Me Bernard Ripert lors de l'audience du 9 juin. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Trois ans d’in­ter­dic­tion d’exer­cer pour l’a­vo­cat Bernard Ripert

Trois ans d’in­ter­dic­tion d’exer­cer pour l’a­vo­cat Bernard Ripert

FOCUS – Trois ans d’in­ter­dic­tion d’exer­cer, dont un an avec sur­sis. La cour d’ap­pel de Grenoble a rendu son ver­dict à l’en­contre du célèbre avo­cat péna­liste Bernard Ripert, ce jeudi 23 juin. L’homme de loi était pour­suivi pour des “man­que­ments à la dis­ci­pline” et ris­quait la radia­tion défi­ni­tive du bar­reau. Pour ses avo­cats, il s’a­git tou­te­fois d’une « radia­tion de fait », déguisée.

Me Federico Steinmann prend connaissance de l'arrêt de la Cour d'appel. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Me Federico Steinmann prend connais­sance de l’ar­rêt de la Cour d’ap­pel. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous sommes secoués et abat­tus. Même quand on sait à quel point ils en veulent à Bernard Ripert, on ne pou­vait anti­ci­per qu’ils sou­haitent le condam­ner à la mort pro­fes­sion­nelle », se révolte Me Ronald Gallo, l’un des défen­seurs de Me Bernard Ripert.

L’avocat vient juste de prendre connais­sance de l’ar­rêt de la Cour d’ap­pel, rendu ce jeudi 23 juin à l’en­contre de l’a­vo­cat his­to­rique du groupe Action directe.

La juri­dic­tion pro­nonce dans son arrêt « une inter­dic­tion tem­po­raire d’exer­cer pour une durée de trois années, assor­tie d’un sur­sis d’une année », les deux autres années étant fermes et la déci­sion exé­cu­toire dès qu’elle sera vala­ble­ment noti­fiée à Me Ripert.

Un pro­cès fleuve

Cet arrêt de la cour d’ap­pel signe la fin d’un pro­cès qui s’est déroulé au cours de deux audiences fleuves, les 2 et 9 juin der­niers. Le ténor du bar­reau, bien entouré et défendu par de nom­breux confrères en robes noires, s’é­tait pour­tant battu comme un lion. Notamment sur la rece­va­bi­lité de la pro­cé­dure d’ap­pel enga­gée à son encontre, qu’il esti­mait enta­chée de « graves irré­gu­la­ri­tés ».

C’est ainsi qu’il avait réussi à trans­for­mer l’audience du 2 juin en une tri­bune, où ce n’é­tait plus lui l’ac­cusé mais bel et bien les magis­trats de la cour d’ap­pel. Rien de moins. Quant au pro­cu­reur géné­ral Paul Michel, il l’a­vait sou­vent pointé d’un doigt accu­sa­teur, lui repro­chant notam­ment d’être l’é­mi­nence grise du com­plot qui l’a­vait conduit à com­pa­raître devant la juri­dic­tion d’appel.

Me Bernard Ripert lors de l'audience du 9 juin. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Me Bernard Ripert lors de l’au­dience du 9 juin. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Bien qu’à l’is­sue de ces deux audiences Paul Michel ait requis contre le péna­liste sa radia­tion du bar­reau, la cour d’ap­pel ne l’a pas suivi dans ses réquisitions.

Les atten­dus de l’ar­rêt – que nous avons pu consul­ter – sou­lignent en l’es­pèce le carac­tère dis­pro­por­tionné de la peine requise par le magis­trat du par­quet au regard des man­que­ments à la dis­ci­pline repro­chés à Me Ripert.

Une « radia­tion de fait » pour les avo­cats de Me Ripert

Pour autant, les défen­seurs du péna­liste affirment ne pas être dupes. Selon eux, cette rela­tive clé­mence de la cour d’ap­pel qui prend des appa­rences de demi-mesure, voire de com­pro­mis, n’est qu’une manière de dégui­ser les choses. Ils en sont inti­me­ment convain­cus, il s’a­git bel et bien là d’une « radia­tion de fait ». Une élimination.

Me Ronald Gallo, défenseur de Bernard Ripert. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Extrait des atten­dus de l’ar­rêt de la cour d’ap­pel (cli­quer sur l’i­mage pour l’a­gran­dir). © Joël Kermabon – Place Gre’net

Me Ronald Gallo ne manque d’ailleurs pas de s’en émou­voir. « Après l’a­voir hos­pi­ta­lisé d’of­fice en psy­chia­trie, ils lui inter­disent aujourd’­hui de tra­vailler et de gagner sa vie. L’éliminer pro­fes­sion­nel­le­ment c’est un peu l’é­li­mi­ner phy­si­que­ment », dénonce-t-il avec amertume.

Et de s’in­sur­ger. « Mais qu’a-t-il fait à ce point là pour jus­ti­fier une telle féro­cité ? C’est un tom­beau que la cour vient de dres­ser. Ils n’ont pas osé le radier […] Mais là, ils font sem­blant, c’est hypo­crite ! »

Cependant, tout n’est pas joué, du moins est-ce le sen­ti­ment de l’homme de loi qui, pre­nant le parti de l’op­ti­misme, envi­sage un recours en cas­sa­tion. « Il y aura un pour­voi et cette déci­sion sera cas­sée. Mais, dans l’in­ter­valle, Ripert sera inter­dit d’exer­cer », regrette-il néan­moins.

Joël Kermabon

« Être jugé par ses pairs, pas par ceux qu’on combat ! »

Me Ronald Gallo, défenseur de Bernard Ripert. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Me Ronald Gallo, défen­seur de Bernard Ripert. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Retour sur les faits qui ont conduit Me Ripert devant la cour d’ap­pel. Depuis le 5 février 2016, l’a­vo­cat était frappé d’une sus­pen­sion d’exercice d’une durée de quatre mois.

Cette sanc­tion dis­ci­pli­naire, pro­non­cée par la cour d’appel de Grenoble, poin­tait cer­tains man­que­ments déon­to­lo­giques de l’avocat, notam­ment des injures ou autres com­por­te­ments dépla­cés à l’endroit de magistrats.

Le 9 mai der­nier, le Conseil régio­nal de dis­ci­pline des bar­reaux relaxait le péna­liste. Cependant, le pro­cu­reur géné­ral avait inter­jeté appel de cette déci­sion, ren­voyant l’af­faire devant la cour d’ap­pel ce 2 juin. C’est bien là que le bât blesse, selon Me Ronald Gallo. Et ce der­nier d’é­lar­gir le débat en sou­li­gnant « l’i­na­dé­qua­tion des pro­cé­dures dis­ci­pli­naires inten­tées contre des membres des barreaux ».

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Nouvel accident mortel entre cycliste et automobiliste à Grenoble dans la nuit du lundi 22 au mardi 23 août
Un jeune homme de 18 ans blessé à la jambe par arme à feu près d’un arrêt de tram­way à Fontaine

FLASH INFO - Un jeune homme a été pris pour cible dans la soirée du 3 février 2023, près d'un arrêt de tramway à Fontaine. Lire plus

L'entrée principale de Sciences PO Grenoble bloquée par des étudiants pour dénoncer le projet de réforme des retraites. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réforme des retraites : qua­trième jour de blo­cage à Sciences Po Grenoble, le syn­di­cat étu­diant de droite Uni réagit

EN BREF - Depuis le mardi 31 janvier 2023, des étudiants de Sciences Po Grenoble appuyés par plusieurs syndicats bloquent l'entrée de leur établissement pour Lire plus

Quelles réalités derrière la tentative de squat avortée à Grenoble dimanche 22 août?
Grenoble : une jeune femme griè­ve­ment bles­sée de 19 coups de cou­teau, son com­pa­gnon mis en exa­men et écroué

EN BREF - Une jeune femme de 22 ans a été découverte gravement blessée après avoir reçu 19 coups de couteau, mercredi 1er février 2023, Lire plus

Bilan de la concer­ta­tion volon­taire ZFE : des habi­tants sou­vent mal infor­més, scep­tiques et peu convaincus

FOCUS - À cinq mois de la mise en place, le 1er juillet 2023, de la Zone à faibles émissions (ZFE) pour les voitures de Lire plus

Incendie d'Échirolles: après l'accueil au gymnase La Butte, les résidents évacués sont relogés à l'auberge de jeunesse
Incendie à Échirolles : après l’ac­cueil en gym­nase, les rési­dents éva­cués sont relo­gés à l’au­berge de jeunesse

FLASH INFO - L'incendie survenu dans un parking souterrain à Échirolles, jeudi 2 février 2023, avait entraîné l'évacuation de plus de 150 personnes occupant la résidence Lire plus

Important incendie dans un parking souterrain à Échirolles jeudi 2 février, avec 150 résidents évacués
Important incen­die dans un par­king sou­ter­rain à Échirolles, avec 150 rési­dents évacués

FOCUS - Un important incendie s'est déclaré à Échirolles au matin du jeudi 2 février, dans un parking souterrain en-dessous d'un restaurant Quick et d'une Lire plus

Flash Info

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !