Sans réserves de voix à droite, il parait difficile pour Jean-Damien Mermillod-Blondin (centre droit) de remonter la pente face au macroniste Olivier Véran.

1re cir­cons­crip­tion : Véran le “plé­bis­cité“ veut trans­for­mer l’es­sai contre Mermillot-Blondin le “res­capé”

1re cir­cons­crip­tion : Véran le “plé­bis­cité“ veut trans­for­mer l’es­sai contre Mermillot-Blondin le “res­capé”

FOCUS – Parier sur le retour aux urnes des abs­ten­tion­nistes ou le report de votes paraît très hasar­deux sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère, où l’ex-député et méde­cin Olivier Véran, porté par la vague Macron, a pris le large. Sans véri­table réserve de voix à droite, il paraît très dif­fi­cile pour l’avocat et maire de Corenc, Jean-Damien Mermillod-Blondin de s’agripper à une poten­tielle bouée de sauvetage.

Le pre­mier, arrivé lar­ge­ment en tête du pre­mier tour des légis­la­tives avec plus de 47 % des voix, porté par la vague Macron, le voit comme un plé­bis­cite. Le second, relé­gué à près de vingt points der­rière, s’en dit le « res­capé ». Sur la pre­mière cir­cons­crip­tion de l’Isère, c’est peu dire que l’écart entre le can­di­dat arrivé en tête, l’ex-socialiste devenu macro­niste Olivier Véran, et le can­di­dat du centre droit Jean-Damien Mermillod-Blondin (LR-UDI), res­semble à un fossé. Un fossé pour ainsi dire infran­chis­sable tant l’ex-député a ral­lié sur non nom, et sur­tout sur celui de La République en marche, une très large majo­rité des suffrages.

Olivier Veran, candidate au législative, première conscription, Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Olivier Véran. © Chloé Ponset – Place Gre’net

Sur une cir­cons­crip­tion déjà acquise à la cause des mar­cheurs lors de la pré­si­den­tielle – Emmanuel Macron y avait fait parmi ses meilleurs scores en France –, parier sur le retour aux urnes des abs­ten­tion­nistes ne devrait guère per­mettre d’inverser la ten­dance. D’autant que l’électeur devrait se retrou­ver face à lui-même.

Pas de consignes de vote du côté de La France insou­mise qui, avec une place de troi­sième et le score de 10 %, peut se tar­guer d’une cer­taine réserve de voix. Ni d’EELV (9 %) qui, dans un com­mu­ni­qué, pré­cise ne pas faire « de dis­tinc­tion entre deux nuances de droite ». Le can­di­dat qu’elle sou­te­nait, au sein de mou­ve­ment Ensemble pour gagner ne dit pas autre chose. « Pour moi, c’est blanc-bon­net et bon­net-blanc », résume Nicolas Kada.

Pas de mot d’ordre non plus du côté du can­di­dat de Génération éco­lo­gie, Eric Grasset, sou­tenu par le PS, le PCF et le PRG (3,93 %). Qui, s’il dit appré­cier Olivier Véran, se dit aussi très inquiet quant au pro­gramme « qui s’affirme de plus en plus anti­so­cial et sans dia­logue » porté par En marche _ « le parti aux mêmes ini­tiales que le pré­sident Emmanuel Macron« _ et refuse d’infantiliser l’électeur en lui dic­tant pour qui voter…

LREM et LR : deux nuances de droite pour EELV

Balle au centre donc. Poussé par le vent pré­si­den­tiel, l’ex-minis­trable se sent pous­ser des ailes. Il n’est pas le seul. Sur l’Isère, les dix can­di­dats mar­cheurs se sont tous sans excep­tion qua­li­fiés pour le second tour des légis­la­tives. L’élan va-t-il se pour­suivre ? Ou l’électeur va-t-il être tenté, pour ce 2e tour, d’enrayer cette marche en avant ?

Jean-Damien Mermillod Blondin, candidate de l'union des démocrates indépendant, législatives 2017, Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Jean-Damien Mermillod Blondin. © Chloé Ponset – Place Gre’net

« L’intérêt de l’électeur n’est-il pas d’avoir un député qui n’est pas une machine à voter ? », nous avait répondu Jean-Damien Mermillod-Blondin au soir du pre­mier tour, en réfé­rence au contrat moral signé par les can­di­dats mar­cheurs. « D’avoir un député qui puisse appor­ter une voix dif­fé­rente pour que tout ne se règle pas dans la rue mais puisse se régler de manière démo­cra­tique dans une enceinte qu’est l’Assemblée nationale ? »

Le neu­ro­logue, sou­vent taxé d’opportunisme pour avoir déserté les rangs socia­listes avant la débâcle, se défend de l’accusation de « député godillot ». « Je l’ai prouvé quand j’ai été député durant trois ans pour rem­pla­cer Geneviève Fioraso, deve­nue ministre », sou­ligne-t-il.

Le sup­pléant de la dépu­tée sor­tante Geneviève Fioraso – tou­jours socia­liste mais qui ne cache pas un très net pen­chant pour Emmanuel Macron – a, pour lui, une cer­taine connais­sance de la cir­cons­crip­tion. Sans comp­ter une maî­trise des dos­siers liés à la santé. Député, il a porté le pro­jet de loi de finan­ce­ment de la sécu­rité sociale et s’est attelé au dos­sier de la moder­ni­sa­tion du sys­tème de santé. Il est aussi à l’origine d’amendements, comme celui pour lut­ter contre l’anorexie des mannequins.

Olivier Véran, futur député… et conseiller régional ?

Un cer­tain bagage mais pas vrai­ment le pro­fil du can­di­dat du renou­vel­le­ment, ni celui de la société civile. D’autant qu’Olivier Véran est aussi conseiller régio­nal d’opposition. Le res­tera-t-il ? Pour l‘heure, le can­di­dat élude la ques­tion. Interrogé à ce sujet sur les antennes de France bleu Isère par Jean-Damien Mermillod-Blondin, qui lui reproche de vou­loir cumu­ler man­dats et indem­ni­tés, le can­di­dat mar­cheur a ren­voyé à l’après deuxième tour sa déci­sion. Reste que, ne sié­geant pas dans l’exécutif, rien dans la loi ne l’empêche de gar­der son stra­pon­tin dans l’hémicycle régio­nal. Et donc de cumuler.

Interrogé par Place Gre’net quelques jours avant le pre­mier tour, le neu­ro­logue s’était tou­te­fois engagé à être un député à cent pour cent. Et à se mettre en dis­po­ni­bi­lité de l’hôpital de Grenoble où il tra­vaille en tant que neurologue.

Jean-Damien Mermillod-Blondin s’est, lui, engagé à démis­sion­ner de son man­dat de maire pour ne gar­der que celui de conseiller muni­ci­pal. L’avocat conser­ve­rait tou­te­fois sa place de pré­sident de groupe d’opposition à la Métro.

Patricia Cerinsek

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Chronique Place Gre'net - RCF 48: "Le chauffage au cœur des débats à Grenoble"
Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

CHRONIQUE - Place Gre'net s'associe à la radio RCF Isère chaque lundi midi dans la chronique L'Écho des médias. Notre objectif ? Revenir sur une Lire plus

Emmanuel Macron fait des RER métropolitains, dont celui de Grenoble, une "grande ambition nationale"
Le pro­jet de RER gre­no­blois relancé par Emmanuel Macron dans le cadre d’une « grande ambi­tion nationale »

EN BREF - Dans une annonce publiée sur YouTube au soir du 27 novembre 2022, Emmanuel Macron a dévoilé une "grande ambition nationale", avec la Lire plus

Le centre opérationnel de commandement et de supervision (COCS) de la police municipale de Grenoble installé au 21 de la rue Lesdiguières. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Police muni­ci­pale de Grenoble : 1 200 contra­ven­tions dres­sées ces neuf der­niers mois grâce au dis­po­si­tif de vidéo-verbalisation

FOCUS - La police municipale de Grenoble a dressé pas moins de 1 200 procès-verbaux d'infractions au stationnement depuis début 2022, en s'appuyant sur les Lire plus

Journée contre les vio­lences faites aux femmes : une cam­pagne de la Métro signée Petite Poissone

EN BREF - Alors que le vendredi 25 novembre 2022 marque une nouvelle Journée de lutte contre les violences faites aux femmes, la Métropole de Lire plus

La Ville de Grenoble accueille la dixième édition de l’Informed Cities Forum du 23 au 25 novembre 2022
La Ville de Grenoble accueille la dixième édi­tion de l’Informed Cities Forum du 23 au 25 novembre 2022

FLASH INFO - Dans le cadre de Grenoble Capitale verte européenne, la Ville de Grenoble accueille la dixième édition de l’Informed Cities Forum, du mercredi Lire plus

Élections étudiantes: l'Uni dénonce une "activiste violente" comme tête de liste de gauche à la faculté de Droit de l'UGA
Faculté de Droit de l’UGA : la tête de liste de gauche accu­sée par l’Uni d’être une « acti­viste violente »

EN BREF - Alors que des élections de représentants d'étudiants se tiennent au sein de l'UGA, le syndicat Uni dénonce la présence d'une "activiste violente" Lire plus

Flash Info

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

|

28/11

10h48

|

|

26/11

9h37

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Agenda

Je partage !