Hôpital de Saint-Égrève : la CGT dénonce une baisse de dotation… l’agence régionale de santé dément

Hôpital de Saint-Égrève : la CGT dénonce une baisse de dotation… l’agence régionale de santé dément

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Les salariés du CHS de Saint-Égrève, qui se mobilisent bruyamment auprès de leur direction depuis une dizaine de jours, comptent se faire entendre de nouveau ce jeudi 23 mars, à l’occasion de la visite de la sénatrice de l’Isère Annie David. Motif de leur courroux : la baisse de dotation de l’Agence régionale de santé, conduisant à une dégradation de leurs conditions de travail. Mais l’ARS conteste cette baisse si décriée…

 

 

Lundi 13 mars, les cas­se­roles et les tam­bours don­naient de la voix au Centre hos­pi­ta­lier spé­cia­lisé (CHS) de Saint-Égrève. À l’ap­pel du syn­di­cat majo­ri­taire CGT, près de 300 sala­riés s’é­taient réunis devant la direc­tion de l’hô­pi­tal psy­chia­trique pour dénon­cer bruyam­ment la dégra­da­tion de leurs condi­tions de tra­vail. Une dégra­da­tion liée, selon eux, à la baisse de dota­tion de l’Agence régio­nale de santé (ARS).

 

Une “séré­nade” syn­di­cale à laquelle a suc­cédé le len­de­main un jour de grève, moins suivi tou­te­fois, quand bien même la CGT consi­dère que la direc­tion a volon­tai­re­ment mini­misé le nombre de sala­riés gré­vistes. Dans tous les cas, ce coup de gueule ne sera pas le dernier.

 

 

 

Fermetures de lits, baisses de RTT, la faute à l’ARS ?

 

 

Marine Azzopardi, infir­mière à l’hô­pi­tal de Saint-Égrève et membre du bureau syn­di­cal, décrit des annonces de fer­me­tures de lits durant les vacances d’hi­ver et d’été, des agents réaf­fec­tés dans des uni­tés de soin qu’ils ne connaissent pas, ou encore des temps de tra­vail modi­fiés entraî­nant des baisses de RTT.

 

Manifestation des salariés le lundi 13 mars au CHS de Saint-Égrève © CGT

Manifestation des sala­riés le lundi 13 mars au CHS de Saint-Égrève. © CGT

 

Et c’est donc après l’ARS et sa baisse sup­po­sée de dota­tion que les sala­riés en ont. « Pourquoi les direc­teurs d’hô­pi­taux ne se battent pas, ne se ras­semblent pas pour dire qu’on ne peut pas conti­nuer à tra­vailler dans ces condi­tions, qu’on ne peut pas faire tour­ner l’hô­pi­tal avec si peu ? Ils n’ont pas cette démarche d’al­ler inter­pel­ler leur tutelle pour deman­der de l’argent ! », se désole l’infirmière.

 

 

 

Des fermetures au détriment des patients, juge la CGT

 

 

Marine Azzopardi explique que la direc­tion envi­sage éga­le­ment des fer­me­tures de struc­tures extra-hos­pi­ta­lières, tels que des Centres médico-psy­cho­lo­giques (CMP), tou­jours durant les périodes de vacances. « Ce sont des struc­tures qui per­mettent aux patients, après une hos­pi­ta­li­sa­tion, de pou­voir conti­nuer un suivi avec un psy, un infir­mier, un assis­tant social, des psy­cho­logues… Et qui est gra­tuit ! »

 

Manifestation des salariés le lundi 13 mars au CHS de Saint-Égrève © CGT

Manifestation des sala­riés le lundi 13 mars au CHS de Saint-Égrève. © CGT

Ces fer­me­tures de lits ou de struc­tures se feront-elle au détri­ment des patients ? Elle en est convaincue.

 

« Cela veut dire qu’on ne va pas pou­voir faire hos­pi­ta­li­ser les patients cor­rec­te­ment l’été. Que quand un patient sera en crise, on ne pourra pas l’hos­pi­ta­li­ser dès qu’il en aura besoin, mais que l’on devra attendre, peut-être jus­qu’à une semaine… », estime-t-elle.

 

Et d’a­jou­ter : « Il y a sur­tout cette volonté de dire que nous sommes là pour les patients, et que ce n’est pas aux patients de trin­quer parce que l’ARS donne moins d’argent ! »

 

 

 

L’ARS conteste les baisses de dotation

 

 

Comment l’ARS Auvergne – Rhône-Alpes jus­ti­fie-t-elle les baisses de dota­tion ? Elle ne les jus­ti­fie pas : elle en conteste l’exis­tence, ou du moins la rela­ti­vise gran­de­ment. C’est peu dire que ses ser­vices donnent l’im­pres­sion de tom­ber de l’ar­moire en décou­vrant les asser­tions de la CGT.

 

Plus pré­ci­sé­ment, les ser­vices de l’ARS admettent une baisse de 0,5 % du bud­get des éta­blis­se­ments psy­chia­triques sur l’an­née 2016. Le CHS de Saint-Égrève a été concerné par celle-ci comme tous les autres, mais rien n’in­dique qu’il le sera encore en 2017. Ce serait même tout le contraire.

 

La Bannière très concept de l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes. DR

La ban­nière très concep­tuelle de l’ARS Auvergne – Rhône-Alpes. DR

 

« Les dota­tions seront revues légè­re­ment à la baisse, comme l’an­née der­nière. Une baisse à répar­tir sur un cer­tain nombre d’é­ta­blis­se­ments dans la région, en fonc­tion de ceux qui sont sur-dotés ou sous-dotés. Or, le CHS de Saint-Égrève ne fait pas par­tie de la liste des éta­blis­se­ments sur-dotés et ne fera pro­ba­ble­ment pas l’ob­jet d’une baisse de dota­tion », nous explique-t-on côté ARS.

 

Mieux encore, l’Agence régio­nale de santé nous indique que « des cré­dits sup­plé­men­taires vont être alloués en 2017 au Centre hos­pi­ta­lier Alpes Isère [auquel appar­tient le CHS de Saint-Égrève, ndlr] pour créer une équipe mobile de géron­topsy ».

 

 

 

Silence de la direction, mobilisation des salariés

 

 

Malgré tout, la CGT juge bel et bien que l’ARS est res­pon­sable de ses déboires. Les délé­gués syn­di­caux l’ont-ils entendu de leurs direc­teurs ? « L’ARS leur donne moins d’argent, mais ils ne le disent pas aussi ouver­te­ment que cela. Ils disent qu’ils ont fait des études, qu’il faut réor­ga­ni­ser les soins… »

 

Contactée à plu­sieurs reprises, la direc­tion du CHS n’a pas donné suite à nos demandes d’en­tre­tien. Pourtant, le mal­en­tendu entre les causes et les consé­quences semblent pro­fond, et le malaise comme la mobi­li­sa­tion du syn­di­cat n’en demeure pas moins réel.

 

Manifestation des salariés le lundi 13 mars au CHS de Saint-Égrève © CGT

Manifestation des sala­riés le lundi 13 mars au CHS de Saint-Égrève. © CGT

 

Ainsi, les sala­riés comptent se faire entendre de nou­veau ce jeudi 23 mars, à l’oc­ca­sion d’une visite au CHS de la séna­trice de l’Isère Annie David, accom­pa­gnée de Laurence Cohen, séna­trice du Val-de-Marne, et de Dominique Watrin, séna­teur du Pas-de-Calais. Les trois élus du groupe Communiste, répu­bli­cain et citoyen (CRC) effec­tuent en effet un dépla­ce­ment autour de la ques­tion de la psychiatrie.

 

« On pro­fite de leur venue pour appe­ler à une mobi­li­sa­tion, appe­ler de nou­veau à la grève et à un ras­sem­ble­ment devant l’ad­mi­nis­tra­tion. Et sans doute que sera déci­dée une nou­velle jour­née d’ac­tion. Parce qu’on ne compte pas en res­ter là ! », conclut Marine Azzopardi, bien remon­tée… Mais contre qui ?

 

 

 

Florent Mathieu

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Une pétition en ligne s’oppose à la fermeture des blocs de l’hôpital Sud

  FLASH INFO - La CGT continue de se mobiliser craignant que la restructuration des différentes entités du CHU de Grenoble Alpes n'aboutisse, in fine, Lire plus

Le siège de Soitec à Grenoble. © Soitec
Soitec récompensé pour ses programmes d’actionnariat salarié… un peu forcés

  FLASH INFO - Soitec aligne les trophées. Après avoir reçu en février dernier le grand prix de la fédération de l’actionnariat salarié, le leader français des Lire plus

Le psychiatre Lekhraj Gujadhur et le CHS de Saint-Égrève comparaissaient pour homicide involontaire ce 8/11 devant le tribunal correctionnel de Grenoble.
Schizophrène meurtrier : son psychiatre et l’hôpital de Saint-Egrève sur le banc des accusés

FOCUS - Lekhraj Gujadhur, médecin psychiatre, et le Centre hospitalier spécialisé (CHS) de Saint-Égrève, poursuivis pour homicide involontaire, comparaissaient ce mardi 8 novembre devant le Lire plus

Mounia Hafs espère pouvoir obtenir un titre de séjour. © Sarah Krakovitch - Place Gre'net
Rassemblement à l’appel de la CGT des travailleurs sans papiers devant la préfecture de l’Isère

  FOCUS - Un rassemblement à l’initiative du syndicat CGT des travailleurs sans papiers s’est tenu devant la préfecture de l’Isère, à Grenoble, ce lundi Lire plus

Flash Info

|

21/06

17h04

|

|

21/06

13h01

|

|

21/06

10h31

|

|

19/06

18h19

|

|

18/06

17h03

|

|

18/06

12h01

|

|

18/06

11h06

|

|

17/06

17h13

|

|

17/06

15h50

|

Ville de Grenoble - Anneau de vitesse

Les plus lus

Émilie Gindre et Joséfa Gallardo de La Rampe - la Ponatière. © Tim Buisson – Place Gre’net

Culture| Échirolles : La Rampe – La Ponatière lance sa saison 2021 – 2022 après plusieurs mois sans spectacles

Abonnement| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

marche des libertés à Grenoble contre les idées d'extrême droite

A écouter| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin