Ecopla : rideau sur une succession d’occasions manquées ?

sep article

Creative Mobilities Mou

DÉCRYPTAGE – En l’espace de trois ans, l’homme d’affaires sino-australien Jerry Ren, énième repreneur d’Ecopla France, n’a pas seulement asséché la trésorerie du dernier fabricant français de barquettes alimentaires en aluminium. Il a démantelé tout un groupe, leader sur le marché européen. Alors que les ex-salariés d’Ecopla sont suspendus à la décision du tribunal de commerce de Grenoble, rendue ce mercredi 5 octobre, après avoir fait appel de l’ordonnance du juge cédant l’entreprise au groupe italien Cuki, quelle est la part de responsabilité des pouvoirs publics dans ce dossier ? Car les signaux d’alerte clignotaient depuis au moins deux ans déjà…

 

 

 

Ecopla à Saint-Vincent-de-Mercuze : les ex-salariés contestent la décision du tribunal de commerce de Grenoble de céder l'entreprise, dernier fabricant français d'emballage alimentaire en aluminium, au groupe italien Cuki. Les politiques au chevet de l'entreprise, ici Emmanuel Macron Crédit Eric Billard

Les politiques au chevet de l’entreprise. Ici, Emmanuel Macron. © Eric Billard

Ecopla est-il devenu un symbole ? Symbole de la lutte de salariés qui se battent pour sauver leur outil de travail et leur savoir-faire ? Symbole de l’empressement de la classe politique à “soudainement” s’emparer d’un dossier enlisé depuis plus de deux ans ?

 

Les candidats, probables ou déclarés, à la Présidentielle 2017, sont nombreux à avoir fait le déplacement jusqu’à Saint-Vincent-de-Mercuze.

 

A avoir arpenté l’usine et rencontré les ex-salariés du dernier fabricant français de barquettes alimentaires en aluminium. Coup sur coup, dans cette ligne droite qui doit les conduire mercredi 5 octobre 2016 devant le tribunal de commerce – en appel de l’ordonnance du juge-commissaire et du choix du repreneur italien Cuki aux dépends de leur projet de Scop – les Ecopla, soutenus par l’union régionale des Scop, ont reçu la visite de Benoît Hamon, Emmanuel Macron puis, dernière en date, Cécile Duflot, le 3 octobre.

 

Ecopla à Saint-Vincent-de-Mercuze : les ex-salariés contestent la décision du tribunal de commerce de Grenoble de céder l'entreprise, dernier fabricant français d'emballage alimentaire en aluminium, au groupe italien Cuki. Les politiques au chevet de l'entreprise, ici Benoit Hamon Crédit Eric Billard

Benoît Hamon sur le site d’Ecopla. © Eric Billard

A Paris, ils ont serré la main de Jean-Luc Mélenchon et de Cécile Duflot (déjà). Ils y ont aussi obtenu le soutien d’Arnaud Montebourg, de Jean-Christophe Cambadélis et même de Michel Sapin.

 

A Grenoble, celui de Stéphane Le Fol. Celui aussi de Laurent Wauquiez qui, au titre de la Région, a mis 400 000 euros sur la table.

 

Ceux-ci viennent donc s’ajouter aux 2,4 millions qu’ont réussi, avec ténacité, à collecter les ex-salariés pour monter leur projet de Scop. Et mercredi 5 octobre, avant l’audience d’appel au tribunal de Grenoble, Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste, fermera (momentanément ?) le ban. Certes, quelques portes sont restées obstinément closes. Comme celles du Medef, de Nicolas Sarkozy ou de l’Élysée.

 

 

 

Retour sur une succession d’occasion « manquées »

 

 

Mais tant de soutiens politiques affichés sont-ils seulement de saison ? Une simple instrumentalisation ? Car le dossier Ecopla, c’est aussi une succession d’occasions manquées. Avec une constance qui pose question.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3073 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.