Une agence BNP Paribas de Grenoble recouverte de 468 affichettes

sep article



Ce 3 avril 2017 à 8 heures du matin, la vitrine de l’agence BNP Paribas Grenoble Lafayette a été recouverte de 468 affichettes par une dizaine de militants. Le but de ces derniers ? Dénoncer la participation de la banque au système d’évasion fiscale mais aussi ses investissements dans des projets climaticides.

 

 

 

Pourquoi ce nombre de 468 affi­chettes ? Parce qu’elles repré­sentent 468 socié­tés off­shore créées par la BNP Paribas pour elle et ses clients. Cette action mili­tante inter­vient un an après le scan­dale des Panama Papers. Quant aux per­sonnes à l’o­ri­gine de la mani­fes­ta­tion, ce sont des mili­tants d’ANV Cop21, des Amis de la Terre, d’Attac 38 et d’Alternatiba Grenoble qui s’é­taient déjà illus­trées par le passé dans de sem­blables actions.

 

 

 

Une pression constante depuis fin 2015

 

 

Ce n’est pas la pre­mière fois que ces mili­tants atta­chés aux valeurs de jus­tice sociale et cli­ma­tique s’at­taquent à la BNP. Ils en sont même déjà à leur sixième action mili­tante depuis novembre 2015, après notam­ment un hold-up de chaises et un sit-in au soleil. Tout cela déjà dans l’i­dée de dénon­cer la fraude et l’é­va­sion fis­cale.

 

« Un an après la révé­la­tion du scan­dale des Panama Papers, et mal­gré une mobi­li­sa­tion citoyenne mas­sive dans de nom­breux pays du monde comme en Islande, le pro­blème reste le même. Les prin­ci­paux acteurs du sys­tème orga­nisé d’évasion fis­cale res­tent impu­nis. La BNP, bien qu’elle ait annoncé la fer­me­ture de sept de ses filiales dans les para­dis fis­caux, reste la cham­pionne des banques fran­çaises avec 2 432 mil­lions d’euros de béné­fices grâce à ses filiales off­shore », sou­ligne Élisabeth Martinez, porte parole du col­lec­tif ANV-Alternatiba Grenoble.

 

 

 

« Nous accusons »

 

 

150 orga­ni­sa­tions de la société civile fran­çaise et inter­na­tio­nale ont signé la tri­bune « Nous accu­sons », le 11 mars 2016. Celle-ci dénonce le rôle de la BNP dans le finan­ce­ment d’éner­gies fos­siles et dans l’é­va­sion fis­cale. Mais éga­le­ment son sou­tien à des entre­prises res­pon­sables de vio­la­tions des droits de l’Homme.

 

Les orga­ni­sa­tions signa­taires appellent d’ailleurs à mettre la banque sur le banc des accu­sés, le 11 avril. A l’i­mage de Julie Huret, porte-parole d’Alternatiba Grenoble : « Aujourd’hui, j’accuse BNP Paribas d’aggraver la crise cli­ma­tique et de sou­te­nir des entre­prises qui intentent au sort des popu­la­tions autoch­tones, comme les Sioux de la réserve de Standing Rock en sou­te­nant un pro­jet comme le Dakota Access Pipeline, ou encore le ter­mi­nal de gaz de schiste Texas LNG. Si on veut évi­ter que le mer­cure du ther­mo­mètre de la pla­nète n’atteigne le stade cri­tique des + 2 °C, il est impor­tant de se mobi­li­ser dès aujourd’hui contre ces pro­jets cli­ma­ti­cides. Soyons nom­breux à mettre la BNP sur le banc des accu­sés le 11 avril pro­chain à Paris ! »

 

TG

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
3243 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.