Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Ligne Lyon-Turin : la ministre des Transports met le projet sur “pause”

sep article

Dans une interview à Reporterre, la ministre des Transports Élisabeth Borne a annoncé vouloir faire une pause sur le Lyon-Turin. Alors que la très controversée ligne ferroviaire à grande vitesse doit voir le jour en 2030, l’annonce du réexamen des gros projets d’infrastructures ferroviaires va-t-il au final porter un coup d’arrêt au Lyon-Turin ?

 

 

Candidat, Emmanuel Macron disait soutenir le projet très controversé de ligne à grande vitesse Lyon-Turin. Marche arrière ? Le gouvernement fait une pause.Les travaux de la ligne à grande vitesse (LGV) Lyon-Turin. © Leila Shahshahani - Montagnes magazine

Les travaux de la ligne à grande vitesse (LGV) Lyon-Turin. © Leila Shahshahani – Montagnes magazine

Candidat, Emmanuel Macron s’était engagé à soutenir le projet. Marche arrière toute ? « Le président de la République vient d’annoncer que, dès lors que les engagements qui ont été pris et les besoins incontournables en termes d’entretien et de régénération dépassent de dix milliards les recettes prévisibles à ce stade, nous sommes obligés de faire une pause pour réfléchir au modèle de mobilité et prioriser les projets », souligne la ministre des Transports.

 

Une pause donc, le temps de réexaminer toutes les facettes du projet, qui réjouit Jean-Charles Kohlhaas. Pour le conseiller régional du Rassemblement citoyen écologiste et solidaire (RCES), « le gouvernement se rend compte du gouffre financier que représente le Lyon-Turin ». Estimé par la cour des comptes à 26 milliards d’euros, le coût du projet n’a, il est vrai, cessé de gonfler. Et, en août 2016, les magistrats financiers considéraient le projet comme “très préoccupant pour l’équilibre des finances publiques ».

 

 

“Il y a urgence” estime Jean-Charles Kohlhaas

 

 

Le report modal est absent des mesures du futur arrêté préfectoral contre la pollution de l'air dans la vallée de l'Arve. Le Lyon-Turin serait-il en cause ?UNE Camions circulant dans la vallée de l'Arve dont l'air est régulièrement pollué DR

Camions circulant dans la vallée de l’Arve dont l’air est régulièrement pollué. DR

« La ministre des Transports doit profiter de cette pause pour étudier les alternatives au projet car il y a urgence, poursuit l’élu régional.

 

Les vallées alpines souffrent de la pollution de l’air. Le report modal doit être organisé dès maintenant en utilisant la ligne existante. C’est ce que nous répétons sans cesse et ce que nous avons à nouveau défendu lors de la dernière assemblée régionale. Laurent Wauquiez n’a pas été sensible à nos arguments. Peut-être que la ministre le sera.”

 

En janvier 2017, le Parlement avait donné son feu vert à la ratification de l’accord franco-italien, signant de facto le “coup d’envoi” du chantier. Et en juin, à Lyon, la société chargée de réaliser la liaison avait présenté à un parterre de chefs d’entreprise une petite partie (5,5 milliards) des marchés qui devaient être lancés dans les deux années à venir…

 

PC

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
1585 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.