénatoriales, ce dimanche. Ils n’ont été “que” 2 950 à voter pour un candidats. Rappelons que les sénateurs sont élus à la proportionnelle par un collège de grands électeurs, composé des députés et des sénateurs du département, de conseillers régionaux, de conseillers départementaux et de conseillers municipaux.

 

Sont ainsi élus sénateurs de l’Isère Michel Savin et Frédérique Puissat, de la liste “L’Isère au Sénat 2017, qui recueille 33,72 % des suffrages exprimés. La liste des Républicains et du Centre est ainsi très largement en tête. En vertu de la loi sur le cumul des mandats, Frédérique Puissat démissionnera de son poste de vice-présidente du Conseil départemental mais restera conseillère départementale, nous fait savoir le Département (voir encadré).

 

Reportage Joël Kermabon

 

 

Guillaume Gontard, André Vallini et Didier Rambaud sénateurs 

 

 

Également élu, Guillaume Gontard, dont la liste “Un engagement commun” la liste, regroupant communistes, socialistes et écologiques (EELV – M1717 – PCF), obtient 19,08 % des suffrages. Un résultat dont se félicite le principal intéressé, pour qui la stratégie de rassemblement de la gauche est payante.

 

 

Le socialiste André Vallini retrouve son siège au Palais du Luxembourg, avec la liste “Ensemble pour l’Isère et ses communes” qui enregistre 16,56 % des voix exprimées. Dernier sénateur élu, le marcheur Didier Rambaud, dont la liste “La République en marche” décroche 14,43 % des voix.

 

Les vainqueurs des Sénatoriales en Isère. De gauche à droite : Didier Rambaud, Guillaume Gontard, Frédérique Puissat, Michel Savin et André Vallini. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les vainqueurs des sénatoriales en Isère. De gauche à droite : Didier Rambaud, Guillaume Gontard, Frédérique Puissat, Michel Savin et André Vallini. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Aucune des six autres listes en lice pour les sénatoriales (“Osez le nord-Isère”, “Au Sénat”, “Ensemble du Nord au Sud pour l’Isère”, “Ensemble pour le respect de nos communes et de nos clochers“, “L’Isère et ses territoires au cœur du Sénat”, “Isère volontaire et Citoyens, levez-vous”) ne parvient à se hisser au-dessus de la barre des 5 % des suffrages.

 

 

 

Florent Mathieu

 

 

JEAN-PIERRE BARBIER TACLE LES « LISTES DISSIDENTES » AUX SÉNATORIALES

 

Jean-Pierre Barbier, président du Conseil Départemental. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Jean-Pierre Barbier, président du Conseil départemental. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Le président du Conseil départemental Jean-Pierre Barbier salue dans un communiqué la victoire de Michel Savin et de Frédérique Puissat. Et n’oublie pas de féliciter plus particulièrement sa vice-présidente, dont « le dynamisme a permis d’impulser des changements de fond et de redresser la politique familiale du Département ». Frédérique Puissat a notamment porté le concept de “réciprocité”, pierre angulaire de la politique sociale du Département.

 

« Une concurrence stérile »

 

Mais Jean-Pierre Barbier règle également ses comptes. Il n’a en effet manqué “que” 275 voix à la liste des Républicains et du centre “L’Isère au Sénat 2017” pour avoir un troisième sénateur, en l’occurrence l’élu du Nord-Isère Christian Rival.

 

Dénonçant les listes dissidentes de droite et du centre, le président du Conseil départemental se montre cassant : « Sans cette concurrence stérile, un troisième sénateur de notre famille aurait pu être élu. A chacun d’assumer sa responsabilité. »

 

 

commentez lire les commentaires
2798 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Sénatoriales en Isère. Gâchis à droite et impostures sanctionnées pour LREM.

    La liste LR, soi-disant de droite et du centre, menée par Michel Savin gagne 2 sièges, André Vallini est logiquement réélu, le représentant de la « gôche » verte et rouge gagne son siège sans peine. Bon dernier, le candidat LREM prend le 5ème siège « par erreur » avec 14% : comme quoi sur un malentendu on peut conclure !
    Le 3ème colistier LR paye un soutien « acharné et jusqu’au bout » au revanchard Sarkozy puis à Fillon qui a resulté en la concurrence de 5 listes dissidentes, 4 centristes et 1 de droite forte, applaudissements ! Voilà la facture qui arrive avec 1 siège perdu, celui dévolu sinon « promis » à Christian Rival, du Nord Isère (en compensation de son renoncement à candidater aux législatives, à la place de Moyne-Bressand).
    Pour LREM, Didier Rambaud, le socialiste recyclé, qui verrouille le parti marcheur au bénéfice de socialistes, n’a pas réussi à refaire le coup de l’imposture des législatives avec 9 socialistes élues car déguisées en marcheuses et autodéclarées de centre droit. Les grands électeurs seraient-ils moins dupes que les électeurs de base ?
    Et il n’est élu que par la faute (inexcusable selon Barbier) des Fillonistes de l’ancien monde, incapables de rassembler hors de leur clan, ni d’évoluer vers un mode plus participatif, tant vers le centre que vers une dose de souverainisme.
    Enfin pour le Nord-Isère, plutôt fondamentalement à droite, c’est le vide abyssal et total, dans la suite du sévère coup de balai aux législatives avec l’élimination des éternelles et inamovibles vedettes locales, au bénéfice de mules à voix et financement « en marche ».
    C’est le ZÉRO POINTÉ pour tous ceux péroraient avec certitude sur leur future « écrasante victoire » en 2017. Parions qu’ils tenteront encore de s’incruster aux prochaines échéances, quitte à perdre encore, plutôt que de faire monter la génération qui ose l’audace de se plaindre de toutes les défaites qui leur sont imposées par l’aveuglement et la surdité des gens d’en haut et qui n’aspire qu’à apporter sa pierre à la réforme constructive de son territoire et du pays.

    sep article
  2. FM

    25/09/2017
    0:00

    Merci pour votre commentaire. La phrase : « Frédérique Puissat a notamment porté le concept de “réciprocité”, pierre angulaire de la politique sociale du Département. » n’étant pas entre guillemets, il ne s’agit donc pas d’une citation de Jean-Pierre Barbier.

    sep article
  3. il faudrait que monsieur Barbier explique ce qu’il entend par « le concept de “réciprocité”, pierre angulaire de la politique sociale du Département. » quand on sait que c’est la croix et la bannière pour que des familles très peu fortunées puisse bénéficier des services d’une assistante sociale, que celles-ci n’ayant pas d’argent puise néanmoins avoir 10 € d’aide pour une famille de 5 personnes dont un enfant handicapé, qu’il refuse toute aide aux familles étrangères, même quand il y a de très jeunes enfants et des femmes enceintes, c’est à dire qu’il refuse que le service ASE (aide sociale à l’enfance = service de sauvegarde de l’enfance)) fasse son travail correctement. Ca promet comme travail et décisionis anti-sociales au Sénat. Les LR larcheront main dans la main avec les macronistes.
    Bravo à Guillaume Gontard, le seul qui sorte du lot. Mais que pourra-t-il faire face à la horde de droite ?

    sep article