Restaurant-cabaret égyptien "Karkadé" fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Contes, musique et émo­tions pour les 15 ans du caba­ret égyp­tien Le Karkadé

Contes, musique et émo­tions pour les 15 ans du caba­ret égyp­tien Le Karkadé

REPORTAGE PHOTO – « Éclectique et cha­leu­reux ». Tels sont les maîtres mots qui défi­nissent le res­tau­rant-caba­ret égyp­tien Le Karkadé, qui a fêté ses 15 ans en musique ces 3 et 4 mars. Tenu par Mahmoud Bayoumy, per­son­nage haut en cou­leurs, ce lieu tout autant poé­tique que poli­tique est devenu “la deuxième mai­son” de nom­breux artistes, musi­ciens, poètes et ama­teurs d’art. Ambiance.

« J’ai l’impression que Mahmoud sort des Mille et une nuits. C’est un conteur », raconte avec le sou­rire Hanane, chan­teuse habi­tuée du Karkadé, situé rue Servan, dans le cœur his­to­rique de Grenoble. Mahmoud Bayoumy, créa­teur et gérant de ce res­tau­rant-caba­ret égyp­tien, se fau­file entre les tables pour saluer ses invi­tés. Il échange quelques mots avec chaque per­sonne venue ce samedi soir fêter les 15 ans du lieu qu’il a créé à son arri­vée à Grenoble : Karkadé, du nom d’une bois­son pré­pa­rée à par­tir de fleurs d’hi­bis­cus à fleurs rouges.

Restaurant-cabaret égyptien "Karkadé" fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Le res­tau­rant-caba­ret égyp­tien Le Karkadé fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Aujourd’hui, Le Karkadé est un lieu cultu­rel, « un lieu de bras­sage, de ren­contres et d’a­mi­tié » pour ses habi­tués ainsi que pour les nou­veaux arri­vants. « C’est ma deuxième mai­son », confient même de nom­breux invi­tés. Ce n’est pas seule­ment pour les repas-concerts et l’a­mour de l’art qu’ils viennent ici, mais pour revoir Mahmoud, qui s’emploie à créer une atmo­sphère convi­viale et à don­ner à cha­cun le sen­ti­ment d’être le bienvenu.

« Pourquoi pas faire un lieu avec de la musique, des spec­tacles et de la cuisine ? »

Parti d’Égypte en 1974, Mahmoud s’est d’a­bord ins­tallé à Paris. Associé dans une entre­prise du bâti­ment, il a amené en France sa pas­sion pour l’art, la poé­sie et la musique. « J’ai tou­jours eu un contact avec des asso­cia­tions. J’avais beau­coup d’amis musi­ciens, on orga­ni­sait beau­coup de soi­rées de poé­sie, de musique, de chant…

Restaurant-cabaret égyptien "Karkadé" fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Mahmoud, gérant du res­tau­rant-caba­ret égyp­tien Le Karkadé. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Avec la famille [sa femme Anne-Marie et leurs cinq filles, ndlr], on avait un grand appar­te­ment à Paris et on invi­tait sou­vent beau­coup de monde à la mai­son. J’ai tou­jours cui­siné. À Grenoble, je me suis donc dit : pour­quoi pas faire un lieu avec de la musique, des spec­tacles et de la cuisine ? »

En 1997, il s’ins­talle donc à Grenoble avec sa famille. Mais, pen­dant les cinq pre­mières années, il fait encore des allers-retours à Paris, avant de quit­ter défi­ni­ti­ve­ment son ancien tra­vail et d’ou­vrir un lieu de res­tau­ra­tion et de ren­contres cultu­relles dans la capi­tale des Alpes.

Restaurant-cabaret égyptien "Karkadé" fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Concert inti­miste pour les 15 ans du res­tau­rant-caba­ret égyp­tien « Le Karkadé ». © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Pour Mahmoud, « poé­tique et poli­tique » vont tou­jours ensemble. Le res­tau­ra­teur s’intéresse ainsi de près à la vie poli­tique fran­çaise et inter­na­tio­nale et conti­nue de suivre la situa­tion en Égypte, son pays natal. « Ce qui se passe là-bas est très lié avec ce qui se passe dans le monde qui, aujourd’­hui, va très mal. En Égypte, il y a eu une grande révo­lu­tion en 2011 […] Mais tant que le monde occi­den­tal riche ne chan­gera pas, il n’y aura pas de chan­ge­ments en Afrique ou dans des pays pauvres. C’est très lié. Je pense que le chan­ge­ment doit se pas­ser avant chez les riches, parce qu’ils contrôlent ce qui se passe chez les pauvres. » Quel type de chan­ge­ment fau­dra-t-il faire ? « Avoir un peu de social et d’humain ! »

« Le Karkadé est une porte du Moyen-Orient à Grenoble »

Jérôme Soldeville, conseiller muni­ci­pal de la ville de Grenoble, a connu Le Karkadé par ses rela­tions poli­tiques, il y a une dizaine d’années. Depuis, il a à son tour fait décou­vrir ce lieu cos­mo­po­lite à de nom­breux élus et même à Eric Piolle, le maire de Grenoble.

Restaurant-cabaret égyptien "Karkadé" fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Jérôme Soldeville, conseiller muni­ci­pal habi­tué des lieux.

« Après l’élection de 2014, on est venus ici », confie-t-il. Pour Jérôme Soldeville, « Le Karkadé est une porte du Moyen-Orient à Grenoble, la ren­contre entre le Moyen-Orient et l’Occident. Le lien d’a­mi­tié favo­risé par ce lieu est l’illustration de l’ou­ver­ture vers le monde que l’immigration peut appor­ter à une ville ».

Autre habi­tué des lieux, Mohammed arrivé à Grenoble il y a deux mois envi­ron. Ce jeune Syrien a entendu par­ler du Karkadé lors de son séjour en Égypte.

Amateur de musique et de culture fran­çaise, ce musi­cien de 27 ans est venu à Grenoble pour chan­ger de vie et se lan­cer dans une car­rière musicale.

Depuis sa pre­mière semaine en France, il vient au Karkadé plu­sieurs fois par semaine et par­ti­cipe au “jam-ses­sions” (séances d’im­pro­vi­sa­tion). « Pour moi, Le Karkadé c’est comme ma mai­son ! », se réjouit-il.

Restaurant-cabaret égyptien "Karkadé" fête ses 15 ans. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Pour Luc, Le Karkadé c’est « l’amitié, la ren­contre et le par­tage ». © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Pour l’ar­tiste Luc Quinton aussi, Le Karkadé est une « deuxième mai­son » : « C’était une ren­contre et un coup de foudre avec Mahmoud. J’en avais entendu par­ler et je suis venu le décou­vrir lors d’une fête de quar­tier. Mahmoud est quelqu’un de très cha­leu­reux, c’est un vrai poète et ama­teur de poé­sie et d’art. Le Karkadé, c’est un état d’esprit ! C’est un lieu où tout le monde se ren­contre, où il y a un mélange. »

Après la soi­rée fes­tive et convi­viale, des invi­tés se quittent en lan­çant : « Rendez-vous au 30e anni­ver­saire ! », tout en sachant qu’ils se rever­ront sans doute dès la semaine pro­chaine autour d’une table lors d’un nou­veau concert, un verre de kar­kadé à la main.

Retour en images sur la soi­rée du 4 mars.

[slideshow_deploy id=“126045”]

Yuliya Ruzhechka

YR

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Grenoble et son CCAS affectent un bâtiment à l'hébergement des sans-domicile et à la lutte contre le non-recours
Grenoble : un bâti­ment dédié à l’hé­ber­ge­ment des sans-domi­cile et à la lutte contre le non-recours

FLASH INFO - Lors du conseil municipal du lundi 13 mai, la Ville de Grenoble a validé une convention entre elle et son CCAS pour Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !