Les négociations des ex-Ecopla avec le groupe italien Cuki tombent à l’eau

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

L’éventualité d’une collaboration entre Cuki, repreneur d’Ecopla, et les ex-salariés de l’usine de Saint-Vincent-de-Mercuze qui depuis des mois ferraillent pour défendre leur projet de Scop, a vécu. Il n’y aura donc pas de partenariat industriel et commercial : les négociations engagées entre les deux parties le 10 janvier n’ont pas abouti.

 

 

C’est ce que viennent de faire savoir deux des prin­ci­paux repré­sen­tants des Amis d’Ecopla dans un com­mu­ni­qué. « Le pro­jet dans son état actuel est trop éloi­gné de notre auto­no­mie, de notre iden­tité, de nos valeurs, valeurs dont nous ne déro­ge­rons pas : inté­grité, soli­da­rité et valo­ri­sa­tion du tra­vail dans le par­tage », font savoir Karine Salaün et Christophe Chevalier, qui se retirent ainsi des dis­cus­sions.

 

Le pro­jet a visi­ble­ment échoué sur les pro­messes de Scop auto­nome que défen­daient les Amis d’Ecopla. « Plus qu’un pro­jet humain, c’était un pro­jet de vie. La pos­si­bi­lité de remettre l’homme au centre de l’entreprise et d’avoir le pou­voir de déci­sion démo­cra­ti­que­ment : un sala­rié, une voix. »

 

L’activité d’Ecopla, à savoir la fabri­ca­tion de bar­quettes en alu­mi­nium pour l’a­li­men­taire, ne repren­dra pas en Isère. Ni en France puisque l’u­sine était la der­nière dans l’Hexagone sur ce mar­ché. Déjà, toutes les machines et les moules ont été trans­fé­rés en Italie comme l’a­vait acté le tri­bu­nal de com­merce de Grenoble en vali­dant le pro­jet de reprise de l’u­sine par le groupe ita­lien Cuki Cofesco.

 

 

L’heure du bilan

 

 

Pour les ex-Ecopla, les res­pon­sa­bi­li­tés de cet échec sont nom­breuses. La faute aux « déci­sions injustes et scan­da­leuses du tri­bu­nal de com­merce et du minis­tère de la Justice », qui ont « vendu un savoir-faire de plus de soixante ans pour une somme déri­soire ». Cuki a mis 1,5 mil­lion d’eu­ros sur la table, de quoi rache­ter les dettes sociales, et les machines pour une bou­chée de pain.

 

La faute aussi au minis­tère de l’Industrie, de l’Économie et des Finances. « Après l’igno­rance de Macron, nous avons été ber­nés par un ministre Sapin, une secré­taire d’État Pinville et leurs conseillers : Dupas-Laigo, Raquillet, le com­mis­saire au redres­se­ment pro­duc­tif Eury et les autres », pointent les deux ex-Ecopla. « Nous avons été dupés par tous ceux-là, qui nous ont pro­mis des visites sur site pour le redé­mar­rage d’Ecopla fin mars 2017 ».

 

L’aventure s’ar­rête donc là pour les deux prin­ci­pales che­villes ouvrières des Amis d’Ecopla. « Nous n’avons plus confiance en ce par­te­naire Cuki qui agit en totale contra­dic­tion avec ses enga­ge­ments. Et qui le fait sans la moindre réac­tion du gou­ver­ne­ment, acteur démis­sion­naire dans ce redé­mar­rage rapide de la pro­duc­tion. Le gâchis conti­nue pour l’industrie fran­çaise… »

 

 

PC

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
2919 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.