Le maire a voté le transfert dans le domaine public des voiries privées de La Dentellière. Mais la délibération a été annulée par la justice. En toile de fond ? La question de l'accès des résidents de Clos Marine...

Sassenage : les élus de l’opposition portent plainte contre le maire, Christian Coigné

Sassenage : les élus de l’opposition portent plainte contre le maire, Christian Coigné

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les élus du groupe d’opposition « Agir pour Sassenage » ont annoncé porter plainte pour diffamation envers le maire Christian Coigné. Le motif ? Le premier magistrat les a, dans le journal municipal de juin 2017, accusés de s’enrichir sur le dos des habitants.

 

 

En ques­tion ? Une récente déci­sion du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble. Le 4 avril, le juge, saisi par les élus de l’opposition muni­ci­pale, avait annulé une déli­bé­ra­tion votée le 18 décembre 2014 rela­tive au trans­fert de voies pri­vées de la rési­dence La Dentellière dans le domaine public.

 

Le maire a voté le transfert dans le domaine public des voiries privées de La Dentellière. Mais la délibération a été annulée par la justice. En toile de fond ? La question de l'accès des résidents de Clos Marine...

Le maire avait voté le trans­fert dans le domaine public des voi­ries pri­vées de La Dentellière. Mais la déli­bé­ra­tion a été annu­lée par la jus­tice. © Albéric Marzullo

L’opposition esti­mait que le maire et une de ses adjointes avaient un inté­rêt dans l’affaire. Christian Coigné est en effet pro­prié­taire d’un garage et d’un appar­te­ment dans cette copro­priété. Quant à son adjointe, elle est en pro­cès (tou­jours en cours) avec la pro­priété voi­sine du Clos Martine, en rai­son d’un accès éven­tuel de ce lotis­se­ment par une voie de la rési­dence de La Dentellière.

 

Or, l’un comme l’autre n’avaient, lors du vote de la déli­bé­ra­tion, pas pris la peine de quit­ter la salle du conseil muni­ci­pal comme le veut la pro­cé­dure. « Le maire a néces­sai­re­ment exercé une influence sur les autres membres du conseil muni­ci­pal lors de l’approbation de la déli­bé­ra­tion liti­gieuse », avait jugé le tribunal.

 

 

Le maire accuse l’opposition de s’enrichir sur le dos des contribuables

 

 

Christian Coigné quitte l'UDI

Christian Coigné, maire de Sassenage. © Nils Louna – pla​ce​gre​net​.fr

Dans le jour­nal muni­ci­pal de juin, Christian Coigné a pris la plume pour répli­quer. « L’opposition a atta­qué, sur la forme et non le fond, une déli­bé­ra­tion prise pour la trans­for­ma­tion d’une voie pri­vée en voie publique, ce qui se fait cou­ram­ment si la com­mune y a inté­rêt. Les Sassenageois vont donc payer une amende de 1 200 euros au groupe de l’opposition ! Mais la voie res­tera dans le domaine public puisque c’est main­te­nant la Métro qui la gère [Grenoble Alpes-Métropole a pris la com­pé­tence le 1er jan­vier 2015, ndlr] ! C’est surréaliste ! »

 

« En somme, l’opposition a trouvé là un moyen ori­gi­nal de s’enrichir sur le dos des contri­buables ! » De quoi faire bon­dir l’opposition qui y voit, au-delà d’une mani­pu­la­tion poli­tique, une accu­sa­tion grave. « En tant que conseillers muni­ci­paux d’op­po­si­tion, nous ne per­ce­vons aucune indem­nité. Nous sommes plei­ne­ment béné­voles au ser­vice de Sassenage, contrai­re­ment à la quasi-tota­lité des élus de la majo­rité et au maire qui per­çoit plu­sieurs mil­liers d’eu­ros d’in­dem­ni­tés dans le cadre des man­dats et fonc­tions qu’il cumule », font-ils valoir pour étayer leur plainte.

 

« D’autre part, nos frais de jus­tice sont à notre charge per­son­nelle. Dans l’af­faire de la Dentellière, le tri­bu­nal nous a octroyé 1 200 euros pour rem­bour­ser une par­tie du coût de la pro­cé­dure judi­ciaire qui s’é­le­vait à 1 813 euros. La défense de l’in­té­rêt géné­ral nous a donc coûté au final plus de 600 euros. A chaque fois que nous devons défendre nos droits devant la jus­tice, ce n’est pas avec de l’argent public, contrai­re­ment au maire dont le contri­buable sas­se­na­geois a payé les frais de jus­tice à de mul­tiples reprises. »

 

Nouvelle pro­cé­dure donc. Laquelle sera, une nou­velle fois, à la charge des élus de l’op­po­si­tion, soulignent-ils…

 

 

PC

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le Groupe Hospitalier Mutualiste (GHM) n'est pas propriétaire des murs dans lesquels il exerce son activité. © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net
Un an après la reprise du GHM par le groupe Avec, direction et opposants s’affrontent sur le bilan

DÉCRYPTAGE - Un an après la reprise du Groupe hospitalier mutualiste (GHM) de Grenoble par le groupe Avec (ex-Doctegestio), son président Bernard Bensaid et le Lire plus

Pancarte "Ils ne sont grands que si nous sommes à genoux" pendant un rassemblement devant le tribunal de Grenoble le 30 juin 2021(c) Ilan Khalifa--Delclos | Place Gre'net
Rassemblement en soutien aux « décrocheuses de portrait » devant le tribunal de Grenoble

REPORTAGE - Des militants d'Alternatiba et d'ANV-COP21 se sont réunis ce mercredi 30 juin 2021 devant le tribunal de Grenoble. Objectif : soutenir Anne-Marie, Lucie Lire plus

Annulé en 2016, remis sur les rails à l'automne dernier, le Center parcs de Roybon (Isère) revient devant la cour administrative d'appel de Lyon le 30 avril
Center parcs : le ministre de l’Agriculture obligé de communiquer ses échanges avec Pierre & Vacances

  FIL INFO - Le projet de Center parcs de Roybon a beau être définitivement enterré, le dossier continue de suivre son cours devant la Lire plus

La Région a été la première à communiquer sur ses masques. A Grenoble, elle a été la dernière à les distribuer. Avec quelques coups de canif dans sa com'.
En Auvergne Rhône-Alpes, les élus se renvoient la patate chaude de la gestion d’Erai

  FLASH INFO - En Auvergne Rhône-Alpes, le dossier Erai, du nom de cette agence économique née en 1987 de l'initiative du conseil régional pour aider Lire plus

Abus de biens sociaux : l’ex-directrice des Pompes funèbres intercommunales relaxée, les faits étant prescrits

  EN BREF - L'ex-directrice des Pompes funèbres intercommunales de l'agglomération grenobloise a été relaxée du chef d'abus de biens sociaux par le tribunal correctionnel Lire plus

Tribunal de Grande Instance à Grenoble, salle des audiences correctionnelles. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net
Après les Prud’hommes, le tribunal correctionnel reconnaît le harcèlement moral sur Laëtitia Rabih

  FLASH INFO - L'ex-président de la Mutuelle de France des hospitaliers (MFH) Ruben Garcia a été jugé personnellement coupable, entre 2013 et 2014, de Lire plus

Flash Info

|

17/01

10h52

|

|

15/01

13h56

|

|

14/01

20h48

|

|

14/01

16h22

|

|

14/01

10h53

|

|

14/01

10h01

|

|

13/01

18h54

|

|

13/01

13h09

|

|

13/01

10h51

|

|

13/01

10h32

|

Les plus lus

Le groupe d'opposition Société Civile veut rendre publiques les données sur la sécurité du réseau Tag

Flash info| Le groupe d’opposition Société Civile veut rendre publiques les données sur la sécurité du réseau Tag

Le festival Magic Bus revient sur l'Esplanade pour sa 21e édition en 2022. © Retour de scène

Culture| Festival Magic Bus : après l’anneau de vitesse en 2021, retour sur l’Esplanade en 2022

Affaire Maëlys : une enquête ouverte pour violation du secret professionnel. Couloir du Palais de Justice de Grenoble où on peut voir une avocate. ©Malo Dumay Joubert - Placegrenet.fr

Flash info| Affaire Maëlys : après un reportage de TF1, le parquet de Grenoble ouvre une enquête pour violation du secret professionnel

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin