Le Conseil d’État renvoie le Département de l’Isère à ses obligations quant aux mineurs isolés étrangers

sep article



Le Conseil départemental de l’Isère avait, le 30 juin 2017, décidé de suspendre la prise en charge des mineurs isolés étrangers, arguant de l’insuffisance de ses moyens financiers pour faire face à l’afflux des demandes. Dans une ordonnance rendue le 25 août, le Conseil d’État a, dans un dossier opposant le Département à un jeune Angolais, renvoyé la collectivité à ses obligations, balayant les arguments financiers.

 

 

Depuis le 10 juillet der­nier et son arri­vée sur le ter­ri­toire fran­çais, un jeune Angolais de 16 ans, sans famille et sans res­sources vit dans la rue. Celui-ci s’est pré­senté à plu­sieurs reprises mais sans suc­cès devant les bureaux de l’as­so­cia­tion dépar­te­men­tale d’ac­cueil des tra­vailleurs étran­gers (Adate). Cette struc­ture est char­gée par le Département en Isère d’or­ga­ni­ser l’ac­cueil d’ur­gence et l’é­va­lua­tion des mineurs iso­lés étran­gers comme le veut la loi.

 

« Il est constant que ni l’ac­cueil pro­vi­soire, ni l’é­va­lua­tion de M. A. [le jeune Angolais, ndlr] ten­dant à déter­mi­ner son éli­gi­bi­lité à un pla­ce­ment au ser­vice d’aide sociale à l’en­fance n’ont été réa­li­sés par l’Adate », note le juge. Le refus opposé à une telle prise en charge porte « une atteinte grave et mani­fes­te­ment illé­gale à une liberté fon­da­men­tale », sou­ligne le juge des réfé­rés dans son ordon­nance.

 

 

Des mesures déjà demandées par le tribunal administratif

 

 

Le Conseil d’État suit en cela la déci­sion du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble. Le 4 août 2017, le juge des réfé­rés gre­no­blois, saisi par la Cimade, avait enjoint le pré­sident du Département de l’Isère de prendre les mesures adé­quates. Ordonnance dont avait fait appel Jean-Pierre Barbier.

 

« Si le dépar­te­ment fait état d’une aug­men­ta­tion sen­sible des moyens consa­crés en 2017 à cette mis­sion [l’ac­cueil des mineurs iso­lés, ndlr], à hau­teur de 9,5 mil­lions d’eu­ros, alors que le nombre de places d’hé­ber­ge­ment dédiées à cet accueil d’ur­gence atteint envi­ron 300, cette col­lec­ti­vité, dont le bud­get pour 2017 s’é­ta­blit à plus de 1,5 mil­liard d’eu­ros, n’ap­porte pas d’élé­ment per­met­tant d’é­ta­blir que l’aug­men­ta­tion de ces capa­ci­tés d’hé­ber­ge­ment et l’ac­cé­lé­ra­tion des pro­cé­dures d’é­va­lua­tion, en vue de res­pec­ter les obli­ga­tions qui pèsent sur elle en appli­ca­tion des articles L. 223 – 2 et R. 221 – 1 du code de l’ac­tion sociale et des familles, excè­de­rait ses moyens dans une mesure qui jus­ti­fie­rait son refus d’exer­cer cette res­pon­sa­bi­lité, alors d’ailleurs que le coût des cinq pre­miers jours de prise en charge et d’é­va­lua­tion de chaque mineur lui est rem­boursé par le Fonds natio­nal de la pro­tec­tion de l’en­fance », assène le Conseil d’État.

 

 

PC

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
4717 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Je sou­haite être infor­mée des actions en faveur des jeunes migrants

    sep article