En prévision d'une forte chute des températures cette fin de semaine, la préfecture de l’Isère à déclenché le plan Grand froid ce mercredi 4 janvier 2017.

Le Plan grand froid activé en Isère en pré­vi­sion d’une forte baisse des températures

Le Plan grand froid activé en Isère en pré­vi­sion d’une forte baisse des températures

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Les fortes baisses de tem­pé­ra­tures annon­cées par Météo France pour cette fin de semaine ont incité la pré­fec­ture de l’Isère à déclen­cher le niveau 2 du plan d’a­lerte Grand froid, le mer­credi 4 jan­vier. Pour ren­for­cer le dis­po­si­tif exis­tant – 896 places à l’an­née –, le plan pré­fec­to­ral pré­voit d’ou­vrir excep­tion­nel­le­ment 120 places d’hé­ber­ge­ment sup­plé­men­taires, qui s’a­joutent aux 261 places déjà ouvertes pour la période hivernale.


Les personne sans domicile fixe sont parmi les plus vulnérables lors des grands froids. © Eric Pouhier

Les per­sonne sans domi­cile fixe sont parmi les plus vul­né­rables lors des grands froids. © Eric Pouhier

Si l’Isère a été rela­ti­ve­ment épar­gnée par le froid jus­qu’à ce début du mois de jan­vier, les choses pour­raient bien chan­ger à comp­ter de ce jeudi 5 jan­vier. Météo France l’an­nonce, un front gla­cial venu du Nord va défer­ler sur la France pour se diri­ger vers l’Europe cen­trale… en pas­sant par l’Isère.

Si glo­ba­le­ment l’hexa­gone pourra évi­ter des tem­pé­ra­tures extrêmes, ses deux tiers est subi­ront l’as­saut d’une vague de froid vif et péné­trant jus­qu’à – au moins – ce pro­chain lundi 9 décembre où une remon­tée des tem­pé­ra­tures est attendue.

Le ther­mo­mètre pour­rait ainsi affi­cher des valeurs mini­males mati­nales fluc­tuant entre – 7° et – 10 °C. Des chiffres qui se situent dans la four­chette de tem­pé­ra­tures res­sen­ties à par­tir des­quelles le Plan grand froid doit être activé par les ser­vices préfectoraux.

120 place d’hé­ber­ge­ment sup­plé­men­taires dans un pre­mier temps 

C’est ainsi qu’a­fin de pro­té­ger les per­sonnes vul­né­rables – notam­ment les sans-abri – contre les dan­gers d’une période de froid pro­lon­gée, le pré­fet de l’Isère a pris la déci­sion d’ac­ti­ver le niveau 2 du Plan grand froid. « Nous avons pré­féré anti­ci­per dans la mesure où les pré­vi­sions à trois jours sont un peu à la marge [des seuils de déclen­che­ment du plan, ndlr] mais pour autant pas des plus opti­mistes », explique Yves Dareau, le secré­taire géné­ral de la pré­fec­ture de l’Isère.

Dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, cela se tra­duit concrè­te­ment par l’ou­ver­ture excep­tion­nelle de 120 places d’hé­ber­ge­ment sup­plé­men­taires qui viennent s’a­jou­ter aux quelque 261 places ouvertes au titre du dis­po­si­tif déjà en œuvre depuis le mois de novembre.

Yves Dareau, secrétaire général de la préfecture de l'Isère. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Yves Dareau, secré­taire géné­ral de la pré­fec­ture de l’Isère. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Dans un pre­mier temps, deux sites – des gym­nases mis à dis­po­si­tion par les com­munes – ont été ouverts dès 17 heures le mer­credi 4 janvier.

L’un à Eybens, l’autre à Fontaine accueille­ront res­pec­ti­ve­ment des familles 24 heures sur 24 et des per­sonnes iso­lées de 17 h 30 à 9 heures du matin.

Pour ces der­nières, c’est le dis­po­si­tif de l’ac­cueil de jour qui prend le relais pour la jour­née. Le choix de la loca­li­sa­tion des centres tem­po­raires d’hé­ber­ge­ment s’est effec­tué en pre­nant en compte leur faci­lité d’ac­cès via les trans­ports en commun.

Pour autant, le dis­po­si­tif n’est pas figé et reste exten­sible. « Les capa­ci­tés des deux sites pour­ront être aug­men­tées. Par ailleurs, il existe encore d’autres sites que nous n’a­vons pas encore acti­vés puisque nous avons pré­féré pri­vi­lé­gier une mon­tée en puis­sance en fonc­tion des demandes et des nuits qui vont arri­ver », pré­cise Yves Dareau. Qui ajoute que « le dis­po­si­tif sera main­tenu autant de temps qu’il le fau­dra ».

Près de 700 per­sonnes pour­raient faire appel au dispositif

C’est prin­ci­pa­le­ment via le numéro d’ur­gence, le 115, que les per­sonnes seront orien­tées vers l’un ou l’autre des centres pro­po­sant ces places sup­plé­men­taires. Mais pas seule­ment puisque les maraudes de nuit orga­ni­sées par les dif­fé­rentes asso­cia­tions, notam­ment celles de la Croix Rouge ou encore du Samu social de Grenoble, pour­ront éga­le­ment pres­crire ces héber­ge­ments d’ur­gence aux per­sonnes qui le souhaitent.

Les trois étoiles du projet, Bernard Perry président de la banque alimentaire de l'Isère, Pierre Pavy restaurateur et Anna Lavedrine présidente de l'association Accueil SDF du Vieux Temple.

Les trois étoiles du pro­jet, Bernard Perry pré­sident de la banque ali­men­taire de l’Isère, Pierre Pavy res­tau­ra­teur et Anna Lavedrine pré­si­dente de l’as­so­cia­tion Accueil SDF du Vieux Temple. © BAI

Ce sont éga­le­ment des asso­cia­tions qui assurent la ges­tion de ces centres très tem­po­raires. Au nombre d’entre elles, l’Arepî, la Banque Alimentaire de l’Isère, La Remise

Le soir uni­que­ment, grâce à la Banque ali­men­taire et à son pro­jet Trois étoiles soli­daires, un repas sera servi gra­tui­te­ment aux per­sonnes hébergées.

Quid du nombre de per­sonnes qui pour­raient être poten­tiel­le­ment concer­nées par le dis­po­si­tif ? « On peut le déduire des quelque 700 appels par jour reçus par le 115 en décembre. Des demandes demeu­rées infruc­tueuses faute de places dis­po­nibles sur l’hé­ber­ge­ment d’ur­gence. Tout laisse à pen­ser que ce chiffre pour­rait être atteint », estime Yves Dareau.

Toujours est-il qu’au terme de cette pre­mière nuit du 4 au 5 décembre, les chiffres four­nis par le 115 annoncent l’o­rien­ta­tion de 14 per­sonnes – soit 3 ou 4 ménages – pour ce qui concerne les familles et de 11 per­sonnes iso­lées vers l’un ou l’autre des deux sites.

Des chiffres somme toute modestes pour une pre­mière nuit et qui peuvent aussi s’ex­pli­quer par le fait qu’un cer­tain nombre de béné­fi­ciaires poten­tiels déclinent l’offre d’hé­ber­ge­ment dans ces centres. Ce qui n’empêche pas de rap­pe­ler la crois­sance expo­nen­tielle du nombre d’ap­pels au 115, passé de 5 000 en 2008 à 32 000 en 2015 sur l’en­semble du ter­ri­toire de l’Isère.

Joël Kermabon

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le Samu social de Grenoble et l'Université Grenoble-Alpes font appel à une collecte de biens, ce jeudi 14 décembre, sur le campus de Saint-Martin-d’Hères.© Véronique Serre – placegrenet.fr
Le Samu social et l’Université Grenoble-Alpes lancent une col­lecte de biens sur le campus

Le Samu social de Grenoble et l'Université Grenoble-Alpes (UGA) lancent une collecte de biens, ce jeudi 14 décembre, sur le campus de Saint-Martin-d’Hères. L’objectif : recueillir Lire plus

Xavier Emmanuelli au sujet de l’ac­cueil des migrants : « l’Europe n’a pas de mémoire »

ENTRETIEN - Xavier Emmanuelli, président du Samu social international, ancien Secrétaire d'État à l'action humanitaire d'urgence, cofondateur de Médecins sans frontières et fondateur du Samu Lire plus

Ensemble à gauche juge le plan d’hé­ber­ge­ment hiver­nal insuf­fi­sant… et pro­pose que les SDF dorment à la mairie

Les deux élus du groupe municipal grenoblois Ensemble à gauche relayent la parole des associations, jugeant insuffisant le chiffre de 320 places d'hébergement d'urgence débloquées Lire plus

L'association de parrainage des migrants Apardap accuse la préfecture de bloquer le renouvellement de son contrat aidé. « Faux ! » répond le sous-préfet.
L’Apardap accuse la pré­fec­ture du non-renou­vel­le­ment de son contrat aidé… Le sous-pré­fet dément

L'Association départementale de parrainages républicains des demandeurs d'asile et de protection (Apardap) va-t-elle perdre son contrat aidé ? C'est une crainte qu'elle a exprimée dans un Lire plus

Pour faire face au froid, 225 places d'hébergement ont été ouvertes dans les gymnases de l'Isère pour accueillir les plus démunis. Un dispositif insuffisant
Le Samu social de Grenoble manque de béné­voles… et de couvertures

L’association Vinci (Véhicule d'intervention contre l'indifférence), Samu social de Grenoble, lance un SOS aux bonnes volontés pour assurer des maraudes. Orientations vers des centres de Lire plus

Pour les 25 ans du Samu social, l’association Vinci-Codex organisait ce dernier jeudi 21 mai à Grenoble « La nuit de l'engagement ». © Joel Kermabon - placegrenet.fr
Samu social : un anni­ver­saire sur fond de frustrations

REPORTAGE VIDÉO - Pour les 25 ans du Samu social et ses maraudes, l’association Vinci-Codex organisait, ce jeudi  21 mai, « La nuit de l'engagement Lire plus

Flash Info

|

18/05

8h02

|

|

16/05

16h29

|

|

16/05

15h22

|

|

13/05

10h40

|

|

12/05

17h19

|

|

11/05

11h58

|

|

10/05

17h19

|

|

10/05

12h06

|

|

10/05

10h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 31 : « Le bur­kini tou­jours à la une de l’ac­tua­lité à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 30 : « Les élec­tions légis­la­tives en Isère »

Fil info| Législatives : le mou­ve­ment Renaissance, ex-LREM, repré­sente sept dépu­tés sur ses dix can­di­dats en Isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin