Les chercheurs, dont A. Manceau (CNRS/UGA) ont utilisé la lumière du synchroton européen pour analyser un cheveu humain. Et remonter le fil de l'origine de la contamination au mercure

Contamination au mercure : le Synchrotron fait la lumière grâce à… un cheveu

Contamination au mercure : le Synchrotron fait la lumière grâce à… un cheveu

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF – On sait détecter le mercure dans les organismes mais on savait moins jusque-là identifier l’origine de la contamination. Des expériences conduites par une équipe de chercheurs internationaux au Synchrotron européen de Grenoble sur un cheveu viennent de faire la lumière sur ces zones d’ombre.

 

 

 

Les chercheurs, dont A. Manceau (CNRS/UGA) ont utilisé la lumière du synchroton européen pour analyser un cheveu humain. Et remonter le fil de l'origine de la contamination au mercure

Les cher­cheurs (ici Alain Manceau) ont uti­lisé la lumière du Synchrotron pour ana­ly­ser un che­veu humain. Et remon­ter le fil de l’o­ri­gine de la conta­mi­na­tion au mer­cure. © ESRF

Le mer­cure, on le retrouve dans le pois­son ou le riz. Dans les amal­games den­taires, cer­tains vac­cins et médi­ca­ments aussi.

 

Si on sait détec­ter ce puis­sant neu­ro­toxique qui s’accumule dans les orga­nismes, notam­ment au tra­vers des ana­lyses d’urine, iden­ti­fier l’origine d’une conta­mi­na­tion au mer­cure pour éva­luer le risque toxi­co­lo­gique et mettre en place un trai­te­ment, était jusque-là rela­ti­ve­ment hasardeux.

 

Des cher­cheurs du CNRS, de l’Université de Bordeaux, de l’Université Grenoble Alpes, de l’ESRF, le syn­chro­tron euro­péen de Grenoble, et de l’Université de l’Illinois à Chicago viennent de trou­ver la solu­tion en déve­lop­pant de nou­velles tech­niques d’analyses per­met­tant d’identifier les formes chi­miques du mercure*.

 

Au moyen de deux lignes de lumière du syn­chro­tron de l’ESRF, ils ont décou­vert qu’un pic de mer­cure observé sur un che­veu pro­ve­nait du retrait d’un amal­game den­taire. Les expé­riences conduites à Grenoble per­mettent même de dater la période d’exposition, à un ou deux jours près.

 

En effet, avec un taux de crois­sance moyen d’un cen­ti­mètre par mois, les che­veux peuvent cap­tu­rer des évé­ne­ments de conta­mi­na­tion avec une haute réso­lu­tion tem­po­relle. Un témoin clé qui vient ébran­ler quelques certitudes.

 

 

Après le mercure, place à d’autres métaux toxiques ?

 

 

« Les études épi­dé­mio­lo­giques de la conta­mi­na­tion au mer­cure par consom­ma­tion de pois­son font l’hy­po­thèse que le mer­cure pré­sent dans les che­veux pro­vient uni­que­ment de cette source, explique Kathryn Nagy, pro­fes­seur de sciences de la Terre et de l’environnement à l’Université de l’Illinois à Chicago. Nos résul­tats montrent que ceci n’est pas for­cé­ment vrai. »

 

« Nous ne nous atten­dions pas à ce que le pic micro­sco­pique de mer­cure, de seule­ment 2,5 nano­grammes, ait une signa­ture molé­cu­laire aussi dif­fé­rente de celle du méthyl­mer­cure lié à la consom­ma­tion de pois­son, conti­nue Alain Manceau, direc­teur de recherche au CNRS-Université Grenoble Alpes. Cependant, pour s’as­su­rer que le mer­cure pro­ve­nait bien de l’a­mal­game extrait, il était indis­pen­sable de connaître sa forme molé­cu­laire, et notam­ment com­ment il était fixé aux pro­téines des che­veux. Ce tra­vail minu­tieux d’in­ves­ti­ga­tion a pris plu­sieurs mois et néces­sité l’u­ti­li­sa­tion de super­cal­cu­la­teurs pour modé­li­ser les données. »

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Les résul­tats ont été publiés dans la revue Environmental Science & Technology.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

La nouvelle source de rayonnement « extrême » du Synchrotron de Grenoble souffle sa première bougie

FLASH INFO — Mercredi 25 août 2021, le Synchrotron de Grenoble soufflera la première bougie de sa nouvelle source de rayonnement. Le 25 août 2020, Lire plus

Paul Tafforeau, scientifique de l'ESRF. © ESRF
Grenoble : l’entreprise philanthropique de Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, finance un projet de l’ESRF

  FOCUS - L'entreprise philanthropique Chan Zuckerberg Initiative va financer un projet de l'ESRF (synchrotron) et de University College London. Financé à hauteur d'un million Lire plus

L'European Synchrotron Radiation Facility, en abrégé ESRF situé sur la presqu'île scientifique. © ESRF
Le synchrotron de Grenoble devient le plus puissant du monde avec sa source de lumière ultra-brillante

  FOCUS - Le 25 août 2020, le synchrotron de Grenoble va mettre sa nouvelle lumière extrêmement brillante au service de la communauté scientifique internationale. Lire plus

Francesco Sette reconduit pour un nouveau mandat de directeur général du Synchrotron
Francesco Sette reconduit pour un nouveau mandat de directeur général du Synchrotron

  FLASH INFO – Le directeur général du Synchrotron de Grenoble est réélu pour un nouveau mandat de quatre ans. Mardi 23 juin, le Conseil Lire plus

L'European Synchrotron Radiation Facility, en abrégé ESRF situé sur la presqu'île scientifique. © ESRF
Covid-19 : le synchrotron de Grenoble à la rescousse des chercheurs luttant contre le virus

  FIL INFO – Depuis le 3 avril 2020, le synchrotron européen de Grenoble propose sur son site internet d’ouvrir ses équipements aux chercheurs engagés Lire plus

L'European Synchrotron Radiation Facility, en abrégé ESRF situé sur la presqu'île scientifique. © ESRF
De nouveaux rayons X brillent au synchrotron de Grenoble

  FIL INFO – La modernisation du synchrotron européen de Grenoble vient de franchir, ce 30 janvier 2020, une étape clé. Les scientifiques des lignes de Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

24/09

22h40

|

|

24/09

14h42

|

|

24/09

9h18

|

|

23/09

22h35

|

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

|

23/09

9h40

|

|

22/09

12h47

|

|

22/09

11h34

|

|

22/09

10h50

|

L'Oeil de Perotto - La défaite d'Eric Piolle à la primaire écologiste, vue par Marc Perotto sur Place Gre'net

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Hexagone

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin