Témoignage de Karamba, à l'occasion du bilan de la Plateforme migrants.

La Plateforme migrants de la Ville de Grenoble à l’heure du bilan

La Plateforme migrants de la Ville de Grenoble à l’heure du bilan

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DROIT DE SUITE – Quel bilan pour la « plateforme migrants » instaurée par la Ville de Grenoble en septembre 2015, et quelles actions de solidarité en faveur des réfugiés sur le territoire grenoblois ? La Ville et les associations ont pu apporter des éléments de réponse à l’occasion d’une rencontre publique, le jeudi 23 juin à la Maison de l’international de Grenoble.

 

 

 

« Nous n’a­vons pas voulu faire de dif­fé­rences entre les réfu­giés, ou ins­tau­rer une hié­rar­chie. Chaque être humain a droit à sa place. » Bernard Macret, adjoint à la mai­rie de Grenoble en charge des soli­da­ri­tés inter­na­tio­nales, a ainsi rap­pelé le prin­cipe de la « Plateforme migrants », à l’oc­ca­sion de la pré­sen­ta­tion d’un pre­mier bilan, jeudi 23 juin à la Maison de l’international de Grenoble.

 

Bernard Macret, adjoint aux Solidarités Internationales, et Monique Vuaillat, du collectif Migrants en Isère, à l'occasion du bilan de la Plateforme migrants. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Bernard Macret, adjoint aux soli­da­ri­tés inter­na­tio­nales, et Monique Vuaillat, du col­lec­tif Migrants en Isère. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La Ville a mis en place cette pla­te­forme voilà plus de six mois. L’émotion était alors à son comble après la paru­tion de la pho­to­gra­phie du petit Aylan, réfu­gié syrien d’à peine trois ans, mort noyé au cours d’une ten­ta­tive de tra­ver­sée de la Méditerranée. De nom­breuses villes fran­çaises s’é­taient enga­gées dans la fou­lée à accueillir les réfu­giés fuyant la guerre en Syrie, cer­taines créant même le scan­dale en spé­ci­fiant n’ac­cep­ter que des familles chrétiennes.

 

La Ville de Grenoble avait choisi, pour sa part, de faire appel à la soli­da­rité de cha­cun et de coor­don­ner les pro­po­si­tions citoyennes à tra­vers une pla­te­forme en ligne. « Nous n’a­vons pas voulu tra­vailler seuls », a pré­cisé Bernard Macret, met­tant en avant la tren­taine d’as­so­cia­tions qui ont par­ti­cipé à la mise œuvre du dispositif.

 

Au total, ce sont 350 per­sonnes qui ont contacté la pla­te­forme sur l’en­semble de la région gre­no­bloise, afin de pro­po­ser dif­fé­rents modes d’en­ga­ge­ments (volon­ta­riat, aide au sou­tien sco­laire, etc.) « Nous avons reçu 52 pro­po­si­tions d’hé­ber­ge­ment, détaille Monique Vuaillat, du col­lec­tif Migrants en Isère. Nous avons pu loger de 25 à 30 per­sonnes. C’est loin du compte, mais c’est tou­jours un plus que nous avons pu appor­ter ! »

 

 

 

Solidarité pour tous

 

 

Si l’é­lan de soli­da­rité concer­nait ini­tia­le­ment les réfu­giés syriens ou ira­kiens, il a béné­fi­cié à l’en­semble des migrants ou réfu­giés arri­vant sur le ter­ri­toire. « Je me suis pro­po­sée. On m’a dit qu’il n’y avait pas besoin de moi pour les Syriens, mais pour cette famille venant de Guinée-Conakry », résume ainsi Maryvonne, qui a hébergé durant six mois Karamba, sa com­pagne enceinte et leur pre­mier enfant.

 

La famille de Karamba, de Guinée-Conakry, a pu être hébergée durant six mois via la plateforme Migrants. © Florent Mathieu - Place Gre'net

La famille de Karamba, de Guinée-Conakry, a pu être héber­gée durant six mois via la pla­te­forme migrants. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Il est vrai que la majo­rité des deman­deurs d’a­sile venant en France sont ori­gi­naires d’Afrique. Et prin­ci­pa­le­ment de la République démo­cra­tique du Congo, ainsi que ne cesse de le rap­pe­ler Jacques Leininger, de l’as­so­cia­tion Accueil deman­deur d’a­sile (Ada). Seuls 1,3 % des réfu­giés syriens demandent en réa­lité l’a­sile poli­tique en France, selon l’Union européenne.

 

Bernard Macret insiste : la pla­te­forme doit per­du­rer. « Il ne faut pas en res­ter là. Il faut conti­nuer et ampli­fier ! », a‑t-il affirmé, avant de saluer les dif­fé­rentes actions de soli­da­rité orga­ni­sées sur la région, par exemple par l’Université Grenoble-Alpes ou à tra­vers les par­rai­nages répu­bli­cains de deman­deurs d’asile.

 

Monique Vuaillat n’a, de son côté, pas man­qué de dénon­cer une fois encore les orien­ta­tions sociales prises par la nou­velle majo­rité du Conseil dépar­te­men­tal en direc­tion des migrants, avant d’es­ti­mer que l’État ne joue pas non plus son rôle et de consi­dé­rer qu’il faut « main­te­nir la pres­sion ».

 

« Pour sor­tir de ce marasme, il faut aussi gagner l’o­pi­nion. Nous avons entre­pris des ini­tia­tives en direc­tion de l’o­pi­nion des non-convain­cus, de façon à expli­quer la réa­lité des choses, car c’est sou­vent la connais­sance qui manque ! », pré­cise-t-elle encore, avant d’an­non­cer la tenue « d’é­tats géné­raux de l’im­mi­gra­tion » à la MC2 de Grenoble, le 3 décembre prochain.

 

 

 

Florent Mathieu

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

F. Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

FIL INFO Parc Tarze DR
Terrain pollué du parc Henri-Tarze de Grenoble : le projet immobilier se confirme

FIL INFO - Ce lundi 5 novembre, en conseil municipal, le Conseil citoyen indépendant A (CCIA) a interpellé Éric Piolle, le maire de Grenoble, sur Lire plus

Une délégation d'occupants du Patio a été reçue lundi à la préfecture pour évoquer la situation de la soixantaine de migrants qui doivent quitter le campus.
Statu quo pour les migrants hébergés sur le campus, reçus à la préfecture de l’Isère lundi

Une délégation d'occupants du Patio a été reçue lundi matin à la préfecture pour évoquer la situation de la soixantaine de demandeurs d'asile hébergés depuis Lire plus

De nombreux articles de presse sur les logements vides mis à la disposition des SDF par la Ville de Grenoble. Une stratégie de communication dénoncée par des squatteurs et des associations. © Placegrenet.fr
SDF, migrants… La com” “poudre aux yeux” de la Ville de Grenoble irrite squatteurs et associations

ENQUÊTE - La Ville de Grenoble a signé en novembre dernier deux conventions d'occupation temporaire avec des SDF pour les reloger dans des maisons vides Lire plus

UNE - Manifestation devant la préfecture © Elisa Montagnat - Place Gre'net
Mobilisation à Grenoble pour défendre l’accès aux préfectures des personnes étrangères

REPORTAGE VIDÉO - Ce mardi 5 juin à midi, une soixantaine de personnes étaient réunies devant la préfecture de l'Isère à l'appel de la Cimade, Lire plus

Flash Info

|

14/06

16h51

|

|

14/06

16h12

|

|

14/06

14h40

|

|

14/06

11h40

|

|

12/06

16h21

|

|

11/06

15h36

|

|

11/06

10h06

|

|

11/06

9h34

|

|

09/06

19h27

|

|

08/06

18h19

|

Les plus lus

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

À voir| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Culture| Grenoble Calling, une « histoire orale » du punk (et des punks) à Grenoble, des années 80 à nos jours

Abonnement| Régionales 2021 : la liste « Agir pour ne plus subir » souhaite faire entendre la voix des musulmans lors des élections

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin