« Le pou­voir des villes » sous la loupe de la 9e édi­tion du fes­ti­val de géopolitique

« Le pou­voir des villes » sous la loupe de la 9e édi­tion du fes­ti­val de géopolitique

FOCUS – « Le pou­voir des villes », tel est le thème que pro­pose d’ex­plo­rer, du 8 au 11 mars, la 9e édi­tion du Festival de géo­po­li­tique orga­ni­sée par Grenoble école de mana­ge­ment (Gem). Quatre jours de confé­rences, de débats, de pro­jec­tions, d’ex­po­si­tions et de tables rondes ani­més par plus d’une cen­taine d’in­ter­ve­nants pour des regards croi­sés sur les enjeux géo­po­li­tiques de ces « objets com­plexes » que sont deve­nues les mégalopoles.

Jean-Marc Huissoud, directeur du festival de géopolitique de Gem. © Gem

Jean-Marc Huissoud, direc­teur du fes­ti­val de géo­po­li­tique de Gem. © Gem

« Les villes atteignent des tailles inéga­lées dans l’his­toire, concentrent les formes de pou­voirs, sont des acteurs à part entière des enjeux glo­baux », expose Jean-Marc Huissoud, le direc­teur du Festival de géo­po­li­tique de Grenoble.

« Un mou­ve­ment de fond qui, selon ce der­nier, va chan­ger les socié­tés, avec les risques de désordres en résul­tant. » Environnement, urba­nisme, éco­no­mie, tech­no­lo­gies, politique…

Vous l’au­rez com­pris, les villes, désor­mais lieux d’en­jeux stra­té­giques majeurs, sont au cœur des conflits géo­po­li­tiques contem­po­rains et au centre des pré­oc­cu­pa­tions de cette nou­velle édi­tion d’un évé­ne­ment de por­tée internationale.

Les villes : « des objets com­plexes et mul­ti­di­men­sion­nels »

« Le pou­voir des villes » ou l’ur­ba­ni­sa­tion du monde, tel est le thème qui sera sous la loupe, du 8 au 11 mars, de la 9e édi­tion du Festival de géo­po­li­tique orga­ni­sée par Grenoble École de mana­ge­ment (Gem). Pour ali­men­ter le pro­gramme concocté par un comité scien­ti­fique com­posé d’in­tel­lec­tuels et d’ac­teurs du débat sur le monde d’au­jourd’­hui, pas moins de 117 invi­tés inter­vien­dront pour appor­ter leur exper­tise et ani­mer les nom­breuses confé­rences – dont 63 retrans­mises en direct – , tables rondes, pro­jec­tions ou autres expres­sions, « des évé­ne­ments dans l’é­vé­ne­ment ».

Béatrice Giblin,. © Grenoble école de management

Béatrice Giblin. © Grenoble école de management

Notamment une expo­si­tion de pein­ture, deux émis­sions de radio en direct, des jeux de rôle et d’é­va­sion ou encore un salon du livre. Et, puis­qu’il est ques­tion d’é­crits, les édi­tions Armand Colin ont édité pour l’oc­ca­sion un livre, en série limi­tée, qui ne sera dis­po­nible que pen­dant la durée du festival.

Écrit sous la direc­tion de Béatrice Giblin et titré La ville, lieu de conflits, cet ouvrage inter­roge un cer­tain nombre de spé­cia­listes sur quatre cas emblé­ma­tiques : le Grand Paris, Jérusalem, Rio de Janeiro et Karachi.

Ajoutez à cela ce qui se pas­sera du côté de la Villeneuve, « sous des formes dif­fé­rentes », pré­cise le direc­teur du fes­ti­val, avec les secondes Rencontres de géo­po­li­tique cri­tique qui s’y dérou­le­ront du 7 au 11 mars. Au final, autant de for­mu­la­tions variées, « de regards croi­sés qui vont essayer d’é­clai­rer sous le plus d’angles pos­sibles un objet com­plexe et mul­ti­di­men­sion­nel […] pour ali­men­ter le débat en infor­mant le public et en ne lui don­nant pas du “prêt à pen­ser” sur le sujet », syn­thé­tise Jean-Marc Huissoud.

Une approche plu­ri­dis­ci­pli­naire du pou­voir des villes

Quid du choix de ce thème ? À la base, un constat. Plus de 50 % de la popu­la­tion mon­diale est urbaine, 40 % de la crois­sance des villes se situe dans des bidon­villes, le tout dans un monde où 28 méga­lo­poles regroupent 12 % de la popu­la­tion ter­restre. « Avides de res­sources, elles sont au centre des ques­tions envi­ron­ne­men­tales et tech­no­lo­giques. Elles sont aussi des lieux de contes­ta­tion poli­tique, tant elles concentrent pau­vreté, inéga­li­tés, pol­lu­tion, popu­la­tions déra­ci­nées et vio­lences », explique Jean-Marc Huissoud.

UneFestivalgeopolitique2017Autant de rai­sons, selon lui, pour « inter­ro­ger à tra­vers une approche mul­ti­dis­ci­pli­naire les enjeux que repré­sentent l’ur­ba­ni­sa­tion du monde, ses dyna­miques, le poten­tiel des enti­tés urbaines pour leur ave­nir, et leurs limites ». Et de sou­li­gner fiè­re­ment qu’à sa connais­sance, « c’est la pre­mière fois que va se dérou­ler un évé­ne­ment plu­ri­dis­ci­pli­naire, pluri-sca­laire [à dif­fé­rentes échelles, ndlr] et pluri-tem­po­rel sur la ques­tion de la ville ».

Une pas­se­relle entre le fes­ti­val et la Biennale des villes en transition

Au nombre des par­te­na­riats du fes­ti­val, celui, his­to­rique, de la Ville de Grenoble se concré­tise à tra­vers la par­ti­ci­pa­tion de la Maison de l’International. « Une manière de faire en sorte que le fes­ti­val sorte des murs de l’é­cole de mana­ge­ment et puisse être un vrai fes­ti­val de ter­ri­toire », expose Éric Recoura-Massaquant, direc­teur de l’ac­tion inter­na­tio­nale et euro­péenne de la ville de Grenoble.

Christophe Ayad, rédacteur en chef international du Monde. © Grenoble école de management

Christophe Ayad, rédac­teur en chef inter­na­tio­nal du Monde. © Grenoble école de management

Ce der­nier ne cache pas sa satis­fac­tion du choix fait cette année de créer une arti­cu­la­tion, une pas­se­relle entre le Festival de géo­po­li­tique et la Biennale des villes en tran­si­tion, qui dérou­lera sa foi­son­nante pro­gram­ma­tion du 9 au 12 mars dans l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise.

« Nous sommes fiers de faire en sorte que ces villes étran­gères qui seront nom­breuses à la bien­nale puissent aussi venir sur les temps forts du Festival de géo­po­li­tique et nour­rir la réflexion aux côtés des cher­cheurs, des confé­ren­ciers et des acteurs de la société civile invi­tés sur l’é­vé­ne­ment », s’en­thou­siasme Éric Recoura-Massaquant.

Une belle oppor­tu­nité donc que les deux enti­tés ont su sai­sir et valo­ri­ser à tra­vers l’or­ga­ni­sa­tion de confé­rences com­munes qui figurent dans les pro­grammes des deux événements.

Ce sera éga­le­ment le cas de l’ex­po­si­tion Géopol’Art, pré­sen­tée par Spacejunk Grenoble dans les locaux de Gem et à la Maison de l’International. Mais aussi de la table ronde « excep­tion­nelle », fruit d’un par­te­na­riat tri­par­tite entre Gem, la ville de Grenoble et la société édi­trice du Monde, le samedi 11 à la Belle Électrique. Animée par Christophe Ayad, rédac­teur en chef inter­na­tio­nal du quo­ti­dien, elle por­tera sur le thème : « Est-il trop tard pour réduire la frac­ture urbaine ? » ou com­ment refaire de nos villes le lieu des pos­sibles et non de la frac­ture. Vaste sujet…

Dix artistes professionnels

L’art n’est pas le parent pauvre du fes­ti­val, loin s’en faut, et notam­ment – puis­qu’il s’a­git des villes – l’art de rue, une esthé­tique fami­lière dans les cordes de l’as­so­cia­tion Spacejunk. Quentin Hugard, son res­pon­sable de pro­jet et artiste plas­ti­cien, voit d’ailleurs dans ce thème du pou­voir des villes l’oc­ca­sion de ques­tion­ne­ments artis­tiques passionnants.

Une des conférences du festival 2016. © Grenoble école de management

Une des confé­rences du fes­ti­val 2016. © Grenoble école de management

« Poser les ques­tions de la ville comme lieu d’an­goisse par l’a­no­ny­mat du citoyen, des visions sur­réa­listes quant au deve­nir des villes, de la place de plus en plus impor­tante de la nature dans la ville… », autant de thé­ma­tiques que l’ex­po­si­tion Géopol’Art se pro­pose d’aborder.

Du street art au low­brow art qui se réap­pro­prie les codes issus des médias popu­laires en pas­sant par le design gra­phique, tel est le pano­rama concocté par le centre d’art gre­no­blois avec le sou­tien de l’école Supcréa et la par­ti­ci­pa­tion de ses étu­diants. Une double expo­si­tion autour de dix artistes pro­fes­sion­nels, dont Goin, Doug Bartlett, Dave Bowers, Nick Morris, Nicolas Thomas, Petite Poissone, Étien…

Du beau monde assu­ré­ment et de quoi « illus­trer de manière per­ti­nente et colo­rée les nom­breux débats et confé­rences du fes­ti­val », assure l’organisation.

Joël Kermabon

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Suicide de Cyrille Minard: des perquisitions au Sdis 38 dans le cadre d'une enquête pour homicide involontaire
Suicide de Cyrille Minard : des per­qui­si­tions au Sdis 38 dans le cadre d’une enquête pour homi­cide involontaire

FLASH INFO - Des enquêteurs de la police judiciaire de Grenoble ont procédé à des perquisitions dans les locaux de la direction du Sdis de Lire plus

La CGT du Crous Grenoble-Alpes boycotte la venue à Grenoble de la présidente du Cnous Bénédicte Durand
La CGT du Crous Grenoble-Alpes boy­cotte la venue à Grenoble de la pré­si­dente du Cnous Bénédicte Durand

FLASH INFO - Les tensions entre la CGT et le Crous Grenoble-Alpes ne semblent pas retomber. En témoigne un nouvel échange au vitriol entre le Lire plus

La Ville de Grenoble accueille le Printemps des services publics, ouvert aux agents et aux citoyens
La Ville de Grenoble accueille le Printemps des ser­vices publics, ouvert aux agents et aux citoyens

FLASH INFO - L'hôtel de Ville de Grenoble accueille le Printemps des services publics le jeudi 30 mai 2024 de 8 h 45 à 18 Lire plus

Etien' en train de peindre une une fresque à Galienni lors du Street Art Fest 2021 (c) Ilan Khalifa--Delclos | Place Gre'net
Le Street Art Fest Grenoble-Alpes est-il en dif­fi­culté à cause du « désen­ga­ge­ment » des col­lec­ti­vi­tés publiques ?

FOCUS - Au lendemain de l’annulation de l’événement « Bomb » qui devait ouvrir la 10e édition du Street Art Fest Grenoble-Alpes, le directeur du festival Lire plus

Saisi par les associations Biodiversité sous nos pieds et FNE Isère, le tribunal administratif de Grenoble a suspendu, le 4 octobre 2021, l'arrêté préfectoral autorisant le projet d'extension de la carrière du Peuye, aux Deux-Alpes. © DR
Bourg d’Oisans : le pro­jet d’ins­tal­la­tion de sto­ckage de déchets inertes dans la val­lée du Vénéon au point mort

FOCUS - Contesté par un collectif d'habitants, le projet d'une installation de stockage de déchets inertes (ISDI) dans la vallée du Vénéon se retrouve au Lire plus

Gabriel Ullmann dénonce un mode d'inscription des commissaires-enquêteurs favorisant les parti-pris et les conflits d'intérêt
Enquêtes publiques : vers un « me too des com­mis­saires-enquê­teurs » pour lut­ter contre les conflits d’intérêt ?

FOCUS - Après avoir connu plusieurs déboires finalement suivis de victoires juridiques, le commissaire-enquêteur isérois Gabriel Ullmann dénonce un système qui favorise à ses yeux Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !