Situation financière dégradée à la ville de Grenoble : à qui la faute ?

sep article

DÉCRYPTAGE – A droite comme à gauche, les mesures d’économies annoncées dans les services publics passent mal. Mais face aux difficultés budgétaires, la ville de Grenoble va difficilement pouvoir s’éviter des mesures d’austérité, le préfet tirant même la sonnette d’alarme dans un courrier adressé à Eric Piolle. Pendant que gauche et écologistes se renvoient la balle, la droite, elle, a déjà dégainé un plan B…

 

 

 

Eric Piolle lors de la présentation du plan d'austérité de la ville et la refonte des services publics.

Eric Piolle.  © Patricia Cerinsek

Grenoble a-t-elle les moyens de faire l’économie d’un plan d’austérité ? Depuis que son maire, Eric Piolle, a annoncé un plan de sauvegarde des services publics, assorti de réductions à hauteur de 14 millions d’euros sur deux ans, les réactions et contre-propositions fleurissent.

 

A droite, Mathieu Chamussy (LR) réclame un référendum. A gauche, Jérôme Safar (PS) demande un moratoire et Paul Bron (Go citoyenneté) avance, lui, l’idée d’une conférence de consensus aboutissant à un Pacte d’entente municipal.

 

 

Faut-il tout remettre à plat ?

 

 

Tous réclament peu ou prou le gel des mesures annoncées. Le temps de faire retomber la pression alors que l’annonce de la fermeture de deux centres sociaux et de trois bibliothèques, dont deux dans les quartiers populaires, a mis le feu aux poudres. Le temps aussi d’y voir plus clair dans les comptes de la ville.

 

Courrier du préfet de l'Isère à Eric Piolle sur la situation financière de la ville.

Aperçu du courrier du préfet de l’Isère à Eric Piolle. Cliquer sur l’image pour visualiser le PDF dans son intégralité.

La baisse des dotations de l’État, soit la perte de 17 millions d’euros de 2013 à 2017, justifie-t-elle à elle seule la politique d’économies annoncée ? Assurément non.

 

A Grenoble, les comptes ne sont pas bons. Le préfet de l’Isère l’a d’ailleurs rappelé, tout en tirant la sonnette d’alarme, dans un courrier adressé au maire le 24 mai 2016 (voir ci-contre).

 

Faut-il tout remettre à plat ? Déconstruire pour co-construire, comme le réclame Paul Bron ? « Le cadre démocratique pour co-construire existe, ce sont les conseils citoyens. » L’ancien adjoint à l’éducation veut y croire. « On est arrivé à une situation grave au niveau financier. Au lieu de participer à la critique tous azimuts, essayons de faire un pas de côté. »

 

 

Sur la table de l’élu de l’opposition, un plan d’entente municipale… mais soigneusement bordé. Pas plus de six mois. Et il se penchera uniquement sur « les mesures anti-sociales » du plan de sauvegarde des services publics.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4688 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. L’achat du siège du Crédit Agricole (7,5 millions) était il bien raisonnable, dans ces conditions?

    sep article
    • Le coût des charges de fonctionnement du bâtiment sera nettement inferieur au total des autres batiments que les services quitteront et qui seront vendus ou démolis. Ce seont donc des dépenses de fonctionnement évitées, sans compter des frais de réparation qui auraient dû être engagés dans certains lieux.

      sep article
  2. Les tentatives de communication du Maire et de son équipe ne suffiront probablement pas à sauver un navire qui prend l’eau tous les jours un peu plus.
    La réalité d’une augmentation des dépenses de fonctionnement estimée à plus de 35 millions d’euros sur le mandat Piolle, la dette qui augmente avec pourtant un ralentissement des investissements, l’épargne nette qui s’écroule, la situation d’une mise sous tutelle apparait probable.
    On peut crier au loup avec la baisse de la DGF, mais les proportions de la baisse sont mesurées comparées aux accroissements de dépenses, notamment de fonctionnement de l’équipe Piolle.
    Dans le même temps, le transfert de compétences à la métropole devait être visible, ce n’est pas le cas.
    La communication ne suffira pas à laver l’exécutif de responsabilités qui lui appartiennent, Piolle fonce, son équipe l’écoute sans mesurer la réalité d’une gestion paradoxale où on se prive même de recettes au nom du dogme, et les électeurs commencent à réaliser. Le tram est devenu un lieu d’échanges pour le moins intéressant, où la grogne s’entend.

    sep article
    • Regardez bien le compte administratif 2015 qui sera presenté au conseil municipal de lundi prochain 20/06 : vous nous direz où vous voyez une augmentation du budget de fonctionnement… (Je reconnais que ce ne sera pas facile parce qu’il faudra corriger des effets liés aux transferts de competences vers la Metro : diminution des charges de fonctionnement et perte des ressources correspondantes)
      Dès 2014, malgré le budget incomplet de l’equipe precedente, le fonctionnement a commencé à diminuer ! Pas suffisament vite pour éviter d’avoir une epargne nette negative, d’où le plan de sauvegarde presenté dernierement.
      Tout est sur la table et transparent : il suffit d’accepter de regarder les chiffres.

      sep article
  3. Bonjour,
    Il y a bien un jour où l’on parlera du vrai problème :
    OÙ SONT PASSES LES MILLIONS D’EURO DEVERSES DANS CES QUARTIERS…..?
    OÙ SONT LES RÉSULTATS ?
    OÙ SONT LES RESPONSABLES ?
    ET Si ON REGARDE les comptes de ces structures et surtout le nom des responsables je suis sûr quˋon avancera un peu.JE SUIS CERTAINS DE RETROUVER LES MEMES NOMS….ON PARI.
    ILS SE FOUTENT ROYALEMENT DE LA VIE DE NOS ENFANTS ET DE NOS PARENTS LEUR SEULE PREOCUPATION LA REELECTION….SAVEZ VOUS QU’AVEC UN BILAN CATASTROPHIQUE À GRENOBLE CERTAINS TRAVAILLENT DANS DES CABINETS MINIISTERIELS……AUJOURD’HUI LE PISTON SUFFIT.ILS ONT ENTERRÉ LE MERITE À CÔTÉ DE LA VALEUR TRAVAIL…..UN VRAI PAYS DU TIERS-MONDE……
    LA MDH PLACE DES GEANTS FAILLITE EST SURTOUT FERMEE AVANT LES ELECTIONS MUNICIPALES …LES MÉDIAS ON PEUT ETRE LE NOM DES RESPONSABLES..
    AUJOURD’HUI PREMOL JE SUIS SÛR QUE L’ON RETROUVE LES MEMES NOMS…..
    GRENOBLOIS REVEILLEZ-VOUS IL SERA BIENTOT TROP TARD…
    TAXE FONCIERE À VILLENEUVE POUR 84 m2 : 1600 euros

    BENYOUB.A

    sep article
    • vous êtes en colère, certes, ce n’est pas une raison pour gueuler en majuscules, c’est illisible !!!
      De toute façon, ce n’est pas la peine de lire, c’est toujours la même chanson : toujours les mêmes responsables. Mais qui sont-ils ? allez-y soyez plus clair dans vos accusations, donnez les noms que vous connaissez ou taisez-vous.

      sep article