Municipales : Stéphane Gemmani se fend d’une Lettre pour Grenoble

sep article



Le conseiller régional centriste Stéphane Gemmani se prépare pour les municipales à Grenoble en 2020. L’ex-conseiller municipal sous le mandat du socialiste Michel Destot de 2008 à 2014 se verrait bien aux manettes d’un large rassemblement, par-delà les clivages gauche-droite, sur le modèle de La République en marche.

 

 

Corinne Lepage et Stéphane Gemmani. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Corinne Lepage et Stéphane Gemmani. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Investi par LREM ? Stéphane Gemmani dit ne pas en être encore là. Pour avoir fait la cam­pagne d’Emmanuel Macron, il y a pour­tant beau­coup tra­vaillé. Il est d’ailleurs can­di­dat à la can­di­da­ture LREM pour les séna­to­riales en sep­tembre pro­chain…

 

« Le pro­jet que nous avons entamé est encore loin d’a­voir abouti », résume le poten­tiel can­di­dat aux muni­ci­pales qui garde pour l’heure la cas­quette de cen­triste.

 

En atten­dant, le conseiller régio­nal s’est fendu d’une « Lettre ouverte pour Grenoble », plai­dant lon­gue­ment et un brin pom­peu­se­ment pour la créa­tion d’une « dyna­mique d’un genre nou­veau ». Depuis dix-huit mois, Stéphane Gemmani a pris son bâton de pèle­rin, emme­nant der­rière lui une petite ving­taine de per­sonnes de tous bords. Élus ou simples citoyens, ils ont enchaîné les ren­contres et concer­ta­tions pour recons­truire en par­tant de la base.

 

 

« Quelques pistes »

 

 

Avant la trêve esti­vale, il s’a­git donc de poser les pre­mières pierres « pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, sou­ligne Stéphane Gemmani. Il ne s’a­git pas d’un pro­gramme muni­ci­pal mais plu­tôt de don­ner quelques pistes. » Pendant les trois années qui le séparent des échéances muni­ci­pales, l’ex-conseiller muni­ci­pal gre­no­blois entend ainsi se posi­tion­ner comme force de pro­po­si­tions.

 

Résultat ? Plus d’une cen­taine d’i­dées ont été cou­chées sur le papier. La citoyen­neté par exemple. Stéphane Gemmani prône une nou­velle gou­ver­nance où tous – maire, adjoints, conseillers – dres­se­raient un bilan à mi-man­dat. Avant de quit­ter leur siège ? « Pourquoi ne pas mettre en place un turn-over, acté dès le départ ? » Et his­toire d’al­ler plus loin dans l’im­pli­ca­tion de la société civile, parée depuis plu­sieurs mois de toutes les ver­tus, l’élu pro­pose que chaque élu, de la majo­rité comme de l’op­po­si­tion, ait son « dou­blon » citoyen.

 

 

Une force de propositions « ni clanique, ni partisane »

 

 

Seul mot d’ordre avant comme après les muni­ci­pales : ra-ssem-bler. « Nous sommes une force de pro­po­si­tion ni cla­nique, ni par­ti­sane », sou­ligne-t-il. Stéphane Gemmani se défend de faire la girouette. Il a pour­tant balayé, excep­tion faite des extrêmes, à peu près tout le spectre de l’é­chi­quier poli­tique.

 

Le RPR, le fon­da­teur du Samu social à Grenoble l’a quitté quand le parti, « se droi­ti­sant gra­ve­ment », a bas­culé UMP. « Je n’é­tais pas dans la ligne de Sarkozy », plaide-t-il. Il a ensuite rejoint Corinne Lepage et son asso­cia­tion Cap 21. Puis en 2007 le Modem. « Bayrou avait l’am­bi­tion de réunir les gens. On a co-construit le Modem avec Corinne Lepage. Et puis, le Modem de Bayrou a fait du Bayrou. La volonté trans­par­ti­sane s’est déli­tée ». Exit le Modem, bon­jour le PS ?

 

Stéphane Gemmani à l’ar­rière plan, der­rière les élus socia­listes, lors du pre­mier conseil muni­ci­pal de la nou­velle majo­rité menée par Eric Piolle, en 2014. © Muriel Beaudoing – placegrenet.fr

 

Stéphane Gemmani ral­lie alors l’é­quipe de Michel Destot mais se défend de s’être rac­cro­ché aux branches socia­listes. « Il s’a­gis­sait d’une alliance au pre­mier tour », explique-t-il. La seule cas­quette qu’il dit gar­der fina­le­ment, c’est celle de Cap 21. Pour LREM, on verra plus tard… « Mon par­cours, je ne le regrette pas. Ma par­ti­ci­pa­tion à En marche non plus. Le mou­ve­ment veut redon­ner une sta­ture au pré­sident de la République. Il a été sub­ver­sif dans sa façon de fonc­tion­ner mais on peut faire par­tie d’une majo­rité sans être d’ac­cord avec ce qui se fait dans une majo­rité… »

 

PC

 

commentez lire les commentaires
2655 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.