Les travaux préfigurant le nouveau plan de circulation de Grenoble suspendus ? Réponse vendredi

sep article

Notre indépendance c

Les travaux d’assainissement et de chauffage urbain sur les boulevards Rey, Sembat et Lyautey vont-ils être suspendus ? Le chantier, qui préfigure ce que sera, en 2018, le nouveau plan de circulation du centre-ville de Grenoble, va-t-il faire l’objet d’un coup d’arrêt ? La décision, entre les mains du tribunal administratif de Grenoble saisi d’un recours en référé par l’association Grenoble à cœur et 118 requérants, sera rendue ce vendredi après-midi.

 

La Métropole de Grenoble, por­teur du pro­jet de pié­ton­ni­sa­tion Cœur de ville, cœur de métro­pole, n’a en effet pas attendu la déci­sion du juge, saisi en urgence, pour don­ner le coup d’envoi des tra­vaux. Le chan­tier a donc démarré le 19 avril, veille de l’audience… Et avec lui, quelques embou­teillages dont les Grenoblois – dont un cer­tain nombre sont pour­tant en vacances – se seraient bien pas­sés.

 

Lancement des travaux et… embouteillages

 

Est-ce le temps que tout le monde prenne ses repères ? Depuis deux jours, les bou­chons sur les bou­le­vards côtoient des rues deve­nues désertes. Chronique d’une pagaille annon­cée ? La pré­ci­pi­ta­tion avec laquelle a été mise en œuvre le nou­veau plan de cir­cu­la­tion à la faveur des tra­vaux sur les réseaux, et der­rière lui le pro­jet CVCM, a été un des points sou­le­vés par la défense des requé­rants à l’audience ce jeudi matin.

 

Simulacre de concer­ta­tion, péri­mètre d’étude res­treint, absence d’étude d’impact, reports de cir­cu­la­tion et de nui­sances non pris en compte… Pour l’avocat, qui réclame la sus­pen­sion des tra­vaux le temps qu’un second recours, sur le fond celui-là, soit jugé, le sub­ter­fuge est patent.

 

« On a pro­fité des tra­vaux d’assainissement et de chauf­fage pour mettre en place le plan de cir­cu­la­tion. Il s’agit en fait de tes­ter gran­deur nature les orien­ta­tions rete­nues dans CVCM. La déli­bé­ra­tion 56 (votée le 3 février 2017 et actant CVCM, ndlr) n’est pas qu’un acte pré­pa­ra­toire mais un docu­ment juri­dique et tech­nique ».

 

Cet « acte pré­pa­ra­toire », c’est le prin­ci­pal, et qua­si­ment seul, argu­ment avancé par la défense de la Métropole. Pour elle, un plan pro­vi­soire mis en place pour les seuls tra­vaux mais qui ne pré­fi­gu­re­rait en rien la ver­sion défi­ni­tive. Laquelle ne sera connue qu’en 2018, la col­lec­ti­vité se don­nant six mois, et de nou­velles concer­ta­tions, pour ajus­ter le tir. A charge désor­mais pour le juge admi­nis­tra­tif de don­ner son feu vert et lais­ser les tra­vaux suivre leur cours…

 

 

PC

commentez lire les commentaires
4778 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. À mon goût, beau­coup trop de bras­sage média­tique sur ce jour­nal pour cette opé­ra­tion poli­ti­cienne et « nim­biste » de Grenoble à Coeur. Encore une fois, je ne com­prends pas qu’il soit autant ques­tion de cette contes­ta­tion ici… pen­dant ce temps, on aggran­dit le com­merce de péri­phé­rie, Neyrpic va être lancé, et per­sonne (des acteurs éco­no­miques) ne s’y oppose ! C’est le vrai res­pon­sable de la mort des centre-villes (avec le déve­lop­pe­ment du e‑commerce et le chan­ge­ment des habi­tudes de consom­ma­tion), et les com­mer­çants ont l’air de se ne pas vou­loir le voir.
    Des embou­teillages ? Vraiment plus qu’a­vant ? Je n’en suis pas sûr. Bien entendu, le plan est neuf et mérite à ce qu’on s’y habi­tue, mais c’est pas une rai­son pour ne rien faire.
    Enfin, en atten­dant, je vois mal une légi­ti­mité dans un recours qui est actuel­le­ment contre des tra­vaux de réseau… on ne devrait pas pou­voir tou­cher aux tuyaux sous des voies auto­mo­biles ? Avec ce genre de rai­son­ne­ment, on ne fait plus rien…

    sep article
  2. c’est à dire que les oppo­sants réfutent « les tra­vaux d’assainissement et de chauf­fage » ?
    Restons donc avec des vieilles cana­li­sa­tions … jus­qu’à quand ? et après s’il y a un inci­dent, ils diront que c’est la faute de la mai­rie ?

    sep article